Rechercher
Rechercher

Festival de Byblos

Le groupe « Within Temptation » annule son concert à Jbeil par solidarité envers Mashrou’ Leila

« Les autorités libanaises ne sont pas capables en ce moment d’assurer aux artistes la sécurité pour se produire dans un climat de paix », estime le groupe Metal symphonique néerlandais.

Sharon Den Adel, la chanteuse du groupe Within Temptation. Photo tirée de la page Facebook du groupe

La polémique suscitée autour du concert du groupe rock alternatif libanais Mashrou’ Leila et l’annulation de leur concert qui était prévu le 9 août prochain n’en finit pas de répandre ses effets néfastes, ternissant un peu plus l’image du Liban.

Hier, c’était au tour du groupe Metal néerlandais Within Temptation d’annoncer l’annulation de son concert prévu le 7 août dans le cadre du Festival international de Byblos, « par solidarité » envers le groupe Mashrou’ Leila.

« Nous avons appris que Mashrou’ Leila a été déprogrammé par le comité organisateur pour des raisons de sécurité, après que des fanatiques religieux eurent proféré de violentes menaces et demandé l’annulation de leur performance », a déclaré le groupe sur sa page Facebook. « Outre le fait que les autorités libanaises ne sont pas capables en ce moment d’assurer aux artistes la sécurité pour se produire dans un climat de paix, nous avons décidé d’annuler notre concert à Byblos en guise de solidarité envers Mashrou’ Leila, et dans le but de soutenir la tolérance et la liberté d’expression », poursuit le groupe Metal symphonique.

Par-delà le message de solidarité adressé à leurs confrères de Mashrou’ Leila et l’appel à la tolérance et au respect de la liberté d’expression, le groupe néerlandais a clairement mis l’accent sur le climat d’insécurité suscité après les menaces et incitation à la violence qui ont visé les membres du groupe Mashrou’ Leila, déplorant le fait que les autorités libanaises se sont avérées impuissantes d’assurer la sécurité des artistes. Un facteur qui a sans aucun doute été décisif dans la décision du groupe de renoncer à se produire à Byblos.


(Lire aussi : « Il y a une volonté politique de diviser les communautés »)



Ce nouveau camouflet, qui vient écorner la réputation déjà chancelante du pays, vient confirmer s’il en était encore besoin l’impuissance de l’État à sévir, et surtout sa passivité devant le diktat de groupes religieux qui, relayés par certains responsables au sein de l’Église et par des cadres partisans, ont fini par avoir gain de cause.

« C’est une situation d’autant plus inquiétante que ces effets ne se limiteront pas à un ou deux concerts, mais risquent d’affecter à l’avenir toute la scène culturelle libanaise et la réputation de l’ensemble des festivals internationaux programmés aux quatre coins du pays », confie un membre du comité organisateur du Festival de Byblos.
Selon lui, cet échantillon de haine et d’intolérance, auquel vient s’ajouter l’apathie de l’État qui a laissé faire, risque de restreindre le choix des groupes et artistes qui seront désormais invités au Liban. « Il faut se demander si les organisateurs des festivals vont finir par renoncer, à un moment donné, à inviter des groupes internationaux en se contentant de spectacles produits par des artistes locaux », dit-il.


(Lire aussi : Ceux par qui le scandale arrive)


Cette double déprogrammation ne manquera pas d’affecter par conséquent le tourisme au Liban auquel les festivals culturels contribuent largement. Le membre du comité organisateur s’interroge d’ailleurs sur le silence assourdissant du ministre du Tourisme, Avédis Guidanian, et du ministre de la Culture, Mohammad Daoud, qui depuis le début de cette controverse ont évité de prendre position, sachant notamment que les autorités judiciaires n’ont relevé aucune violation de la loi de la part des membres du groupe Mashrou’ Leila.

« Le problème est que l’État a préféré se retirer de la scène, les autorités ayant demandé aux protagonistes – les groupes religieux et les organisateurs du festival – de régler le contentieux entre eux, un aveu d’impuissance totale de leur part », dit-il.

La polémique avait éclaté il y a deux semaines sur les réseaux sociaux en raison d’une atteinte présumée à la religion chrétienne due à une photo représentant une icône de la Vierge dont le visage a été remplacé par celui de la chanteuse Madonna, accolée à un article partagé par le chanteur du groupe Mashrou’ Leila, Hamed Sinno, en 2015. Deux des titres du groupe sont également pointés du doigt. Sur un plan plus implicite, l’homosexualité affichée du chanteur semble également déranger.

Après l’annonce de Within Temptation, le comité organisateur du Festival de Byblos a appelé tous ceux qui se sont coalisés pour la défense des libertés publiques à « soutenir » le festival et ses objectifs consistant à « garder la liberté d’expression, l’art, la musique, ainsi que la sécurité des artistes et du public comme nos priorités essentielles ». « Nous ne serons jamais réduits au silence », conclut le comité sur sa page Facebook.

Dans la journée, l’évêque de Jbeil, Mgr Michel Aoun, a remercié le président de la commission épiscopale pour les médias, Mgr Boulos Matar, le père Abdo Abou Kassm, président du Centre catholique d’information, le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, ainsi que le directeur général de la Sécurité de l’État, le général Tony Saliba, pour leur « action » qui a fini par porter ses fruits, le concert de Mashrou’ Leila ayant été annulé.

Mgr Michel Aoun a réaffirmé « son attachement aux libertés publiques que garantit la Constitution. Toutefois, nous tenons à rappeler que la vraie liberté consiste à respecter les valeurs religieuses et les croyances, et doit par conséquent être exercée en toute situation à partir des valeurs et principes humains et religieux que l’Église œuvre à sauvegarder au sein de notre société ».



Lire aussi
Liberté d’expression : ne cédons pas face à la violence !

Après l’annulation du concert de Mashrou’ Leila, la société civile contre-attaque

Chers Hamed, Carl, Haig et Firasle billet de Médéa AZOURI

Libertés publiques au Liban : « Le silence coupable des partis politiques doit cesser »

Crise de foil'édito d'Emilie SUEUR

Ex-pressionsl'éditorial de Issa GORAIEB

Annulation du concert de Mashrou' Leila : les appels à protéger la liberté d'expression se multiplient

Écraser l’infâme dans l’affaire Mashrou’ Leila

Mashrou’ Leila, de vrais musiciens d’abord


La polémique suscitée autour du concert du groupe rock alternatif libanais Mashrou’ Leila et l’annulation de leur concert qui était prévu le 9 août prochain n’en finit pas de répandre ses effets néfastes, ternissant un peu plus l’image du Liban.

Hier, c’était au tour du groupe Metal néerlandais Within Temptation d’annoncer l’annulation de son concert prévu le 7...

commentaires (8)

Dommage nous aspirions à un état de droit, ce qui sous entend liberté, culture, nous tombons en plein dans un état de non droit, que cherchent à régir de hommes qui se disent de religion, le pire étant à venir.

Lecteurs OLJ

16 h 13, le 05 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Dommage nous aspirions à un état de droit, ce qui sous entend liberté, culture, nous tombons en plein dans un état de non droit, que cherchent à régir de hommes qui se disent de religion, le pire étant à venir.

    Lecteurs OLJ

    16 h 13, le 05 août 2019

  • le mieux c'est que de faire des concert avec Mireille Mathieu et Chantal Goya comme ça il n'y aura plus de polémique et c'est suffisant pour le niveau culturel de certains Libanais! il y a aussi les trois curés qui chantent mais je crois que c'est raté car un a quitté les ordres et donc l'archevêque de Byblos va s'y opposer

    yves kerlidou

    14 h 42, le 05 août 2019

  • L,OLJ AU LIEU DE CLASSER L,AFFAIRE ET DE FAIRE ARRETER LES ANTAGONISMES DANS LE PAYS SUJET A DE PLUS GRAVES PROBLEMES ENTRETIENT L,ESPRIT DE LA DIVISION ENTRE LES LIBANAIS EN PUBLIANT DE NOUVEAU ET DE NOUVEAU CETTE RUBRIQUE. MESSIEURS SOYEZ DES SAPEURS-POMPIERS ET NON LE CONTRAIRE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 36, le 05 août 2019

  • VOUS L,AVEZ DEJA ECRIT HIER. POURQUOI LE REPETER AUJOURD,HUI ? POUR REVEILLER LES ENCORE PLUS LES INSTINCTS DE CEUX QUI APPROUVENT LES INSULTES CONTRE AUTRUI ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    10 h 07, le 05 août 2019

  • C'est faux des réligieux d'accuser les musiciens, mais les musiciens ne doivent pas appeler les réligieux des fanatiques non plus. Il faut chercher une solution positive. Il se peut qu'il existe des meillieurs endroits pour Within Temptation et Mashrou' Leil pour donner un concert, si j'ai bien compris c'est l'endroit spécifique qui est le problème ici, c'est possible que les politiciens de Jbeil n'ont pas un problème avec la musique elle même si le concert se fait par exemple dans une grande salle à Beyrouth. Aussi les gens de Byblos/Jbeil ils ont la liberté de 'choix artistique' de choisir de la musique qu'ils trouvent qui leur convient, quelque chose qui est plus traditionelle par exemple, comme la musique grecque, je me souviens qu'il y a quelques semaines la ville de Byblos avait organisé un festival grecque avec la musique grecque et danse etc. à Byblos/Jbeil.

    Stes David

    09 h 31, le 05 août 2019

  • Bon débarras. Nous sommes maîtres chez nous.

    Honneur et Patrie

    08 h 23, le 05 août 2019

  • Bravo Within Temptation !!! Beau geste de solidarité !!!

    OMAIS Ziyad

    01 h 53, le 05 août 2019

  • (extraits de l'article) , l’évêque de Jbeil, Mgr Michel Aoun, a remercié le président de la commission épiscopale pour les médias, Mgr Boulos Matar, le père Abdo Abou Kassm, président du Centre catholique d’information, le directeur général de la Sûreté générale, Abbas Ibrahim, ainsi que le directeur général de la Sécurité de l’État, le général Tony Saliba, pour leur « action » qui a fini par porter ses fruits, le concert de Mashrou’ Leila ayant été annulé. - Mgrs Aoun, Boulos et les autres qui ont crié au meurtre des artistes (d'une manière directe ou indirecte) Savent-ils que le Vatican par la personne du pape François est totalement opposé à ce genre d'appel au crime ? La compagnie de Jésus...n'accepte pas dans son rang les "haineux" ... l'Habit, (Une soutane) ne fait pas le moine ... Quand on n'est pas poli...faisons semblant, pour sauver l'image de notre famille. On ne tousse pas bruyamment. Si vous ne pouvez pas vous retenir, mettez la main devant la bouche. Évitez de toussoter en parlant.... Vous avez ridiculisez et le Liban, et l'église catholique.

    Sarkis Serge Tateossian

    00 h 58, le 05 août 2019