Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Assassinat à Aïn el-Heloué : retour au calme précaire dans le camp, les suspects en fuite

Les échanges de tirs ont provoqué l'incendie de plusieurs maisons et des commerces en dehors du camp ont été endommagés par des balles perdues.

Une rue du camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Héloué. Photo d'archives AFP / JOSEPH EID

La situation semblait s'être à nouveau apaisée samedi en début d'après-midi dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Heloué (Liban-Sud), après des échanges de tirs dans la matinée, suite à l'assassinat, vendredi, du fils d'un officier du Fateh dans le camp.

Selon l'Agence nationale d'Information, le calme précaire est revenu dans les rues du camp à la fin de l'opération sécuritaire menée par le Fateh afin de retrouver Bilal Arkoub, chef d’un groupe radical qui porte son nom. Selon des sources concordantes, le service de sécurité du camp a identifié l'assassin de Hassan Alaëddine, alias al-Khamini, le fils de Jamal Alaëddine, un haut-gradé du Fateh, comme étant Youssef Arkoub, fils de Bilal Arkoub, chef d’un groupe radical qui porte son nom, selon des sources concordantes. Al-Khamini a été tué par balles alors qu'il participait à une manifestation à Aïn el-Heloué pour le droit au travail des Palestiniens.

Au cours de l'opération de ratissage du camp, des accrochages ont eu lieu, à coups de tirs d'armes automatiques et de roquettes, entre les forces responsables de la sécurité du camp et les membres du groupe armé al-Ansar dans le quartier où réside la famille Arkoub. Les services de sécurité ont pu prendre le contrôle du domicile du chef du groupe armé, qui avait toutefois réussi à fuir avec son fils.



(Lire aussi : L’assassinat-message du fils d’un cadre du Fateh à Aïn el-Heloué)



Dégâts matériels
L'assassinat de Hassan Alaëddine a provoqué, depuis hier, des accrochages armés. La nuit de vendredi à samedi et la matinée de samedi avaient été marquées par des échanges de feu réguliers. Les affrontements ont provoqué l'incendie de plusieurs maisons à l'intérieur du camp, tandis que des balles perdues ont provoqué des dégâts à l'extérieur du périmètre du camp de réfugiés, notamment sur les façades de commerces du quartier de Hasbé. L'Ani ne fait état d'aucune victime, tandis que la chaîne de télévision locale LBC affirme que Bilal Arkoub a été blessé lors des affrontements.

Afin d'effectuer le suivi de cet incident, une réunion sécuritaire urgente a été convoquée par les responsables palestiniens pour examiner la situation sécuritaire dans le camp. L'Ani ne précise pas toutefois quand cette réunion aura lieu.

En avril dernier, l'assassinat d'un cadre du Fateh, Mohammad Nazih Khalil, alias "Abou el-Kell", avait provoqué une période tension dans le camp.



Pour mémoire
Aïn el-Héloué vers l’accalmie, après le meurtre d’un cadre du Fateh

Un Palestinien poignardé lors d’une dispute à Aïn el-Héloué

Une femme blessée par une balle perdue à Aïn el-Héloué

Les forces palestiniennes veulent remettre Mohammad Arkoub aux autorités


La situation semblait s'être à nouveau apaisée samedi en début d'après-midi dans le camp de réfugiés palestiniens de Aïn el-Heloué (Liban-Sud), après des échanges de tirs dans la matinée, suite à l'assassinat, vendredi, du fils d'un officier du Fateh dans le camp. Selon l'Agence nationale d'Information, le calme précaire est revenu dans les rues du camp à la fin de l'opération...
commentaires (3)

Et la libération de la Palestine, ils en ont entendu parler....que font les palestiniens des camps, ici et ailleurs, pour libérer leur pays de l'occupation? comptent ils sur les vieillards de l'OLP? sur les amerlocs? ou bien espèrent ils rester réfugiés pour le restant de leur vie, vivant dans des conditions inhumaines? Ils sont où les FPLP, FDPLP, La SAÏKA ,.... que font ils?

HIJAZI ABDULRAHIM

18 h 50, le 03 août 2019

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Et la libération de la Palestine, ils en ont entendu parler....que font les palestiniens des camps, ici et ailleurs, pour libérer leur pays de l'occupation? comptent ils sur les vieillards de l'OLP? sur les amerlocs? ou bien espèrent ils rester réfugiés pour le restant de leur vie, vivant dans des conditions inhumaines? Ils sont où les FPLP, FDPLP, La SAÏKA ,.... que font ils?

    HIJAZI ABDULRAHIM

    18 h 50, le 03 août 2019

  • On va même arriver à faire croire que le hezb libanais de la résistance est celui qui a crée de toute pièce ces camps et qu'il en a le contrôle total. Pour éviter de dire que ces camps sont la conséquence d'une politique d'un pays usurpateur mais EXEMPLAIRE D'APRÈS CERTAINES PERSONNES. Ça devient une tare nationale.

    FRIK-A-FRAK

    17 h 56, le 03 août 2019

  • L'Armée libanaise n'entre pas en principe dans les camps de réfugiés palestiniens...etc., mais en contrôle les entrées..." Méthode apparemment très efficace, puisque tous les hors-la-loi, assassins et autres groupuscules extrémistes ont pu s'y implanter ou en sortir... UN ETAT LIBANAIS FORT nous répéte-t-on chaque jour...mais où se trouve-t-il au juste...??? Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 03, le 03 août 2019

Retour en haut