Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Qabr Chmoun : la "réconciliation" scellée, Conseil des ministres samedi

"Le dossier se trouve désormais aux mains de la justice militaire qui enquête sur les circonstances de l'incident. A l'issue de cette enquête, le gouvernement prendra alors une décision", a indiqué Saad Hariri.

De gauche à droite : le chef du Parti démocratique libanais, Talal Arslane, le président du Parlement, Nabih Berry, le président Michel Aoun, le Premier ministre Saad Hariri et le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, le 9 août 2019 au palais de Baabda. Photo Dalati et Nohra

Quarante jours après les affrontements meurtriers de Qabr Chmoun dans le caza de Aley qui ont paralysé le gouvernement libanais, le Premier ministre Saad Hariri a annoncé vendredi soir la tenue d'un Conseil des ministres samedi à 11 heures au palais de Baabda. Ces propos ont été tenus au terme d'une réunion de "réconciliation" entre les deux leaders druzes rivaux Walid Joumblatt et Talal Arslane au palais présidentiel, sous la houlette du chef de l’État Michel Aoun, du Premier ministre Saad Hariri, et du président du Parlement Nabih Berry.

"La réconciliation a été scellée et à partir d'aujourd'hui, nous ouvrons une nouvelle page de coopération pour l'intérêt du Liban et des Libanais", a déclaré M. Hariri dans une courte allocution à l'issue d'une "réunion franche et de réconciliation". "Les participants à cette réunion ont condamné les regrettables incidents de Qabr Chmoun, dont le dossier se trouve désormais aux mains de la justice militaire qui enquête sur leurs circonstances. A l'issue de cette enquête, le gouvernement prendra alors une décision", a fait savoir le Premier ministre.

Le gouvernement ne s'est plus réuni depuis les incidents de la Montagne, notamment en raison des divergences sur la saisine ou non de la Cour de justice pour juger ces affrontements.

A l'issue de cette rencontre, M. Joumblatt s'est déclaré "soulagé" par cette réconciliation. Dans la soirée, une vidéo du leader druze conduisant sa voiture dans les rues de Qabr Chmoun circulait sur les réseaux sociaux.

Selon l'Agence nationale d'information (Ani, officielle), M. Arslane a quitté Baabda avec le sourire. Le chef du Parti démocratique libanais doit s'exprimer lors d'une conférence de presse qu'il tiendra à Khaldé samedi à midi.

"Ce qui s'est passé est une réussite", a déclaré de son côté M. Berry à l'issue de cette rencontre.

Le 30 juin, des échanges de tirs ont eu lieu entre partisans de Walid Joumblatt et de son rival, le chef du Parti démocratique libanais Talal Arslane (allié au Hezbollah), au moment du passage du convoi du ministre d’État pour les Affaires des réfugiés Saleh Gharib (membre du PDL). Parallèlement, le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil effectuait une visite dans le caza de Aley, où il avait notamment tenu des propos controversés sur la guerre druzo-chrétienne de la Montagne dans les années 80. Deux partisans du parti de M. Arslane ont été tués lors de ces affrontements.



(Lire aussi : Lettre ouverte au président de la République)



Ces accrochages avaient débouché sur une crise politique, le gouvernement de Saad Hariri ne s'étant plus réuni depuis cet incident. Le Premier ministre craignait des divisions au sein du cabinet. La semaine dernière, les Forces de sécurité intérieure avaient clôturé leur enquête et remis leur rapport au chef de l’État, au président de la Chambre et au Premier ministre. Cette enquête écartait la piste d'une embuscade tendue en vue d'assassiner le ministre Saleh Gharib par des partisans joumblattistes, comme le prétendait M. Arslane et ses alliés. Mais l'affaire est encore entre les mains de la Justice militaire, au moment où M. Arslane et ses alliés réclament qu'elle soit transférée à la Cour de justice, une instance d'exception. Cette demande a été catégoriquement rejetée par M. Joumblatt, le Premier ministre, ainsi que le président Berry.

Dans la semaine, le Parti socialiste progressiste avait accusé les proches du président Aoun d'avoir "monté de toutes pièces un dossier politique" autour des affrontements. De son côté, Talal Arslane avait affirmé "rejeter en bloc toute initiative ne comprenant pas une clarification de la tentative d'assassinat du ministre Gharib", sans réclamer la saisine de la Cour de justice. Lundi, le président Aoun avait affirmé, selon des proches, que c'est Gebran Bassil qui était visé par "l'embuscade" et non Saleh Gharib.

Dans une réaction notable à cette affaire, l'ambassade des États-Unis au Liban avait appelé mercredi à un règlement dans le cadre judiciaire, à l'écart de "toute ingérence politique". Dans la soirée, le Hezbollah a critiqué cet appel, estimant qu'il s'agit d'une "ingérence flagrante et grossière dans les affaires intérieures libanaises", et d'"une intervention inadmissible sur la forme et le fond dans le conflit politique local (..), qui complexifie la crise.

Saad Hariri, qui se trouvait depuis la fin de la semaine dernière à l'étranger dans le cadre d'un déplacement familial, était rentré mercredi soir à Beyrouth et prévoit de se rendre à Washington prochainement . Dans la capitale américaine, le Premier ministre doit s’entretenir avec le secrétaire d’État, Mike Pompeo, et d’autres responsables américains.



Lire aussi

Les États-Unis pourraient être suivis dans leur mise en garde par d’autres pays, l'éclairage de Philippe Abi-Akl

Raya el-Hassan : Oui au tribunal militaire, mais sans ingérence politique

Suspension de l’enquête militaire, à cause d’un recours présenté contre le juge Bassil

Qabr Chmoun : l’ambassade US entre en scène et met en garde contre une instrumentalisation de l’incident

L’impasse de Qabr Chmoun met toutes les parties au pied du mur, le décryptage de Scarlett Haddad

Du palais de Justice à Qabr Chmoun, le Léviathan syro-iranien toujours à l’œuvre



Quarante jours après les affrontements meurtriers de Qabr Chmoun dans le caza de Aley qui ont paralysé le gouvernement libanais, le Premier ministre Saad Hariri a annoncé vendredi soir la tenue d'un Conseil des ministres samedi à 11 heures au palais de Baabda. Ces propos ont été tenus au terme d'une réunion de "réconciliation" entre les deux leaders druzes rivaux Walid Joumblatt...

commentaires (9)

Cela n'effacera pas les rancœurs, joumgirouette a son remède en fabrication dans les labos de la résistance. Il ne perdra rien pour attendre son dégagement.

FRIK-A-FRAK

20 h 21, le 09 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (9)

  • Cela n'effacera pas les rancœurs, joumgirouette a son remède en fabrication dans les labos de la résistance. Il ne perdra rien pour attendre son dégagement.

    FRIK-A-FRAK

    20 h 21, le 09 août 2019

  • Et vive nos marionettes qui ont plié échine quand l'ambassade américaine est intervenue de force .

    Antoine Sabbagha

    20 h 00, le 09 août 2019

  • FÉLICITATION...ESPÉRANT QUE ÇA VA DIRER QUELQUES MOIS.

    Gebran Eid

    19 h 49, le 09 août 2019

  • Marre de vos enfantillages. Gérez-nous, ou barrez-vous! Et par "gérez-nous", s’entend "servez-nous"...

    Gros Gnon

    18 h 58, le 09 août 2019

  • Oh c'est sûr si Dieu le veut...il sera alors le seul à blâmer pour l'état des choses au pays...

    Wlek Sanferlou

    18 h 45, le 09 août 2019

  • Ohhhh, merci messieurs. On dormira mieux ce soir et on mangera mieux demain.

    Citoyen

    18 h 09, le 09 août 2019

  • LE PEUPLE EN A MARRE!!!! Quel Peuple? S'il y avait un peuple, il se serait léver depuis longtemps pour dire à tous ces "soient disant libanais" qui defendent l'interet de la Syrie et de l'Iran avant celui du Liban : - "STOP et Sortez du Liban si vous ne l'aimez pas - Rendez nous notre vieux Liban qui etait la fleur du moyen Orient. Par votre faute, il est devenu la rusée du monde entier, sans loi ni securité ni respect de l'autre et une poubelle gigantesque par dessus tout

    Assoun F

    16 h 14, le 09 août 2019

  • ÇA SERT À QUOI CETTE VIELLE PHOTO DES TROIS MOUSQUETAIRES ?

    Gebran Eid

    14 h 20, le 09 août 2019

  • CA A TROP DURE. 3AYB BAA ! LE PEUPLE EN A MARRE DE TOUS CES CLOWNS QUI LE GOUVERNENT.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 26, le 09 août 2019

Retour en haut