X

Liban

Les sanctions US contre des députés du Hezbollah, un message éminemment politique

Liban-États-Unis

L’administration Trump invite implicitement le Liban officiel à couper les ponts avec le parti chiite.

11/07/2019

La décision prise mardi par les États-Unis d’élargir le champ d’application des sanctions en y incluant des personnalités politiques du Hezbollah ne manquera pas de secouer un peu plus la scène politique libanaise déjà fragilisée par une multitude de dissensions et une crise économique des plus inquiétantes.

Bien qu’inédites – c’est la première fois que la branche dite politique du Hezbollah est visée de la sorte –, ces sanctions, à la forte symbolique, ne risquent pas pour l’heure d’affecter l’économie ou le secteur bancaire en tant que tels, selon les experts, mais pourraient mettre le Liban officiel dans l’embarras. Déjà miné par une série de polémiques internes, le gouvernement est appelé à prendre position pour protester – ne serait-ce que pour la forme – contre ces nouvelles mesures, sans toutefois susciter le courroux de l’administration américaine, qui reste en définitive le principal pourvoyeur de fonds et d’équipements à l’armée libanaise.

Pour l’heure, le chef de l’État Michel Aoun a affirmé que le Liban « va suivre ce dossier avec les autorités américaines concernées ». Le président du Parlement Nabih Berry a dénoncé pour sa part une « agression », alors que le Premier ministre Saad Hariri évoquait hier un « nouveau tournant » qu’il va falloir traiter « de la manière que nous jugerons adéquate ».

S’inscrivant dans la foulée des sanctions qui pleuvent depuis plus d’un an sur l’Iran et son allié le Hezbollah, un parti placé par les États-Unis sur la liste des organisations terroristes, ces nouvelles mesures américaines contre Mohammad Raad, le chef du groupe parlementaire du Hezbollah, le député Amine Cherri et le responsable du service de sécurité du parti, Wafic Safa, revêtent une signification politique majeure. Pour de nombreux analystes, il s’agit d’une nouvelle mise en garde américaine adressée au gouvernement libanais pressé de se distancier le plus possible du Hezbollah.

En s’attaquant à des représentants siégeant au Parlement notamment, l’administration US envoie un message clair à qui veut l’entendre qu’il n’y a plus lieu de faire le distinguo entre branche politique et branche armée du parti chiite. Une position explicitement motivée dans le communiqué publié par le Trésor américain, qui a diffusé une photo de M. Cherri aux côtés de Kassem Soleimani, chef de la Force al-Qods, la branche chargée des opérations extérieures des gardiens de la révolution iraniens. Cette proximité, précise le communiqué, « illustre l’absence de distinction entre les activités politiques et militaires du Hezbollah ». Le député de Beyrouth est également accusé d’avoir menacé les responsables d’une banque et leurs familles après que l’établissement a gelé les comptes de membres du parti chiite placés sur la liste des sanctions américaines.



(Lire aussi : Une alternative à une opération militaire, selon le Hezbollah, le décryptage de Scarlett HADDAD)



Quant à Mohammad Raad, le Trésor américain lui reproche de « continuer à donner la priorité aux activités du Hezbollah et à prendre en otage la prospérité du Liban ». Autant de motifs qui, selon les experts, ne sont pas convaincants dans leur formulation et n’expliquent pas les véritables enjeux derrière le choix de ces trois nouvelles victimes des sanctions US.

Car si l’impact financier direct sur les trois personnalités est quasiment nul – le secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah avait déjà affirmé il y a plusieurs mois qu’aucun membre du parti chiite ne détenait des comptes dans les banques libanaises, une information confirmée par une source proche du secteur bancaire–, c’est le message politique derrière cette initiative qui est surtout à retenir.

En ciblant, pour la première fois, des députés et une des figures les plus importantes de l’appareil de sécurité du parti chiite, les Américains cherchent vraisemblablement à dire à l’ensemble de la classe politique libanaise qu’il est temps de prendre au sérieux la guerre que mènent les États-Unis contre l’Iran et son bras droit, le Hezbollah, et que l’escalade va se poursuivre.

« Le message que vient d’envoyer l’administration US n’est pas seulement adressé au Hezbollah, mais également à l’État libanais. Ces nouvelles sanctions surviennent après une série d’avertissements lancés notamment par le secrétaire d’État Mike Pompeo », commente pour L’Orient-Le Jour Hanine Ghaddar, chercheuse au Washington Institute. Lors de son dernier passage au Liban en mars dernier, le responsable du département d’État américain avait clairement dénoncé les « activités déstabilisatrices » du Hezbollah, appelant les Libanais à « faire face » au parti chiite qui « met le Liban et son peuple en danger ».

« Nous allons passer beaucoup de temps à dialoguer avec le gouvernement libanais sur les moyens que nous pouvons mettre à sa disposition pour l’aider à couper le fil que l’Iran et le Hezbollah lui tendent », avait déclaré le secrétaire d’État devant les médias. Le ton avait été donné.

Ces nouvelles sanctions, qui se sauraient être dissociées des mesures prises par l’administration de Donald Trump à l’encontre de l’Iran, seraient ainsi une manière indirecte de rappeler le gouvernement libanais à l’ordre. « La marge de tolérance à l’égard de l’exception libanaise représentée par l’implication du Hezbollah dans le système institutionnel libanais est en train de rétrécir », commente à son tour l’analyste politique Sami Nader.



(Lire aussi : Les sanctions US contre l'Iran "font mal" au Hezbollah, selon le Washington Post)



Couper les ponts
Le choix de Wafic Safa n’est d’ailleurs pas anodin non plus. Le responsable de la sécurité au sein du parti est l’homme chargé d’effectuer la coordination entre l’armée libanaise et le Hezbollah, mais aussi entre ce dernier et le Courant patriotique libre. Selon l’analyse livrée par Mme Ghaddar, « c’est donc à l’armée libanaise que l’administration américaine chercherait à adresser une mise en garde l’invitant à couper les ponts avec le parti chiite ». Idem pour le Courant patriotique libre, qui est sommé à son tour de manière implicite de reconsidérer son partenariat avec le parti chiite, estime encore la chercheuse.

Pris entre les tenailles, le gouvernement libanais est invité une fois de plus à faire montre de créativité pour, d’une part, protester contre ce que le président de la Chambre Nabih Berry a appelé « une agression contre le Parlement et contre le Liban » et, d’autre part, couvrir ses arrières en sauvegardant notamment les acquis du soutien fourni à l’armée libanaise.

« La question est de savoir jusqu’où pourra aller cette escalade et quelles seront les personnalités qui feront prochainement les frais de ce processus », poursuit Sami Nader, qui se demande si les prochaines sanctions ne vont pas toucher à l’avenir d’autres députés, voire des ministres du Hezbollah, mais aussi leurs alliés, notamment au sein d’Amal ou du CPL.

C’est également un durcissement des mesures américaines que craint Roger Melki, économiste et consultant qui, tout en estimant que les nouvelles sanctions contre des députés du parti chiite ne sont pas dramatiques en elles-mêmes, elles risquent toutefois d’être annonciatrices d’une escalade autrement plus pénible pour le Liban.

« Les USA cherchent par tous les moyens à affaiblir l’Iran et le Hezbollah en recourant à la politique des petits pas tout en laissant la voie ouverte à des négociations futures. C’est en augmentant la pression qu’ils espèrent paver la voie aux négociations », estime M. Melki, qui affirme toutefois ne pas craindre pour l’instant des répercussions économiques ou financières pour le Liban.



Lire aussi

Nasrallah menace les États-Unis de construire une usine de missiles balistiques de précision au Liban


Pour mémoire

Des cellules du Hezbollah opèrent au Venezuela, révèle l'ex-chef espion de Maduro

Les sanctions US contre l'Iran "font mal" au Hezbollah, selon le Washington Post

Pompeo appelle l'Allemagne à proscrire le Hezbollah

Aux Etats-Unis, un membre actif du Hezbollah reconnu coupable d'avoir préparé des attentats


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Jean abou Fayez

Cette atteinte à la souveraineté du Liban est insupportable. Imagine-t-on un ultimatum iranien ou russe ou autre disant qu'il faut couper les ponts avec le Futur ou les LF ? C'est absurde.
Il faut que l'armée libanaise se tourne vers la Russie ou la France pour s'armer...

HABIBI FRANCAIS

Le Liban etant une colonie iranienne,il ne faut pas s etonner a ce que Washington resserre de plus en plus son etau .....c est au peuple libanais patriote d agir pour liberer son pays de l emprise malfaisante des mollahs une fois pour toute.

Chucri Abboud

Ils sont amusants ces américains , qui avaient tout fait pour aider l'Iran contre l'Irak !

Irene Said

Ce groupe parlementaire du Hezbollah, combien de fois par jour...semaine...mois...année se réunit-il ainsi au complet pour discuter et planifier des projets concernant le Liban et son peuple, uniquement ?
Irène Saïd

Pierre Hadjigeorgiou

L’étau se resserre et ils ont beau prétendre que cela ne les dérangent pas, ils sont aux abois! Ils ne pourront plus utiliser que du cash et celui-ci est de plus en plus rare. Car pour en avoir il faut encore avoir accès aux banques. Au bout d'un moment les fonds liquides se tariront aussi ou seront très limités. Ils n'arrivent plus a bénéficier des trafics de drogue d’Amérique du Sud. Ils n'ont plus du liquides en provenance de l'Iran, Hassouna s’est mis a la mendicité et tous ceux qui s'y touche se trouve fichés et sous sanctions... Qui voudra encore leur tendre la main? Attendez voir lorsque les sanctions toucheront Berry et ses sbires a lui qui pour l'instant facilite encore les transferts au Hezbollah! Idem pour Gebran Bassil et son beau père! Ce ne va pas être du gâteau et ça se rapproche!

Yves Prevost

"c’est donc à l’armée libanaise que l’administration américaine chercherait à adresser une mise en garde l’invitant à couper les ponts avec le parti chiite". Il faut en effet que cesse une scandaleuse collusion entre l'armée libanaise et une milice illégale.

Lecteurs OLJ

Les USA, cherchent à nous faire mal partout, mais ils nous ont déjà fait tant de mal que nous ne sentons plus le mal.
Ils ont créé eux-mêmes les Ayatollah, leurs structures et leurs pendant, établi leur carnet de route, sarclé les voies déblayant devant eux les ronces et les nids de poule.
Maintenant que leur infernale machine est lancée, ils ne savent plus comment éteindre le moteur.
Ils s’en prennent aux faibles et aux plus petits, ils nous ont créé tant de déboires, détruit notre pays, que nous accueillons leurs décisions avec un haussement d’épaule.
Georges Tyan

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TEMPS DES CHANSONS FINALES APPROCHE.

Saliba Nouhad

Analyse pertinente et qui reflète la triste réalité do notre pays que nous dénonçons régulièrement...
Le décision politique et militaire du Liban est tout simplement prise en otage par une milice théocratique aux visées ultra nationales depuis des années, paralysant et terrorisant du même coup toute velléité d’opposition purement nationaliste et empêchant tout dialogue démocratique constructif, maintenant ainsi le pays dans cet état de décrépitude politique, sociale et économique...
Il ne faut donc pas s’etonner que dans ce jeu de géopolitique régionale, le camp sunnite, israélien et américain ne vont pas rester les mains croisées et vont utiliser toutes sortes de mesures non militaires pour l’instant pour asphyxier et isoler complètement la plus grande menace pro-iranienne qu’est le Hezbollah...
Et ce n’est que le début...
Mauvaises nouvelles pour le Libanais moyen?
A court terme, oui, mais à long terme, on ne peut continuer avec cette mascarade et il faudrait rétablir un peu l’équilibre de la terreur et redonner un peu d’espoir pour l’avenir du pays!

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Salam, Mikati et Siniora en Arabie : un rééquilibrage face à l’influence iranienne grandissante

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants