X

Idées

Liberté d’expression : ne cédons pas face à la violence !

Affaire Mashrou’ Leila Suite à l’annulation du concert de Mashrou’ Leila « afin d’éviter une effusion de sang » et après discussion au sein de la rédaction, il nous a semblé que pour tenter d’enrayer d’emblée un engrenage risquant, bien au-delà de cette affaire, de s’avérer fatal pour les valeurs défendues depuis toujours par ce journal, il nous fallait réagir autrement qu’à l’accoutumée. Cette réaction prend la forme d’un appel (adopté à une quasi-unanimité par la rédaction) à tirer pleinement les leçons de cette affaire, pour ne plus jamais laisser la peur triompher. Nous avons alors voulu associer à cet appel, par des voies artisanales et dans un laps de temps très court, des membres de la société civile partageant notre indignation (que les signataires potentiels qui n’ont pas été joints et que nous supposons nombreux veuillent bien excuser cette lacune).
03/08/2019
Que l’on ne s’y trompe pas : l’annulation, sous la contrainte, du concert de Mashrou’ Leila, programmé le 9 août, représente une atteinte contre l’État de droit et la liberté d’expression.

Cédant à une campagne de diabolisation d’une violence inouïe contre le groupe de rock libanais, le Festival international de Byblos a annoncé mardi dernier avoir pris cette décision « afin d’éviter une effusion de sang et dans le but de préserver la sécurité » du public, selon ses termes. Bien que cette décision soit animée par un souci de responsabilité qui contraste avec la déraison collective de ces dernières semaines, nous ne pouvons que la regretter, tant elle résonne comme un aveu d’impuissance face à l’obscurantisme politique ou religieux.

Nous réaffirmons d’emblée notre attachement au pluralisme religieux et au respect de la foi de tout croyant, comme à la liberté de chacun de ne pas croire, dans une région où ces principes sont chaque jour un peu plus menacés. Cependant, et quelles que soient nos sensibilités et divergences d’appréciation sur les griefs à l’égard de ce groupe, nous ne pouvons qu’être indignés face à l’enchaînement des faits qui ont conduit à ce renoncement.

Indignés qu’aucune mesure n’ait été prise à ce jour par les autorités contre les cadres partisans irresponsables et groupuscules marginaux qui ont appelé à empêcher cet événement par la force et multiplié les incitations à la violence (allant parfois jusqu’aux appels au meurtre). Et ce alors même que des membres du groupe ont été très rapidement convoqués par les autorités judiciaires, lesquelles n’ont constaté aucune violation de la loi de leur part ni interdit l’événement.

Indignés qu’en dépit de ce quitus, certaines autorités religieuses ont persisté à céder à la tentation du mimétisme en matière de censure – notamment au prétexte que le groupe n’avait pas fait publiquement son mea culpa. Si notre droit borne effectivement la liberté d’expression, notamment en matière de religion, il n’a prévu nulle part cette substitution des autorités spirituelles au pouvoir judiciaire !

Indignés enfin par l’attitude des partis politiques et élus qui ont joué la surenchère du repli identitaire. Dans un contexte de régression manifeste des libertés individuelles et à l’heure où le pays fait face à de graves enjeux financiers, sécuritaires et sociaux, était-il avisé de donner ainsi à sa jeunesse une nouvelle raison de désespérer ?

À l’heure où ce coup de force de la logique de la peur contre la raison risque de s’imposer comme une jurisprudence de fait et de force portant atteinte à la liberté d’expression des artistes et au rayonnement culturel du pays, nous demandons :

– à l’État libanais et ses représentants, à commencer par le président de la République, gardien de la Constitution, de tirer pleinement les conséquences de leur impuissance dans cette affaire. Cela implique que la justice ne laisse pas impunis les méfaits des propagateurs de haine, aujourd’hui comme à l’avenir, et ce quelle que soit leur appartenance communautaire ou politique. Quant au ministère de l’Intérieur, il lui revient de garantir pleinement la sécurité de toute manifestation culturelle autorisée. Il en va de la raison d’être et de la crédibilité de l’État de droit ;

– aux responsables politiques et religieux qui ont réclamé et obtenu cette annulation de rappeler à leurs fidèles et partisans que la liberté d’expression de leurs convictions ne peut franchir les bornes de la loi, du civisme et de la tolérance ;

– enfin et surtout, à nos concitoyens de toutes obédiences qui partagent cette indignation de se joindre à cet appel et de demeurer plus que jamais vigilants face à de telles dérives. Il est de notre devoir à tous de veiller à ce que notre pays demeure fidèle à sa vocation, être « un message de liberté et un exemple de pluralisme pour l’Orient comme pour l’Occident » (Jean-Paul II).

La rédaction de L’Orient-Le Jour


Les signataires

1. La rédaction de L’Orient-Jour

 ---------------------------------

2. Michel Eddé (PDG de L’OLJ, ancien président de la Fondation et de la Ligue maronites, ancien ministre)

3. Nayla de Freige (administratrice déléguée de L’OLJ ; présidente du Festival de Baalbeck)

4. Michel Hélou (directeur exécutif de L’OLJ)

----------------------------------

5. Michel-Antoine Abchi (architecte)

6. Shirine Abdallah (activiste)

7. Gaby Abdelnour (investisseur privé)

8. Nada Abdel Samad (journaliste)

9. Nada Abi Akl (journaliste)

10. Élie Abouaoun (consultant)

11. Bassam Accaoui (chimiste)

12. Nidal Achkar (artiste)

13. Etel Adnan (artiste)

14. Adonis (poète)

15. Georges Aftimos (médecin)

16. Misbah Ahdab (gestionnaire)

17. Rasha al-Ameer (chercheuse)

18. Ali el-Amine (journaliste)

19. Asma Andraos (consultante)

20. Chadi Aoun (réalisateur, créateur)

21. Philippe Aractingi (cinéaste)

22. Zeina Arida Bassil (directrice de musée)

23. Nadim Asfar (artiste)

24. Renée Asmar (présidente de la Fondation Cénacle libanais)

25. Wadih el-Asmar (activiste)

26. Roger Assaf (dramaturge)

27. Antoine Atallah (architecte)

28. Sahar al-Attar (rédactrice en chef du Commerce du Levant)

29. Christiane Audi (présidente de la Fondation Audi)

30. Gérard Avedissian (metteur en scène)

31. Akl Awit (journaliste, écrivain)

32. Chawki Azouri (psychanalyste)

33. Ayman Baalbaki (artiste)

34. Dr Mohammad Badaoui (professeur d’université)

35. Joseph Bahout (professeur d’université, chercheur)

36. Hoda Barakat (écrivaine)

37. Saleh Barakat (galeriste)

38. Karim Basbous (architecte)

39. Dr Noha Baz (pédiatre)

40. Patrick Baz (photographe)

41. Nadine Begdache (galeriste)

42. Gérard Bejjani (professeur d’université, écrivain)

43. Hala Bejjani (directrice de Kulluna Irada)

44. Abbas Beydoun (poète)

45. Karim Émile Bitar (professeur à l’USJ)

46. Nada Boulos (galeriste)

47. Naji Boulos (publicitaire, consultant)

48. Lucien Bourjeily (metteur en scène)

49. Jocelyne el-Boustany (écrivaine, chercheuse)

50. Nora Boustani (journaliste)

51. Rafic Boustani (écrivain, démographe)

52. Soha Bsat Boustani (consultante aux Nations unies)

53. Fady Bustros (consultant)

54. Sabine Bustros (activiste)

55. Brigitte Caland (conférencière à l’AUB)

56. Rabih el-Chaer (consultant)

57. Sara Chahine Ammar (enseignante)

58. Ali Chahrour (chorégraphe, danseur)

59. Jihad Chamas (activiste)

60. Père Jad Chebli (s.j.)

61. Hanan el-Cheikh (écrivaine)

62. Joanna Chevalier (directrice artistique de Beirut Art Fair)

63. Dr Pamela Chrabieh (professeure d’université)

64. Jean-Claude Codsi (cinéaste)

65. David Corm (éditeur)

66. Joseph Courbage (démographe)

67. Antoine Courban (professeur d’université)

68. Fadlallah Dagher (architecte)

69. Salim Dahdah (ancien PDG du Casino du Liban)

70. Pierre Daher (directeur de la LBCI)

71. Hadi Damien (activiste)

72. Père Fadi Daou

73. Hind Darwich (éditrice)

74. Ivan Debs (illustrateur)

75. Nada Debs (créatrice)

76. Nasri Diab (professeur d’université)

77. Dinah Diwan (architecte, peintre)

78. Georges Dorlian (professeur d’université)

79. Jabbour Douaihy (écrivain)

80. Anne-Marie Eddé (professeure émérite à la Sorbonne)

81. Dominique Eddé (écrivaine)

82. Maroun Eddé (cofondateur de Murex)

83. Salim Eddé (cofondateur de Murex)

84. Georges Eid (journaliste)

85. Arwad Esper (programmatrice artistique)

86. Hala Fadel (managing partner de Leap Ventures)

87. Johnny Farah (designer)

88. Simone Fattal (artiste)

89. Mona Fawaz (professeure à l’AUB)

90. Mona Fayad (professeure d’université)

91. Rached Fayed (journaliste)

92. Jean-Pierre Frangié (avocat)

93. Samer Frangié (professeur d’université)

94. Michèle de Freige (journaliste)

95. Monalisa Freiha (journaliste)

96. Emma Gannagé (professeure d’université)

97. Léna Gannagé (agrégée des facultés de droit)

98. Myrna Gannagé (psychologue)

99. Fady el-Gemayel (ingénieur, informaticien)

100. Père Ronney el-Gemayel (s.j., directeur du Cedrac–USJ)

101. Dina Germanos Besson (psychanalyste)

102. Marcel Ghanem (journaliste)

103. Pascal Hachem (artiste)

104. Abdallah Haddad (activiste)

105. Antoine Haddad (professeur d’université)

106. Diala Haddad (architecte paysagiste)

107. Joumana Haddad (écrivaine, activiste)

108. Rana Haddad (architecte)

109. Joanna Hadjithomas (artiste)

110. Élie el-Hage (journaliste)

111. Patricia Hakim (écrivaine)

112. Hanane Hajj Ali (dramaturge)

113. Youssef Haïdar (architecte)

114. Hiam Halawi (enseignante)

115. Shady Hamadeh (directeur de l’ESDU-AUB)

116. Lina Hamdane (activiste)

117. Jamil Ali Hassan (entrepreneur)

118. Abdallah Hatoum (créateur)

119. Mona Hatoum (artiste)

120. Karina el-Helou (curatrice)

121. Khalil Hélou (professeur d’université, général à la retraite)

122. Madeleine Hélou (ancienne vice-présidente du Festival de Baalbeck)

123. Philippe Hélou (cofondateur de Murex)

124. Joseph el-Hourani (architecte)

125. Alia Ibrahim (journaliste)

126. Bélinda Ibrahim (éditrice)

127. Hicham Jaber (metteur en scène)

128. Abdul-Halim Jabr (architecte, professeur d’université)

129. Sana’ el-Jaq (journaliste)

130. Khalil Joreige (artiste)

131. Souheil Kach (professeur)

132. Elham Kallab (professeure d’université)

133. Houda Kassatli (anthropologue, photographe)

134. Zeina Kassem (activiste)

135. Jean-Pierre Katrib (activiste)

136. Rabih Kayrouz (créateur en haute couture)

137. Naila Kettaneh-Kunigk (galeriste)

138. Père Gabriel Khairallah, (s.j., professeur de littérature à l’USJ et à Sciences Po Paris)

139. Talal Khawaja (professeur à la retraite)

140. Antoine Khoury Tawk (ancien chef de municipalité)

141. Eli Khoury (spécialiste en communication)

142. Elias Khoury (écrivain)

143. Fouad el-Khoury (photographe, cinéaste)

144. Gisèle Khoury (journaliste)

145. Liliane Khoury (professeure à l’USJ)

146. Marwan el-Khoury (mathématicien)

147. Melkar el-Khoury (activiste)

148. Cheikh Michel el-Khoury (ancien gouverneur de la BDL)

149. Rana Khoury (activiste)

150. Imad Komayha (journaliste)

151. Albert Kostanian (journaliste)

152. Nadine Labaki (cinéaste)

153. Lynn Maalouf (chercheuse, activiste)

154. Amal Makarem (journaliste, écrivaine)

155. Ziyad Makhoul (ancien rédacteur en chef de L’OLJ)

156. Georgia Makhlouf (écrivaine)

157. Chibli Mallat (avocat)

158. Janane Mallat (productrice TV)

159. Mohammed Matar (avocat)

160. Paul Matar (musicologue)

161. Saoud el-Mawla (professeur d’université)

162. Fadi Melhem (avocat)

163. Sam Menassa (chercheur)

164. Ayman Mhanna (directeur de l’ONG SKeyes)

165. Nada Mhanna (activiste)

166. Lameh Mikati (professeur d’université)

167. Wajdi Mouawad (écrivain, dramaturge)

168. Alia Moubayed (économiste)

169. Claude Moufarege (artiste peintre)

170. Roger Moukarzel (photographe)

171. Nadine Moussa (avocate)

172. Kamal Mouzawak (entrepreneur)

173. Malek Mroué (journaliste)

174. Jyad Murr (directeur de médias et organisateur de concerts)

175. Sami Nader (économiste, analyste politique)

176. Fouad Naïm (journaliste, peintre)

177. Alexandre Najjar (avocat, écrivain)

178. Sobhia Najjar (journaliste)

179. Nahida Nakad (ancienne directrice de la rédaction de France 24)

180. Maya Nassar (écrivaine)

181. Colette Naufal (directrice du BIFF)

182. Joseph Nehmé (avocat)

183. Vatcheh Nourbatlian (professeur d’université)

184. Hassan Ramadan (urologue)

185. Jean Riachi (PDG de la FFA Private Bank)

186. Hassane Rifaï (avocat)

187. Bahjat Rizk (avocat et écrivain)

188. Wissam Saadé (journaliste, professeur d’université)

189. Dima Sadek (journaliste)

190. Marc Saghié (journaliste)

191. David Sahyoun (psychanalyste)

192. Nasser Saïdi (ancien ministre)

193. Oussama Salam (ingénieur, entrepreneur)

194. Ghassan Salhab (réalisateur)

195. Sana Salhab el-Khalil (enseignante)

196. Tania Saleh (chanteuse)

197. Paul Salem (président du Middle East Institute)

198. Ahmad Salman (ancien directeur general d’as-Safir)

199. Farès Sassine (écrivain)

200. Mona el-Sayegh (céramiste)

201. Ziad el-Sayegh (consultant)

202. Antoun Sehnaoui (PDG de la SGBL)

203. Nada Sehnaoui (artiste)

204. Leila Shahid (sociologue, ex-ambassadrice)

205. Lokman Slim (chercheur)

206. Monika B. Slim (chercheuse)

207. Salah Stétié (écrivain)

208. Nayla Tabbara (vice-présidente de la fondation Adyan)

209. Ibrahim Tabet (écrivain)

210. Jad Tabet (président de l’ordre des ingénieurs et des architectes)

211. Sary Tadros (blogueur)

212. Yakzan el-Takki (journaliste)

213. Nayla Tamraz (professeure à l’USJ)

214. Louis Tannoury (sommelier)

215. Alfred Tarazi (artiste)

216. Talal Tohmé (journaliste)

217. Nadine Touma (écrivaine)

218. Hala Wardé (architecte)

219. Mohammad Wehbé (architecte)

220. Fathi el-Yafi (professeur d’université)

221. Gabriel Yared (musicien)

222. Akram Zaatari (producteur)

223. Talal Zeidan (architecte)

224. Jihad el-Zein (journaliste, écrivain)

225. Asmahan Zein (activiste)

226. Nada Zeineh (designer)

227. Zeina Zerbé (psychanalyste)

228. Lamia Ziadé (dessinatrice, écrivaine)


N.B. : Compte tenu de la nature de cette initiative, nous avons décidé de publier des traductions en arabe et anglais du texte original soumis aux signatures. Vos réactions et commentaires peuvent être adressés à l’adresse suivante : redaction@lorientlejour.com


---

Ci-dessous, les traductions en anglais et en arabe du texte de la pétition :



Freedom of Expression : Let us not give in to violence !

Do not be fooled : the cancellation of Mashrou’ Leila’s August 9 concert under pressure from extremists is an attack on the rule of law and freedom of expression.

The Byblos International Festival announced last Tuesday that it took the decision to “prevent bloodshed and preserve security”, surrendering to an extremely violent campaign of demonization against the Lebanese rock band. Although the decision was made out of a feeling of responsibility that contrasts with the collective madness of the past few weeks, it is regrettable because it appears to be an expression of helplessness in the face of political and religious obscurantism.

We unequivocally assert our attachment to religious pluralism and our respect for the faith of every believer and for the freedom to be a non-believer. We defend these principles in a region where they are threatened more and more every single day. Regardless of our individual sensibilities and opinions about the objection raised against this band, we can only be outraged at the course of events that led to this decision.

We are outraged because, so far, the authorities have taken no action against the irresponsible party members and marginal groups that forcibly called for the event to be cancelled and incited violence, even at times calling for murder. Instead, judicial authorities summoned the band for questioning–not those responsible for the campaign of hatred–and decided not to cancel the event because the band had not violated the law.

We are outraged because, despite clearance from the judicial authorities, some religious officials insisted on imposing their own censorship, under the pretext that the group did not publicly make its mea culpa. Our laws do restrict the freedom of expression when it comes to religion. But nowhere does it say that religious authorities can stand in for judicial ones.

Finally, we are outraged because of the attitude of political parties and members of Parliament who chose to withdraw into their individual sectarian communities. At a time when there has been a clear regression on individual freedoms and when the country is facing serious financial, security and social challenges, was it really necessary to give youth a new reason for despair ?

Facing a situation where mob rule–fear in the face of reason–is imposing itself as de facto law and harming artistic freedom of expression and our country’s cultural luminance, we demand :

- the Lebanese government and its representatives, starting with the President of the Republic, the guardian of the Constitution, to draw the consequences of their powerlessness in this case. This implies they ensure that the judiciary should not allow, now or in the future, the misdeeds of hate mongers to go unpunished, regardless of their sectarian or political affiliation. The Ministry of Interior should also provide complete security for any authorized cultural event, this being the “raison d’être” that gives the rule of law its credibility;

- political and religious leaders who called for, and obtained, the cancellation to remind their followers and partisans that their freedom to express their convictions cannot infringe on the limits of law, civility and tolerance;

- finally, and most importantly, our citizens of all faiths who share this outrage to answer this call and stay more vigilant than ever in the face of such abuses. It is our duty to make sure that our country remains true to its calling to be, as Pope John-Paul II said, “a message of freedom and an example of pluralism for the East and the West alike.”

The Editorial Team of L’Orient-Le Jour

---


Cliquez pour agrandir



Lire aussi
Après l’annulation du concert de Mashrou’ Leila, la société civile contre-attaque

Chers Hamed, Carl, Haig et Firas, le billet de Médéa AZOURI

Libertés publiques au Liban : « Le silence coupable des partis politiques doit cesser »

Crise de foil'édito d'Emilie SUEUR

Ex-pressions, l'éditorial de Issa GORAIEB

Annulation du concert de Mashrou' Leila : les appels à protéger la liberté d'expression se multiplient

Écraser l’infâme dans l’affaire Mashrou’ Leila

Mashrou’ Leila, de vrais musiciens d’abord


À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

MGMTR

Il est un peu mal-veillant envers la population d'élever une interdiction au rang de mythe sans savoir de quoi il s'agit au juste. Qu'ils publient une vidéo de ce concert Mashrou' Leila, devenu cancer, pour qu'on puisse juger sur pièce.

Les élites qui ne sont pas au pouvoir ont une responsabilité toute particulière de ne pas traiter le peuple comme des moutons.

La liberté d'expression existe bel et bien au Liban et les exceptions ne font que confirmer la règle.

Paul-René Safa

Je signe des deux mains!

Salim Dahdah

Merci et bravo à la direction de l'OLJ d'avoir parrainé cette pétition en faveur de la liberté d'expression !
Quelques précisions s'imposent toutefois:
1-La défense de la liberté d'expression est avant tout celle de tous et de tous les points de vues sans distinction aucune.
2-Le contour de la liberté d'expression est déterminé uniquement et exclusivement par la loi et les Institutions de la République qui régissent les liberté publiques et privées des citoyens.
3-En cas de litige, seules les Institutions ont le droit de trancher, et personne n'a le droit de se faire justice ou de se s'y substituer.
4-Le respect de l'autre ou de la différence avec l'autre passent obligatoirement par ce processus.

Allam Charles K

J’accuse ceux qui ont exigé l’annulation de la représentation de Mashrouh’ Leïla de vulgaire petit esprit, et de manque de foi dans leur religion. J’accuse ceux qui ont cède au chantage de manque de courage devant leur responsabilités de défendre la liberté d’expression surtout que la tête de Madonna sur le corps de la vierge est d’un ridicule à ignorer plutôt que de s’en indigner. Les deux groups ont insulte notre intelligence a pouvoir différencier entre vraie religion ou vraie foi et la banale et dérisoire expression artistique de la chanson.
Je signe le manifeste
Charles Khalil Allam

Eddy

Jesus je crois en Lui, il m'a créé libre de croire et de ne pas croire en Lui. Il m'aime énormément j'usqu'à céder sa volonté et etre mis à mort. Je suis pour la liberté d'expression car Jésus est le premier à m'apprendre de m'exprimer librement; même Saint Pierre la renié 3 fois (libre de son expression). C'est un cheminement que chaque personne désireuse de Paix pourrait passer par.
Arretons de prendre la place de Dieu.
Dieu seul juge, Dieu veut la paix, ceux qui on dans leur coeurs des pensées mauvaises c'est à Dieu de les juger.
Ne jugez pas, vous ne serez pas juger.

Christian Samman

J'applaudis le courage de l'OLJ dans cette démarche, cet «appel à ne pas céder à la violence».
J'applaudis celles et ceux qui se sont exprimés pour signifier leur désapprobation, leur opposition, à toute forme d'obscurantisme et d'annihilation...
Je signe!

Remy Martin

Faudrait poster cette petition en ligne pour que TOUS ceux qui le souhaitent puissent la signer.

TrucMuche

La liberté ne peut avoir de bornes, bravo
pour cette pétition. À quand l'abolition de la
censure dans ce pays?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,OLJ LE PRODROME DE LA CENSURE DE LA LIBRE EXPRESSION DES INTERNAUTES RIEN QUE PARCEQUE LA REACTION N,EST PAS DANS LEUR LIGNE. ILS DEVRAIENT ETRE LES DERNIERS A PARLER DE LIBRE EXPRESSION.

Sarkis Serge Tateossian

Il y a des hommes qui limitent leurs libertés par l'exigence religieuse dogmatique, et d'autres, des hommes libres, vivent leur liberté émancipatrice religieusement.

C'est un choix de société entre la lumière (que les religieux aiment la proclamer malgré leur réticence à y attendre, car il n'y a guerre de lumière sans liberté) et l’obscurantisme...

Les droits de la personne doivent être restaurés et protégés contre les menaces qui l'assaillent de tout part. Une des libertés fondamentales la plus menacée et celle d'être différent ...

Que signifie tuer au nom de la religion ?
Comment un chrétien ou un religieux...ose menacer la vie d'autrui pour offense ? Comment cet individu "ignoble" regardera ses fidèles dans leurs yeux lors des cérémonies religieuses pour prêcher la paix, l'amour, le respect de la vie que Jésus nous a enseigné ?

Il a fallu 500 000 ans au pithécanthrope pour s'élever au rang d'homme de Néanderthal, 30 000 ans pour passer de ce dernier à l'homme de Cro-Magnon.

Combien l'Homo Sapiens mettra-t-il de temps à se détruire lui-même ?

Car au fond c'est de ça qu'il s'agit.
Tuer l'homme différent, c'est se donner la mort.

Libanais, réveillez-vous....la haine, c'est la mort.

Avec cette haine déversée, le Liban a perdu...car le monde nous regardait..
Certains religieux ont perdu toute crédibilité,
Les partis ont montré leur incapacités...
seul gagnant dans cette histoire...
Mashrou'Leila. Hier inconnu, aujourd’hui célèbre.

TORIEL Raphael

Je signe des deux mains une lettre que je n'ai pas eu l'occasion de signer. Bravo!

Tina Chamoun

L OLJ pr la liberté de l'expression alors que les administrateurs de cette mêmes page n'hésitent pas à censurer souvent des commentaires qui ne leur plaisent pas ?? Hahaha Vous devenez de plus en plus marrants.

Homsy Christian

J’ajoute mon nom à ces signataires, Christian Homsy, Médecin et CEO d’une entreprise active dans la recherche contre le cancer

Aractingi Jean-Marc

Bonjour,

je souhaiterai joindre ma voix aux signataires de "La liberté d'expression"

Merci à l'Orient-Le Jour" pour cette initiative !

Bien à vous

Jean-Marc ARACTINGI, Diplomate

Président de l'Association Franco-Arabe des Diplômés des Grandes Ecoles Françaises ( ENA, X, HEC, AgroParisTech...)

Président du Mouvement Laïque Arabe

Eddé Dominique

Merci à Marie-Claude Najm pour son analyse qui me donne l'occasion de saluer ici la mémoire de mes amis Youakim Moubarak et Grégoire Haddad.

BOSS QUI BOSSE

Chiche ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

INSULTER ET TOURNER EN DERISION LES SYMBOLES SACRES D,AUTRUI EST-CE DE LA LIBERTE D,EXPRESSION OU DE L,IGNOMINIE ET DU BLASPHEME ? QUI DONNE LE DROIT A CERTAINS D,INSULTER ET DE TOURNER EN DERISION LES AUTRES ? LA LIBERTE D,EXPRESSION DOIT ETRE HONNETE ET INNOCENTE. TOUS CES MESSIEURS QUI ONT SIGNE LA PETITION ATTAQUENT -LA LIBERTE D,EXPRESSION- DE JEBRAN BASSIL POUR BEAUCOUP BEAUCOUP MOINS TOUS LES JOURS. FAUT ETRE JUSTE ET HONNETE PARTOUT.

Najm Marie-Claude

Excellente initiative de la rédaction de l'OLJ, à laquelle j'aurai été heureuse de me joindre. La vraie démocratie est, d'abord et avant tout, dans le respect du droit et des institutions: la substitution du clergé et de la rue aux autorités judiciaires est un précédent dangereux. Quant à ce christianisme identitaire, revendicateur, étriqué et exacerbé, qui s'est manifesté ces derniers jours, il s'inscrit dans un rapport de force insidieux et une concurrence malsaine avec certaines positions liberticides des autorités musulmanes, et renie l'essence du message chrétien et libanais. Celui qu'ont si bien porté, chacun à sa manière, les pères Youakim Moubarak, Michel Hayek et Grégoire Haddad.

BOSS QUI BOSSE

Est ce que l'olj permettrait la publication d'une liste signée de 500 noms ou plus, qui approuve le rejet catégorique que ce groupe , innocenté par opposition à diabolisé , dans vos colonnes ?


Gebran Eid

Je signe

Yeomans Roger

Comme toujours, on remarque bien des exemples de 'whataboutery' autour de cette affaire. Mais la question est si simple. Si je suis libre d'exprimer mon opinion/mon art, il se peut que quelqu'un se voie offensé par ce que j'ai dit ou fait. Mais dans un État de droit, la justice détermine les limites de la liberté d'expression.

Et soutenir et protéger la liberté d'expression ne veut pas dire qu'on est d'accord avec ce qui se fait exprimer.



COURBAN Antoine

أهنّئكم على هذه المبادرة القيّمة
أقترح عليكم أن تفتحوا التوقيع لأكبر عدد ممكن من المواطنين بوضع هذا النصّ على شبكة الأنترنيت قابلا للتوقيع

Bravo pour votre initiative.
Je vous suggère de transformer ce texte de trois langues en une pétition ouverte à n'importe qui pour signature, et ce via Internet. L'affaire est trop importante pour la laisser se cantonner dans le cadre du seul lectorat francophone de L'OLJ, quotidien plus que précieux pour la défense des libertés publiques

HABIBI FRANCAIS

Le Liban aurait merite une bonne dose de marxisme pendant 70 ans en interdisant les religions..le pays serait uniforme maintenant .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MESSIEURS DE L,OLJ VOUS DIVAGUEZ. CE N,EST PAS LA LIBERTE D,EXPRESSION QUE VOUS DEFENDEZ CAR CETTE LIBERTE A DES LOIS ET DES BORNES. VOUS DEFENDEZ LA LIBERTE ANARCHIQUE D,INSULTER ET DE TOURNER EN DERISION LES SYMBOLES SACRES DES AUTRES PAR ECRIT, PAR IMAGE OU PAR ART, ET PARTANT DE LES PROVOQUER. ALLEZ, PUBLIEZ LES PHOTOS DE VOS MERES, FEMMES OU FILLES ET CELLES DE TOUS LES SIGNATAIRES DE VOTRE PETITION AVEC LA TETE DE L,ACTRICE MADONA A LA PLACE DE LEURS TETES POUR NOUS MONTRER DE QUELLE LIBERTE D,EXPRESSION VOUS PARLEZ ET QUELLE ACTION CIVILISEE ET INNOCENTE VOUS DEFENDEZ.

Maya B.

J’aurais aimé signer cette pétition

T Myriam

J’aimerais ajouter mon nom aux signataires svp
Myriam Tueni: mère de famille défendant la liberté d’expression pour le futur de mes enfants!

OMAIS Ziyad

Respect à la Rédaction de l'Orient Le Jour !!!

Fady Challita

Grands mercis a la Redaction pour cette initiative, esperant qu'elle portera ses fruits.
J'aurais bien aimé connaitre les positions de ces violents detracteurs du groupe Mashrou3 Leila quant aux evenements concernant Charlie Hebdo d'il y a qq. annees.
Je suis sur que ces memes personnes ont du defendre bec et ongles la liberte d'expression de cet hebdomadaire en ce temps.
Bien sur il s'agissait alors du Prophete Mohammad mais là maintenant la donne a changé alors pas touche. Quelle honte..

ISSA-EL-KHOURY Joe

Quelle est la différence entre ceux qui menacent de “faire couler le sang” à Byblos à cause d’une chanson et ceux qui ont “fait couler le sang” à Charlie Hebdo à cause d’un dessin..!!?

libanais étranger au liban

encore???!!!!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le CPL songe sérieusement à rester en dehors du prochain gouvernement

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.