Rechercher
Rechercher

Dernières Infos - Liban

Bassil : Les forces du mal ne prendront pas le dessus sur les forces du bien

Le ministre libanais des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil. Photo Ani

Le ministre libanais des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a assuré vendredi que "les forces du mal ne prendront pas le dessus sur les forces du bien".

"Aujourd'hui, la bataille oppose le concept de l’État à celui de la domination, et celui de la méthode des institutions à celui des actes de voyous", a déclaré M. Bassil lors d'un discours à l'occasion d'une remise des diplômes à l'Université Antonine, à Baabda. "Je peux vous assurer que les forces du mal ne prendront pas le dessus sur les forces du bien", a-t-il ajouté.

Dimanche, le leader du CPL, en tournée dans le caza de Aley, avait été empêché d'entrer dans le village de Kfarmatta par des partisans du chef druze Walid Joumblatt, qui lui reprochaient des propos provocateurs sur la guerre de la Montagne ayant opposé les factions pro-palestiniennes, dont les druzes, à l'armée et aux factions chrétiennes dans les années quatre-vingt. Par la suite, le convoi de Saleh Gharib, ministre d’État pour les Affaires des réfugiés et affilié à la formation de Talal Arslane, rival traditionnel de M. Joumblatt, a été pris pour cible par des tirs venus des partisans du chef du Parti socialiste progressite. Deux personnes ont été tuées, dont un garde du corps de M. Gharib, lors de cet échange de tirs.

"Le Liban n'a pas la capacité de remporter les batailles de le pensée et de l'économie classique, mais il peut se réserver une place unique dans les industries et les services à l'humain, la connaissance et la technologie", a également déclaré Gebran Bassil.


Le ministre libanais des Affaires étrangères et chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, a assuré vendredi que "les forces du mal ne prendront pas le dessus sur les forces du bien"."Aujourd'hui, la bataille oppose le concept de l’État à celui de la domination, et celui de la méthode des institutions à celui des actes de voyous", a déclaré M. Bassil lors d'un discours à...