Rechercher
Rechercher

Liban

Annulation du concert de Mashrou' Leila : les appels à protéger la liberté d'expression se multiplient

Le comité organisateur du Festival international de Byblos appelle l'Etat libanais "à agir pour assurer que l'expression des artistes reste un droit inaliénable".

Le groupe libanais Mashrou' Leila lors d'un concert, le 8 avril 2017, à Dubai. AFP / KARIM SAHIB

L'annulation par le comité organisateur du Festival international de Byblos du concert du groupe de rock alternatif libanais Mashrou' Leila, programmé le 9 août, a provoqué mercredi de nombreuses réactions, notamment parmi les diplomates en poste au Liban, qui dénoncent une atteinte à la liberté d'expression. 


La voix "étouffée" de la jeunesse
La représentation diplomatique de l'Union européenne au Liban a notamment pris position, via son compte Facebook, en faveur de la liberté d'expression et d'opinion, sans toutefois mentionner la polémique entourant l'annulation du concert. "La liberté d'expression est la pierre angulaire de toutes les démocraties. L'Union européenne soutient fermement le droit de chacun a la liberté d'opinion et d'expression".

L'ambassadeur des Pays-Bas à Beyrouth, Jan Waltmans, s'est également exprimé à ce sujet. "La liberté d'expression est la clé pour toutes les sociétés qui veulent maintenir ou renforcer la démocratie, la transparence et la bonne gouvernance".



L'ambassadrice du Canada au Liban, Emmanuelle Lamoureux, a elle aussi dénoncé la décision d'annuler le concert de Mashrou' Leila. "L'annulation du concert étouffe la voix d'une grande partie de la jeunesse libanaise. La liberté d'expression est une composante essentielle des sociétés démocratiques. Il est sain de se retrouver exposé aux points de vue, opinions et croyances des autres, y compris ceux avec lesquelles on est en désaccord", a-t-elle twitté. Elle a accompagné son message d'une publication qu'elle avait précédemment postée, dans laquelle elle annonçait "être impatiente" d'assister au concert du 9 août, soulignant que le groupe libanais a "de nombreux fans au Canada".



"Droit inaliénable"
La polémique concernant le concert du groupe à Jbeil avait éclaté il y a quelques jours sur les réseaux sociaux en raison d'une atteinte présumée à la religion chrétienne due à une photo représentant une icône de la Vierge dont le visage a été remplacé par celui de la chanteuse Madonna, accolée à un article partagé par le chanteur du groupe, Hamed Sinno, en 2015. Deux des titres du groupe sont également pointés du doigt. Sur un plan plus implicite, l’homosexualité affichée du chanteur semble également déranger.

Mardi, le comité organisateur du festival a finalement annoncé avoir été "obligé d'annuler le concert" du groupe "pour éviter une effusion de sang et préserver la sécurité et la stabilité". Dans un communiqué publié plus tard dans la nuit de mardi à mercredi, le comité organisateur a appelé les autorités libanaises à œuvrer pour que la liberté d'expression reste au Liban "un droit inaliénable", soulignant que la décision d'annuler le concert avait été prise "avec colère et tristesse". "Nous avons coopéré sans relâche avec les autorités compétentes afin que le concert puisse avoir lieu, comme ce fut le cas en 2010 et 2016, mais, en accord avec le groupe, nous avons fini par trancher sur le fait que la sécurité des artistes et du public devait être notre première priorité", ajoutent les organisateurs, qui précisent que le comité organisateur est constitué de "citoyens multi-confessionnels et non-affiliés politiquement". "Le Festival fait appel à sa communauté de soutien, afin qu'elle fasse entendre sa voix et demande à l’État libanais d'agir pour assurer que l'expression de Mashrou' Leila et de tous les autres artistes reste un droit inaliénable", ajoute le communiqué. Et d'ajouter : "La liberté doit être, avant toute autre chose, la liberté de ne pas vivre dans la peur".




Le groupe avait de son côté réagi mardi dans un long communiqué publié sur sa page Facebook. Il a condamné la campagne à son encontre, fondée selon lui sur de fausses accusations et une distorsion des paroles de certaines de ses chansons. Il a précisé que le poste qui a fait polémique avait été partagé sur Facebook en 2015 et supprimé un an plus tard et que les deux chansons incriminées sont connues depuis 2015.

Enfin, onze ONG et associations libanaises avaient annoncé mardi avoir saisi le procureur général pour que des poursuites judiciaires soient engagées "contre les personnes et les acteurs politiques ayant publiquement incité à la violence contre le groupe".

 


Lire aussi
Crise de foil'édito d'Emilie SUEUR

Ex-pressions, l'éditorial de Issa GORAIEB

Écraser l’infâme dans l’affaire Mashrou’ Leila

Mashrou’ Leila, de vrais musiciens d’abord


L'annulation par le comité organisateur du Festival international de Byblos du concert du groupe de rock alternatif libanais Mashrou' Leila, programmé le 9 août, a provoqué mercredi de nombreuses réactions, notamment parmi les diplomates en poste au Liban, qui dénoncent une atteinte à la liberté d'expression. 


La voix "étouffée" de la jeunesse
La...

commentaires (7)

A l'OLJ : Stop à vos promos / propagandes pour un groupe non francophone. Ce groupe ne semble pas interesser grand monde ( je vois autour de moi, les personnes francophones libanaises , sont même contentes qu'on n'en parle plus) Faut militer pour autre chose..défendre la chanson française par ex. c'est aussi défendre l'existence de la presse francophone. Ce groupe Leila et ses rares fans ne sont pas, à mon avis lecteurs de l'OLJ et ne parlent certainement pas la langue de Molière.

RadioSatellite.co

22 h 32, le 31 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (7)

  • A l'OLJ : Stop à vos promos / propagandes pour un groupe non francophone. Ce groupe ne semble pas interesser grand monde ( je vois autour de moi, les personnes francophones libanaises , sont même contentes qu'on n'en parle plus) Faut militer pour autre chose..défendre la chanson française par ex. c'est aussi défendre l'existence de la presse francophone. Ce groupe Leila et ses rares fans ne sont pas, à mon avis lecteurs de l'OLJ et ne parlent certainement pas la langue de Molière.

    RadioSatellite.co

    22 h 32, le 31 juillet 2019

  • Il est inconcevable d’annuler un concert n’importe lequel !! Cependant ce groupe devrait se garder de propager en chanson leur état d’esprit en embrigadant des jeunes à faire pareil dans le futur ça prend juste 2 génération de 5 ans ... les paroles insultantes envers les religions surtout en chanson qui touchent les jeunes SONT AUSSI INADMISSIBLE !!! Pour revenir à ceux qui défendent la liberté et tout le reste on est d’accord mais Gardons nous de copier l’occident SVP mes chères compatriotes gardons cette spécificité qui est la nôtre Concernant ceux qui attaquent et menacent ce même groupe à ceux là je dis si vous avez ne serait ce qu’une petite cervelle vous vous raviserez illico presto car ceci montre une inculture flagrante et montre que vous êtes dans un carcan vraiment étroit

    Bery tus

    19 h 24, le 31 juillet 2019

  • Il est franchement temps de passer à autre chose, pour ce que ce groupe représente... Que ceux qui veulent le voir aillent à Dubaï. Il se représente en 20178, comme écrit en sous-titre. Lol. Bonjour l'émotion.

    FRIK-A-FRAK

    19 h 22, le 31 juillet 2019

  • Les organisateurs du concert ont été faibles car dans un Etat de droit il ne faut pas céder à la terreur de quelque côte qu’elle vienne . Ce sont les organisateurs du concert qui auraient dû prendre toutes les mesures de sécurité nécessaires pour maintenir le concert . Les organisateurs auraient dû avoir un service de sécurité à la hauteur de leur ambition . ( cad avoir l’honneur de programmer Mashrou Leila à Byblos .) C’est la preuve que le Liban est toujours à la merci de groupes fanatiques qui veulent imposer leur violence en niant aux artistes le droit d’exprimer leur art à leur manière et en toute liberté. Vivement que les ONG défendent la liberté d’expression non offensante et acceptent l’humour d’un groupe d’artistes à succès . Vive le Liban Libre loin de tout obscurantisme de pensée qui pourrit l’avancée de la société humaine .

    Karam Mireille

    17 h 57, le 31 juillet 2019

  • Ou est celui qui a ete nomme ministre de l’inculture?..

    Saade Joe

    17 h 56, le 31 juillet 2019

  • NE PAS OUBLIER que depuis le 11 sept 2001 le monde a change du tout au tout. que le terrorisme a pris le dessus, que les sensibilites d'ordre religieux sont devenues le credo du 21e siecle. Insultes pour insultes , ca ne m'empechera pas de dire ma pensee honnete, sans hypocrisie, libre de toute contrainte ou alienation : on veut bien admettre que les libertes, toutes les libertes sont sacro saintes, celle de l'expression surtout. on veut bien accepter que l'on s'attaque -facon de parler- aux religions, a leurs symboles meme . MAIS ALORS aller a la guerre, il faut s'attendre et admettre etre attaques en retour, diabolises meme. une armee qui va en guerre ne peut pas critiquer l'autre armee de tirer et tuer ses soldats n'est ce pas.

    gaby sioufi

    17 h 44, le 31 juillet 2019

  • Chers rédacteurs, éditorialistes et commentateurs de l’OLJ ces chansonniers n’intéressent pas plus vos fidèles lecteurs que la Castafiore . Ils ne sont ni Beethoven ni Mozart, il est tant de passer à autre chose et considérer cette affaire close d’autant plus qu’ils ont dû heurter les sensibilités de citoyens….

    Emile Antonios

    17 h 30, le 31 juillet 2019