X

À La Une

Téhéran rétorque à Trump : "Les railleries génocidaires ne mettront pas fin à l'Iran"

diplomatie

"Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis", avait écrit le président américain.

OLJ/AFP
20/05/2019
Le ministre des Affaires étrangères iranien Mohammad Javad Zarif a répondu lundi aux dernières menaces de Donald Trump à l'encontre de son pays en affirmant que les "railleries génocidaires" du président américain ne mettraient "pas fin à l'Iran".


L'hôte de la Maison Blanche "espère réussir là où Alexandre (le Grand), Gengis (Khan) et les autres agresseurs ont échoué", a écrit M. Zarif sur son compte Twitter en faisant référence à deux conquérants étrangers ayant dominé la Perse (l'ancien nom de l'Iran) à une période donnée de son histoire plurimillénaire. "Les Iraniens sont restés debout pendant des millénaires alors que leurs agresseurs (sont) tous partis. Le #TerrorismeEconomique et les railleries génocidaires ne mettront pas +fin à l'Iran+", a ajouté M. Zarif dans une réponse au dernier message contre l'Iran publié par M. Trump, la veille, sur le même réseau social.

"Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis", avait écrit M. Trump.
"#NeJamaisMenacerUnIranien. Essayez le respect - ça marche", a également rétorqué M. Zarif au président américain.


Les relations entre Washington et Téhéran connaissent un nouvel accès de fièvre depuis une dizaine de jours, après l'annonce d'un renforcement de la présence militaire américaine au Moyen-Orient pour faire face à de présumées "menaces" iraniennes. Elles ont réveillé les craintes d'un affrontement entre l'Iran et les Etats-Unis ou certains des alliés régionaux de Washington comme l'Arabie saoudite ou les Emirats arabes unis, que M. Zarif accuse de pousser M. Trump à adopter une ligne dure contre la République islamique.

Face au déploiement de forces américaines dans la région, Téhéran ne cesse de répéter qu'elle ne veut pas la guerre tout en prédisant une "défaite" à l'Amérique si celle-ci décide de céder à l'"illusion" de vouloir attaquer l'Iran. M. Zarif a accusé dans un tweet certains responsables américains de "fouler au pied la diplomatie" et "d'encourager les crimes de guerre avec des ventes d'armes massives à des despotes".



(Lire aussi : "Menace" iranienne : Trump retire des diplomates d'Irak, mais appelle au dialogue)


Les Britanniques "inquiets"
Alors que la communauté internationale s'inquiète de ces tensions croissantes, le ministre britannique des Affaires étrangères, Jeremy Hunt, qui s'exprimait à Genève, a lui donné un conseil "aux Iraniens: ne sous-estimez pas la résolution de la partie américaine". Les Américains "ne cherchent pas le conflit, ils ne veulent pas la guerre avec l'Iran, mais si des intérêts américains sont attaqués, ils riposteront et c'est une chose à laquelle les Iraniens doivent réfléchir très, très attentivement", a ajouté le secrétaire au Foreign Office. "Nous sommes inquiets bien évidemment (...) et voulons une désescalade", a-t-il encore dit, en faisant porter la responsabilité de la situation actuelle aux "activités déstabilisatrices" de l'Iran.


(Lire aussi : Un porte-avions américain dans le Golfe ravive de douloureux souvenirs en Irak)



Historiquement mauvaises, les relations entre la République islamique et les Etats-Unis se sont nettement détériorées depuis que M. Trump a décidé, en mai 2018, de dénoncer unilatéralement l'accord international sur le nucléaire iranien conclu à Vienne en 2015. Par cet accord, censé apaiser les craintes de la communauté internationales relatives à une éventuelle accession de l'Iran à la bombe atomique, Téhéran a accepté de brider drastiquement son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales à son encontre.

Mais, conséquence de la dénonciation de ce texte par Washington, l'administration de Donald Trump a réimposé les sanctions économiques extraterritoriales américaines contre l'Iran qui avaient été suspendues en vertu de l'accord de Vienne. Cette politique, qualifiée de "terrorisme économique" par Téhéran, empêche l'Iran de bénéficier des avantages qu'il escomptait de l'accord. Engagé dans une politique de "pression maximale" vis-à-vis de Téhéran, M. Trump entend amener l'Iran à négocier un accord "meilleur" que celui de Vienne.

Excluant toute négociation "avec le gouvernement américain actuel", l'Iran menace de se désengager progressivement de l'accord de Vienne si ses partenaires encore parties au texte (Allemagne, Chine, France, Grande-Bretagne et Russie) ne lui permettent pas de contourner les sanctions américaines et de bénéficier des avantages promis par l'accord.






Lire aussi
Entre Téhéran et Washington, les enjeux d’un conflit asymétrique

Face aux USA, l’Iran peut-il encaisser indéfiniment sans réagir ?

Premiers battements des tambours de la guerre ?

Le Liban à l’abri de l’escalade Iran-USA

John Bolton, le conseiller va-t-en-guerre d'un président qui n'aime pas la guerre

« La guerre est le pire scénario pour les pays du Golfe, comme pour l’Iran »

Iran/USA : ce n’est pas encore la guerrele commentaire d'Anthony Samrani

« La population iranienne dirige sa haine vers les mollahs »

La piste iranienne évoquée dans l’attaque contre l’oléoduc en Arabie saoudite

Dans le détroit d'Ormuz, le risque d'une "guerilla navale"

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Wissam

Attendre que les americains fassent le boulot .. oui mince j’avais oublié que c’était leur région exusez moi. On s’indigne quand un pays, faisant parti de la region ,soutien economiquement ou militairement un parti pour soit disant de l'ingérence .. mais qu’un pays qui se trouve a des milliers de km fassent la pluie et le beau temps dans toute la région ... aucun problème.. (je comprends plus rien moi )

c...

Quand on voit les forces en présence, on peut douter de la puissance de cet état (l’Iran) qui était sorti complètement exsangue suite à sa guerre contre l’Irak,puissance régionale équivalente, en dépit du fait que depuis cette guerre l’état Iranien s’est développé militairement, ils (les iraniens) ne tiendront pas face aux B52 et autres porte avions à propulsion nucléaire

Pierre Hadjigeorgiou

Il n'y aura pas de guerre mais l'Iran baissera sa culotte... Le Hezbomachin idem... Attendre et voir venir est le maître mot! La patience est la mère de toute les vertus!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES MOLLAHS IRANIENS DOIVENT BIEN PESER SES PAROLES AVANT DE COMMETTRE QUELQUE ERREUR. IL EST REPUTE COMME QUOI IL FAIT CE A QUOI IL S,ENGAGE.

Gros Gnon

"Si l'Iran veut se battre, ce sera la fin officielle de l'Iran. Plus jamais de menaces à l'encontre des Etats-Unis"

C’est pas ce qu’ils disaient du Vietnam dans les années 60?

HABIBI FRANCAIS

C est sur que l Iran ne veut pas de guerre!
Le pays vampirise par les ayatollahs n a meme pas d aviation....en Syrie ,ils ont du compter sur les russes pour bombarder femmes et enfants innocents....

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarllet Haddad

Le commandant en chef de l’armée et l’agenda politique

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants