X

À La Une

Macron promet la reconstruction de Notre-Dame de Paris d'ici cinq ans

France

L'enquête sur le sinistre qui a frappé d'effroi la capitale et soulevé une onde de choc mondiale s'oriente vers "la piste accidentelle", selon le procureur de Paris.

OLJ/AFP
16/04/2019

Vingt-quatre heures après le terrible incendie de Notre-Dame de Paris, le président français Emmanuel Macron a solennellement promis mardi soir que la cathédrale, sauvée in extremis par les pompiers parisiens, serait reconstruite "d'ici cinq ans".

"Nous rebâtirons la cathédrale plus belle encore et je veux que ce soit achevé d'ici cinq années", a déclaré le président dans une courte et très solennelle allocution télévisée. "L'incendie de Notre-Dame nous rappelle que notre histoire ne s'arrête jamais et que nous aurons toujours des épreuves à surmonter", a-t-il martelé, rendant hommage aux pompiers, des "héros" qui ont lutté contre les flammes pendant quinze heures. "Ce que nous avons vu cette nuit, c'est cette capacité de nous mobiliser, de nous unir pour vaincre. Au cours de notre histoire, nous avons bâti des villes, des ports, des églises, beaucoup ont brûlé... A chaque fois, nous les avons reconstruites", a-t-il encore dit.


Yoan Valat/Pool via REUTERS


Dès lundi soir, M. Macron avait lancé une grande souscription nationale pour la reconstruction du monument. Son appel a été entendu, et les divers dons des grandes fortunes et des grands groupes industriels français dépassaient déjà les 700 millions d'euros mardi après-midi.

La charpente de la toiture de Notre-Dame a été ravagée par l'incendie et sa flèche en bois de 93 m s'est effondrée dans les flammes, mais l'édifice vieux de plus de 800 ans est resté debout. Mais il s'en est fallu de peu: selon le secrétaire d'Etat à l'Intérieur Laurent Nunez, le sauvetage s'est joué "à un quart d'heure, une demi-heure près".

L'immense émotion suscitée par cet incendie n'est pas retombée, et tout au long de la journée, des centaines de Parisiens et de touristes ont continué à défiler au pied du monument, déposant des roses sur le parvis, priant ou pleurant devant le spectacle. En s'effondrant à travers la voûte, la flèche et une partie de la charpente ont jonché l'intérieur de la cathédrale d'un monceaux de débris calcinés.

Les deux tours emblématiques de la façade ouest ont en revanche résisté grâce aux efforts des pompiers.



(Lire aussi : Notre-Dame de Paris : les images du sinistre et du "miracle" du lendemain)

 





Trésors sauvés
La couronne d'épines qui fut posée, selon la croyance, sur la tête de Jésus peu avant sa crucifixion, la tunique de Saint Louis, les reliquaires et tableaux de Notre-Dame ont malgré tout été sauvés par une formidable chaîne humaine de pompiers, policiers et agents municipaux qui ont sorti les oeuvres les unes après les autres.

"Ils ont accepté au risque de leur vie de protéger ce trésor inestimable", relève Mgr Patrick Chauvet, le vicaire général de l'archevêché de Paris. "Des policiers portaient des croix, des pompiers d'énormes cierges, des tableaux", relève une source proche de la mairie de Paris.

"Les grandes peintures de Notre-Dame de Paris n'ont pas subi de dommages liés à l'incendie, mais plutôt aux fumées", a indiqué le ministre de la Culture Franck Riester. Mardi soir, son ministère a annoncé que le coq qui surmontait la flèche de Notre-Dame avait été retrouvé.

L'enquête sur le sinistre a commencé dans la nuit et s'oriente vers "la piste accidentelle", selon le procureur de Paris. "Rien dans l'état ne va dans le sens d'un acte volontaire", a déclaré le procureur, Rémy Heitz.



(Lire aussi : La restauration de Notre-Dame : quand, combien, comment ?)







"Notre-Dame du monde"
Symboliquement, toutes les cathédrales de France doivent faire sonner leurs cloches mercredi à 18h50 (16h50 GMT), heure à laquelle a démarré l'incendie de la cathédrale. L'abbaye de Westminster, à Londres, devait faire sonner les siennes dès mardi soir, a annoncé la Première ministre britannique Theresa May. "Notre-Dame est l'un des plus beaux monuments au monde, symbole de la France et des Français, et chéri dans le monde entier", a-t-elle déclaré.

L'émotion suscitée par ce drame est planétaire. Le président russe Vladimir Poutine a évoqué "un trésor inestimable de la culture européenne", et le président chinois Xi Jinping s'est dit "profondément attristé" par l'incendie, tout comme la reine Elizabeth II. Partout dans le monde les journaux affichaient largement en Une les photos de la cathédrale en flammes.

Le président américain Donald Trump a adressé mardi ses "condoléances" à Emmanuel Macron. "Notre-Dame continuera d'être un symbole de la France, y compris de sa liberté de religion et de sa démocratie", a-t-il ajouté.

"Ce n'est pas Notre-Dame des catholiques, c'est Notre-Dame de France, c'est Notre-Dame du monde: l'église brûle et le monde entier se met à pleurer", a déclaré le vicaire général du diocèse de Paris Philippe Marsset.

En 2017, 12 millions de touristes ont visité le monument, chef-d'oeuvre de l'architecture gothique qui faisait l'objet d'importants travaux depuis plusieurs mois.

Une reconstruction en cinq ans lui permettrait d'être prêt à temps pour les Jeux olympiques de Paris, en 2024.

Le bâtiment est mondialement connu pour son architecture mais aussi grâce au roman de Victor Hugo, "Notre-Dame de Paris", maintes fois adapté au cinéma, notamment par les studios Disney, ou en comédie musicale. Le livre était mardi en tête des ventes sur Amazon.








Lire aussi
Dégâts, reconstruction, cause : ce que l'on sait de l'incendie de Notre-Dame de Paris

Notre-Dame : d'Aoun à Poutine, les réactions continuent d'affluer

Notre-Dame de Paris, un édifice emblématique de la France

Face à Notre-Dame ravagée par les flammes, l'émotion par-delà les frontières

Ils ont dit... sur l’incendie de Notre-Dame de Paris

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Menassa Antoine

L’Incendie de Notre Dame pourrait elle servir de leçon à nos dirigeants et à notre peuple du Liban martyrisé , qui désemparés regardent en spectateurs le brasier économique brûler à petit feu ...Mieux vaut tard que jamais , sans vouloir être donneur de leçon , Il y aurait quand même moyen de protéger notre Mère Patrie ou du moins ce qui en reste sans s attaquer aux édifices qui sont encore debouts : l Armee , nos Banques et les pompiers qui protègent nos finances , en conséquence le pays ...
Il suffirait de peu pour obtenir un accord de tous global pour créer un consensus afin de restaurer en toute coordination le capital CONFIANCE .... Nous pourrions être indépendants et agir , Lancer une collecte Internationale auprès des Emigres 9 Millions de libanais dans ie monde servirait à récolter rapidement Cent Milliards ... ... Environ 500 dollars par non résident , suffiraient à remettre le pays au ZENITH ... Mais pourrions nous obtenir les garanties et paramètres sécurisant la protection de la gestion des fonds reçus ??...
Messieurs les représentants de notre Nation au pouvoir ... Une action concertée concrète immédiate vous est demandée à priori : mettre en oeuvre les moyens sécurisants la réception des dons et à posteriori lancer cette collecte de fonds qui seraient reçus dans des caisses verrouillées hermétiquement et qui recevront les Fonds ... resterait à trouver l élément humain et le conseil en place pour la bonne utilisation de ces ressources ....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.