Liban

A Tripoli, Bassil évoque "des menaces" et des "risques sécuritaires" autour de sa visite

"Tripoli n'a pas besoin de partis politiques démagogiques", lance le leader druze Walid Joumblatt, en critiquant le chef du Courant patriotique libre.

Le chef de la diplomatie libanaise, Gebran Bassil. Photo d'archives Reuters

Le chef du Courant patriotique libre et ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui est arrivé samedi matin sous haute escorte à la Foire Rachid Karamé de Tripoli, dans le cadre d'une tournée partisane tendue, a affirmé avoir reçu des menaces et a expliqué avoir avancé la date de sa visite en raison de la situation sécuritaire, près d'une semaine après les affrontements armés entre partis druzes rivaux qui ont émaillé sa visite dans le caza de Aley.

"Je suis à Tripoli, cette ville que j'aime et que j'aimerai, malgré ceux qui nous méprisent" a lancé Gebran Bassil, qui était arrivé sous l'escorte de gardes du corps et de militaires armés jusqu'aux dents, dont certains cagoulés.

La visite de M. Bassil était initialement prévue pour demain et risquait d'être annulée en raison des risques sécuritaires, après la mort de deux gardes du corps du ministre d'Etat pour les affaires des Réfugiés, Saleh Gharib, qui accompagnait dimanche dernier le chef du CPL dans sa tournée dans la Montagne druze. Plusieurs rendez-vous prévus à l'agenda de M. Bassil ont finalement été annulés, le leader maronite s'étant finalement uniquement entretenu avec des partisans de sa formation dans la capitale du Nord.


(Lire aussi : Bassil aujourd’hui dans le Nord : Tripoli ne sera pas un nouveau Qabr Chmoun)


Des "menaces"

"Nous avons changé la date de la visite pour des raisons sécuritaires et en raison des menaces que nous avons reçues malheureusement. Mais nous n'accepterons pas que le Liban soit divisé", a martelé Gebran Bassil lors d'une allocution qu'il a prononcée devant les membres du CPL. 

"Le programme de la visite n'est plus important. Je suis là pour retrouver les militants du CPL. C'est la symbolique de la visite qui compte car nous n'accepterons pas que des lignes rouges soient tracées et que des zones soient interdites de visite. Le Libanais ne se cantonne pas dans une région ou une autre. Il se déplace dans tout le pays. Nous sommes là pour nous exprimer en toute liberté, et je remercie ceux qui se sont rassemblés pour protester contre ma visite, car c'est cela Tripoli : une ville où les gens manifestent pacifiquement", a-t-il ajouté.

Des responsables et notables de Tripoli ont exprimé leur opposition à la visite du chef de la diplomatie. Plusieurs personnes se sont également rassemblées aujourd'hui au niveau du rond-point Nini, à proximité de la Foire Rachid Karamé, pour protester contre la présence du chef du CPL.

 "Je ne suis pas étranger à Tripoli. J'y étais un habitué depuis mon plus jeune âge. Nous allions à Tripoli et Tripoli venait à nous. Durant le mois du Ramadan, j'ai assisté à un iftar ici à Tripoli. Je vous promets que je reviendrai à Tripoli prochainement", a souligné Gebran Bassil. 


(Lire aussi : Bassil : Les forces du mal ne prendront pas le dessus sur les forces du bien)


"Invasion"

"Beaucoup de choses ont été dites à propos de cette visite aujourd'hui mais cela n'en valait pas la peine. Cette tournée est comme toutes les autres que j'effectue ailleurs dans le pays. Mais ils veulent nous éloigner du peuple. Comme vous voyez, c'est une petite visite que j'effectue pour transmettre un message de convivialité . On ne peut pas nous accuser "d'invasion". Nous n'avons jamais participé à la guerre des autres, ni dans la Montagne (druze), ni à Tripoli ni ailleurs. Nous n'avons jamais dressé des barrages pour porter atteinte à la dignité des gens. Nous avons toujours été aux côtés de l'armée contre les milices", s'est-il également défendu. 

"Nous ne sommes pas sectaires. C'est en voulant interdire cette tournée qu'on instaure la discorde. Car cette visite avait pour objectif de confirmer le vivre-ensemble, a affirmé le chef du CPL. Ce n'est pas nous qui avons assassiné le Premier ministre originaire de Tripoli", a ensuite lancé Gebran Bassil, dans une allusion à l'assassinat de l'ancien Premier ministre Rachid Karamé le 1er juin 1987 dont le chef des Forces libanaises, Samir Geagea, rival de M. Bassil, avait été tenu pour responsable. M. Geagea, avait été condamné en 1994 à trois peines de mort, toutes commuées en prison à vie pour l'assassinat de quatre personnalités politiques, dont Rachid Karamé. Les milieux des FL avaient alors affirmé que ces procès avaient revêtu un caractère politique sous l'impulsion de l'appareil sécuritaire syro-libanais à l'époque de la tutelle syrienne. M. Geagea sortira en juillet 2005, après l'adoption d'une loi d'amnistie et la Révolution du cèdre qui avait abouti au retrait des troupes syriennes.

Se défendant ensuite de vouloir porter atteinte aux prérogatives du Premier ministre sunnite, Gebran Bassil a ensuite affirmé vouloir "un chef de gouvernement fort afin de bâtir ensemble le Liban". "Nous n'avons pas besoin d'autorisation pour visiter une région ou une autre dans le pays. Il n'y aura pas de retour à la logique de la guerre, mais une marche vers la paix et le vivre-ensemble", a-t-il insisté.

"Aujourd'hui, nous sommes victorieux pour Tripoli, avec les habitants de Tripoli", a conclu M. Bassil, en évoquant des projets de développements pour la capitale du Nord. 

En fin de journée, lors d'un rassemblement partisan à Cheikh Taba, dans le Akkar, Gebran Bassil a déclaré que "le CPL fédèrera tous les Libanais", affirmant qu'il "visitera toutes les régions du pays. "Certains ont voulu placer des obstacles pour nous empêcher de venir jusqu'ici mais nous les avons surmontés", a-t-il ajouté.



(Lire aussi : Incidents de la Montagne : Après l’accalmie sécuritaire, une crise politique ?)



Sur Twitter, le leader druze Walid Joumblatt, qui entretient des relations extrêmement tendues avec le CPL de M. Bassil, surtout après les affrontements de dimanche dernier, a critiqué la visite du chef de la diplomatie. "S'il y a une région délaissée au Liban, c'est bien Tripoli. Elle a besoin de beaucoup plus qu'une route des Saints (en allusion au projet prôné par M. Bassil, ndlr). (...) Tripoli n'a pas besoin de partis politiques démagogiques", a affirmé M. Joumblatt.

Pour leur part, les FL ont estimé, par communiqué interposé, que le discours du chef de la diplomatie "invite à la sédition de manière imprudente" et "évoque un retour à la guerre libanaise". "Le ministre Bassil affirme qu'il ne veut pas que le pays se retrouve divisé en cantons, alors qu'en réalité, il est celui qui œuvre le plus à diviser le pays, ont souligné les FL dans leur communiqué. Il y a quelques semaines il s'est confronté aux sunnites, ensuite la semaine dernière, il a provoqué un conflit au sein de la communauté druze qui a couté la vie à deux personnes, cela alors qu'il a alimenté plusieurs querelles avec la communauté chiite". Le parti de Samir Geagea a encore accusé le chef du CPL d'"avoir consacré tous ses efforts ces dernières années à diviser les chrétiens à travers sa guerre continue envers les FL, que ce soit lors de la formation de gouvernements, des discussions administratives ou concernant les réformes".

Dimanche dernier, Gebran Bassil, en tournée dans le caza de Aley, avait été empêché d'entrer dans le village de Kfarmatta par des partisans de Walid Joumblatt, qui lui reprochaient des propos provocateurs sur la guerre de la Montagne ayant opposé les factions pro-palestiniennes, dont les druzes, à l'armée et aux factions chrétiennes dans les années quatre-vingt. Par la suite, le convoi de Saleh Gharib, ministre d’État pour les Affaires des réfugiés et affilié à la formation de Talal Arslane, rival traditionnel de M. Joumblatt, a été pris pour cible par des tirs venus des partisans du chef du Parti socialiste progressite. Deux personnes ont été tuées, deux gardes du corps de M. Gharib, lors de cet échange de tirs.


Lire aussi

Ces petites phrases de Gebran Bassil qui ont engendré des polémiques

Gebran Bassil a-t-il menacé Raya el-Hassan ?

Halte au pyromane !l'éditorial de Issa GORAIEB

Des intellectuels libanais expriment leur "dégoût face à l'hystérie raciste" de Gebran Bassil


Le chef du Courant patriotique libre et ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, qui est arrivé samedi matin sous haute escorte à la Foire Rachid Karamé de Tripoli, dans le cadre d'une tournée partisane tendue, a affirmé avoir reçu des menaces et a expliqué avoir avancé la date de sa visite en raison de la situation sécuritaire, près d'une semaine après les affrontements...

commentaires (15)

LE GAZ METHANE S,ECHAPPE DE L,ECHAPPEMENT, EMPESTE L,ATMOSPHERE ET TOUT LE MONDE FUIT LOIN DE L,EXHALAISON MALSAINE.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

15 h 33, le 08 juillet 2019

Tous les commentaires

Commentaires (15)

  • LE GAZ METHANE S,ECHAPPE DE L,ECHAPPEMENT, EMPESTE L,ATMOSPHERE ET TOUT LE MONDE FUIT LOIN DE L,EXHALAISON MALSAINE.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    15 h 33, le 08 juillet 2019

  • Un jour viendra ou il s'apercevra qu'il s'est mis a dos une grande partie des Libanais DES SUNNITES ( de Mr Harriri) DES DRUZES ( de Joumblatt ) DES CHRETIENS ( des Marada , des Forces Libanaises et des Kataeb DES CHIITES ( de Mr Berry ) DE TOUS LES LIBANAIS QUI ONT VECU 1975/2005 et qui ne veulent pas que ses agissements fassent recommencer cette periode Ce jour la meme HB le lachera

    LA VERITE

    17 h 56, le 07 juillet 2019

  • Dans la Sainte Classe Dirigeante, Oui ! Gebran Bassil a gagné les élections législatives. Oui ! Gebran Bassil s’est imposé en formant le conseil des ministres. Qu’on le veuille ou non, Gebran mène et mènera la danse. Le Loup, c’est Gebran et les Agneaux sont les séquelles ou les ricochets du 14 Mars. Pauvres agneaux qui avaient fait tellement d’erreurs (de jugement et de conduite) ! Demander à Farès Souhaid qui en sait le plus. Un Loup survient à jeun, qui cherchait aventure, Et que la faim en ces lieux attirait. Si ce n'est toi, c'est donc ton frère. Je n'en ai point. C'est donc quelqu'un des tiens ! Quel embarras et quel pétrin ? Les agneaux vont-ils être épargné ? Si c’est le cas, alors la raison du plus fort n’est plus toujours la meilleure. Reste à savoir si on a toujours besoin d’un plus petit que soi !

    Aref El Yafi

    13 h 38, le 07 juillet 2019

  • Ca commence à bien faire. Les excursions dominicales du candidat permanent à la "présidentielle" tournent à la provocation et aux vociférations d'émeute. .. Un cortège de spadassins l'accompagne d'applaudissements et de hurlements. Il oublie qu'il est l'héritier des guerres inter-chrétiennes, l'héritier des Accords de Chiyah/Canossa de 2006 avec la milice des Pasdaran. Il traîne ses casseroles sans aucune honte... Nul ne sait lequel est son ministère, c'est un touche-à-tout sous les yeux de ses tuteurs. Qu'il est loin le temps des ministres des Affaires étrangères, le temps de la distinction et de la dignité des Charles Malek, Hussein Ouéini, Henri Pharaon, Philippe Takla, Fouad Boutros, Farès Bouez... Par comparaison de ces personnalités, Gebran Bassil fait figure de marchand ambulant de la politicaillerie.

    Honneur et Patrie

    12 h 29, le 07 juillet 2019

  • Courage et détermination , c'est ainsi que nous pouvons définir cette tournée indispensable de notre Ministre Gebran Bassil qui osuvre essebtiellement à erradiquer des cerveaux rigides de la plupart des libanais cette mentalité sectaire confessionnelle et régionale qui fait que Liban est encore un pays de vendetta ! Nous lui souhaitons ein succès dans cette entreprise ardue et dangereuse

    Chucri Abboud

    11 h 34, le 07 juillet 2019

  • Y'en a qui doivent se lécher les babines de plaisir...et bien se marrer, de l'autre côté de la frontière au Sud...tout en pensant comment tirer profit des agissements et paroles de ce gamin aux deux titres officiels ! Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 21, le 07 juillet 2019

  • "Nous avons toujours été aux côtés de l'armée contre les milices". Ah bon! Et son alliance avec la pire milice que le Liban ait connue, il l'oublie? "Le Libanais (...) se déplace dans tout le pays". A condition de ne pas venir y semer la discorde. "c'est une petite visite que j'effectue pour transmettre un message de convivialité". Drôle de message où il lance des piques tous azimuts!

    Yves Prevost

    06 h 47, le 07 juillet 2019

  • nous avons toujours été aux côtés de l’armee Contre les milices Deuxième commentaires Très vrai votre beau père a bombarder Achrafieh et les Chretiens pendant de longues semaines parce que les forces libanaises avaient une milice Heureusement que M Geagea aime tellement le Liban qu’il a accepté d’effacer cette honte de votre beau père et à conclu un accord avec lui d’egale a égale que vous essayez de torpiller tous les jours L’HISTOIRE NE VOUS PARDONNERA PAS N’OUBLIEZ JAMAIS CELA AVANT DE PARLER POUR SEMER LA ZIZANIE

    LA VERITE

    04 h 02, le 07 juillet 2019

  • la meilleure ? jobran qui se sacrifie pour notre bonheur ! jobran qui ne craint pas pour sa vie , jobran pret a donner son ame pour nous.

    gaby sioufi

    03 h 09, le 07 juillet 2019

  • quelle belle propagande ! quoi de plus forte que jobran claironnant qu'il craint pour sa vie , que lui jobran le sauveur de la nation- bien sur sauveur en 2nd apres beau papa- se sacrifie ainsi pour le bonheur de son peuple ? MILLE FOIS BRAVO A JOBRAN, qui depasse de loin ses detracteurs politiciens en intelligence , efficacite ET bien sur alliances .

    gaby sioufi

    02 h 47, le 07 juillet 2019

  • MON AVIS AVEC VOTRE PUBLICATION DE MA REACTION SE SONT CROISES. MERCI QUAND MEME.

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 51, le 06 juillet 2019

  • Le Ministre des affaires étrangères, n’est il pas tenu à un devoir de réserve? D’autre part, qui finance ses tournées partisanes avec leur cortège sécuritaire? Si ce petit monsieur souhaite faire de la propagande partisane, qu’il le fasse à ses frais, et pas avec le porte voix de sa fonction ministérielle. Dans un pays normal, c’est tout bonnement interdit et passible de poursuites. Mais chez nous? Bienvenue en Absurdie.

    Bashir Karim

    16 h 16, le 06 juillet 2019

  • LORSQU,OM TRIMBALLE AVEC SOI LA PROVOCATION PAR DES FUITES DE GAZ NEFASTE C,EST QU,ON SUSCITE A COUP SUR LES CONFLITS SECTAIRES... DONC... L,INSECURITE !

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    16 h 13, le 06 juillet 2019

  • Nous avons toujours été aux côtés de l'armée contre les milices", s'est-il également défendu. OUI CERTES CE N'EST PAS VOUS QUI AVAIT PACTISE AVEC LES MILICES DE HB C'EST JUSTE VOTRE BEAU PERE TOUT LE MONDE PEUT VISITER TOUT LE lIBAN MAIS SANS AVOIR INSULTE UNE PARTIE DE SA POPULATION DU MATIN AU SOIR MR LE PRESIDENT: SI VOUS AIMEZ VRAIMENT LE LIBAN COMME VOUS LE DITES FAITES TAIRE VOTRE BEAU FILS

    LA VERITE

    15 h 49, le 06 juillet 2019

  • "...Le Libanais ne se cantonne pas dans une région ou une austre..." etc. Exact, mais il doit savoir aussi tenir sa langue, surtout s'il est responsable politique ! Irène Saïd

    Irene Said

    15 h 07, le 06 juillet 2019