X

À La Une

Arrestation au Liban-Sud d'un Syrien qui planifiait des attentats contre des lieux de culte

sécurité

Z.M, 20 ans, qui envisageait d'agir pour le compte de l'EI, voulait s'inspirer des attaques perpétrées par le groupe jihadiste contre des églises au Sri Lanka.

OLJ
17/06/2019

Le service des renseignements des Forces de sécurité intérieure a annoncé lundi l'arrestation au Liban-Sud d'un Syrien qui avait adhéré à l'idéologie du groupe Etat islamique et voulait commettre des attentats contre des églises et des lieux de culte chiite au nom de l'organisation jihadiste.

Selon le communiqué des FSI, Z.M, âgé de 20 ans et qui vivait à Yater, au Liban-Sud, en était juste à la phase de préparation de son plan lors de son arrestation. Lors de son interrogatoire, il a reconnu être "entré en contact avec un certain nombre de personnes et avoir discuté avec elles de l'éventualité d'agir au service de l'organisation au Liban, notamment d'entrer dans une église et de tuer le plus grand nombre de fidèles".

Les FSI indiquent que le suspect s'était inspiré des attentats menés le 21 avril contre des églises et des hôtels au Sri Lanka et par la vidéo attribuée au chef de l'EI Abou Bakr al-Baghdadi et dans laquelle il revendiquait ces attaques. A la suite de ces attentats, qui avaient fait 258 morts et près de 500 blessés, le jeune homme a écrit avec un aérosol sur des murs à l'entrée de Yater "Petit fils d'Abou Bakr al-Baghdadi" et "Etat islamique". Le jeune homme a aussi discuté avec plusieurs personnes "de l’éventualité de prendre pour cible des Husseiniyé (lieux de culte chiites) dans des villages chiites". 


Z.M a "a eu accès à des sites jihadistes relevant de l'EI et à des manuels sur la méthode de fabrication des explosifs. Ils les a téléchargés sur son téléphone dans le but de se procurer les produits nécessaires pour fabriquer des explosifs et les utiliser contre des husseiniyé au Liban-Sud", d'après les FSI. Il a recruté S.B., un Syrien âgé de 29 ans, qui a également été arrêté.

Les FSI indiquent en outre qu'il était actif sur les réseaux sociaux sur lesquels il diffusait la pensée de l'Etat islamique. Il était entré en contact avec des personnes à l'étranger et avait collaboré avec elles pour former des groupes actifs en ligne dans le but de diffuser la pensée de l'EI.


La guerre qui fait rage en Syrie voisine depuis mars 2011 a eu d'importantes répercussions au Liban, notamment sur les plans politique et sécuritaire. Le pays a été touché par plusieurs attaques à la bombe, dont certaines revendiquées par l'EI. Les forces de sécurité ont arrêté à plusieurs reprises des membres présumés de l'EI.

Début juin, à Tripoli, au Liban-Nord, Abdel Rahmane Mabsout armé et circulant à mobylette avait abattu quatre militaires avant de se faire exploser. La direction générale des FSI avait annoncé la mort du sergent Johnny Khalil et du caporal Youssef Faraj, tandis que le commandement de l'armée libanaise faisait part de la mort du lieutenant Hassan Ali Farhat et du soldat Ibrahim Mohammad Saleh. Il n'y a pas eu de revendication immédiate de ces attaques et les mobiles de l'assaillant restent inconnus.

Fin octobre, les FSI avaient annoncé avoir arrêté au Liban-Nord un adolescent qui voulait mener un attentat à la bombe contre l'armée libanaise pour le compte du groupe terroriste Etat islamique.

Fin septembre, le commissaire du gouvernement près le Tribunal militaire, le juge Peter Germanos, avait engagé des poursuites contre quatre ressortissants palestiniens, accusés d'avoir préparé un attentat contre l'ancien secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, lors de sa visite au Liban en 2013, au cours de laquelle il avait inspecté les troupes de la Finul au Liban-Sud. Avant cela, les forces de sécurité avaient arrêté un réfugié palestinien soupçonné d'être lié à des projets d'attaques au poison pour le compte de l'EI, dont l'une contre l'armée libanaise. Elles avaient également annoncé par ailleurs avoir arrêté deux Syriens qui projetaient de mener des attaques commando contre la banlieue sud de Beyrouth et d'assassiner des militaires libanais, sous l'influence de la propagande de l'EI.



Lire aussi

Menace terroriste : le Liban est-il plus sûr aujourd'hui ?

Les FSI arrêtent deux Syriens qui planifiaient des attentats contre la banlieue sud de Beyrouth

Au Liban, le débat sur la capacité de nuisance de l’EI est relancé

Imad Osman : L’action antiterroriste préventive a porté ses fruits au Liban

Double-attentat de Bourj el-Brajneh en 2015 : quatre jihadistes condamnés à mort


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AVEC TOUS CES REFUGIES ET LES ILLEGAUX SYRIENS AU LIBAN TOUT EST A ATTENDRE ET TOUT DOIT ETRE CONTROLE !

Honneur et Patrie

Le Syrien qui préparait des attentats dans des églises et des husseiniyé doit passer aujourd'hui avant demain devant un peloton d'exécution à la place publique de Yater au Liban-Sud afin qu'il serve d'exemple à tous les apprentis assassins.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

La déception de Berry et le retour du clivage entre 14 et 8 Mars

Billet de Anthony SAMRANI

Silence, on tue !

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants