X

À La Une

Face à Notre-Dame ravagée par les flammes, l'émotion par-delà les frontières

France

Le violent incendie à l'origine encore inconnue qui ravageait lundi soir la cathédrale Notre-Dame de Paris et dévorait la toiture du bâtiment dont l'emblématique flèche s'est effondrée, a suscité une vague d'émotion internationale.

OLJ/Agences
15/04/2019

-Le Liban a apporté son soutien à la France après l'impressionnant incendie qui ravageait lundi soir la cathédrale Notre-Dame de Paris, le Premier ministre libanais Saad Hariri faisant part de la solidarité du Liban avec le peuple français. "Le monde entier est pris de tristesse en voyant l'incendie de la cathédrale de Notre-Dame de Paris. Un désastre de patrimoine et d'humanité indescriptible. Toute la solidarité du Liban avec le peuple français", a écrit M. Hariri sur son compte Twitter. 

Le ministre des Affaires étrangères Gebran Bassil a affirmé que l'incident est "triste" et qu'il ne peut imaginer Paris sans sa cathédrale qui fait "partie de son identité (...) et sa culture".

"Nos pensées vont vers Notre-Dame de Paris, symbole énorme pour Paris, pour la France et pour les chrétiens", a écrit de son côté Farès Souhaid.. "En ce début de semaine sainte, l’incendie de Notre-Dame de Paris me choque", a-t-il ajouté.

Le député Neemat Frem s'est pour sa part dit "très triste, c'est une grande perte qui ne peut être compensée".



- "Ces horribles images de Notre-Dame en feu font mal. Notre-Dame est un symbole de la France et de notre culture européenne. Nous sommes avec nos pensées avec les amis français", a twitté le porte-parole de la chancelière Angela Merkel Steffen Seibert.

- "Mes pensées sont ce soir avec la population française et avec les services d'urgence qui combattent le terrible incendie de la cathédrale Notre-Dame", a déclaré la Première ministre britannique Theresa May sur Twitter.



"Scènes déchirantes de la cathédrale Notre-Dame en flammes. Londres est dans la tristesse avec Paris aujourd'hui, et dans l'amitié toujours. #NotreDame", a déclaré le maire de la capitale britannique Sadiq Khan sur Twitter.



- "C'est si terrible d'assister à ce gigantesque incendie à Notre-Dame de Paris. Peut-être faudrait-il utiliser des bombardiers d'eau pour l'éteindre. Il faut agir vite", a tweeté Donald Trump. Larguer de l'eau sur Notre-Dame de Paris pour éteindre les flammes n'est pas une option, a indiqué lundi soir la Direction générale de la Sécurité civile, car cela pourrait détruire le bâtiment en proie à un violent incendie.

Les principales chaînes d'information américaines ont, en outre, modifié leurs programmes pour diffuser en direct les images du sinistre. Melania Trump, la Première dame des Etats-Unis, a confié avoir le "coeur brisé" pour les Parisiens en voyant les images du brasier. "Je prie pour que tous soient sains et saufs", a tweeté l'épouse du président américain.



Au-delà de la renommée mondiale de la cathédrale gothique, Notre-Dame de Paris est bien connue des Américains pour les nombreuses adaptations du roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, publié en 1831.

- Le secrétaire général de l'ONU, Antonio Guterres, s'est déclaré "horrifié par les images de l'incendie qui dévaste la cathédrale- un joyau unique du patrimoine mondial qui règne sur Paris depuis le 14e siècle".

- L'organisation des Nations-Unies pour la culture, l'Unesco, se tient aux "côtés de la France pour sauvegarder et réhabiliter ce patrimoine inestimable" qu'est la cathédrale Notre-Dame, a tweeté sa directrice Générale Audrey Azoulay. La cathédrale gothique est inscrite au patrimoine mondial de l'humanité depuis 1991.


- Le Vatican a exprimé son "incrédulité" et sa "tristesse". "Nous exprimons notre proximité avec les catholiques français et avec la population parisienne. Nous prions pour les pompiers et pour tous ceux qui font leur possible pour faire face à cette situation dramatique", a dit le porte-parole du Vatican dans un communiqué


La tristesse d'une jeune femme face à Notre-Dame, ravagée par les flammes. AFP / Geoffroy VAN DER HASSELT


-En France, la classe politique faisait part de son "immense tristesse", après l'incendie de la cathédrale Notre-Dame de Paris, qui a conduit le président de la République à reporter son allocution pour répondre à la crise des "gilets jaunes".

"Totalement bouleversé par l'incendie de Notre-Dame-de-Paris : notre histoire millénaire, notre mémoire, notre culture touchées au coeur", a twitté le ministre de l'Economie Bruno Le Maire.



"Les images de Notre-Dame de Paris en flammes brisent le coeur... C'est notre patrimoine culturel et historique à tous qui brûle devant nous. Courage et soutien aux Pompiers de Paris pour faire face à ce terrible incendie", a réagi la secrétaire d'Etat Marlène Schiappa sur Twitter.

Pour le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand, qui a fait part de son "immense tristesse", c'est "le coeur et l'histoire de Paris (qui) brûlent sous nos yeux".


(Lire aussi : Notre-Dame de Paris, un édifice emblématique de la France)


Les chefs de parti ont réagi à l'unisson. "Immense émotion devant ces images du feu dévorant Notre-Dame. Soutien aux pompiers mobilisés. Pensée pour les fidèles et pour tous ceux qui n'ayant pas la foi sont attachés à ce joyau de notre histoire", a twitté Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste.

A droite, le patron de LR Laurent Wauquiez a dit sa "désolation en voyant partir en fumée ce symbole de nos racines chrétiennes, de la littérature de Victor Hugo. C'est toute une part de notre Histoire, de nous-mêmes, qui brûle ce soir".



Chef de file des Insoumis, Jean-Luc Mélenchon s'est dit "sidéré" devant un "immense malheur". "(Emmanuel) Macron ferait mieux de se taire ce soir. L'incendie de Notre-Dame de Paris poignarde l'esprit de tous. 24h de pause politique serait bienvenue", a-t-il enjoint au moment même où l'Elysée annonçait la décision du président de la République de reporter son allocution et de se rendre sur place.

La présidente du Rassemblement national Marine Le Pen à manifesté son "soutien" aux "pompiers valeureux qui luttent pour éteindre l'incendie qui ravage cette merveille de notre patrimoine et de notre culture".

Secrétaire national d'EELV, David Cormand a relevé des "images terribles" et espéré "qu'il n'y (ait) pas de victimes et que ce qui pourra être sauvé le sera", faisant part de ses "pensées pour les pompiers et les secours".

Pour Benjamin Griveaux, candidat à l'investiture En Marche pour briguer la mairie de Paris, "les images de ce joyau de notre civilisation en proie aux flammes sont insoutenables". "Soutien total aux Pompiers de Paris et aux membres de la Préfecture de police", a-t-il twitté.


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST TRISTE. TRES TRISTE.

Marie-Hélène

Melanchon ! Ta g........!

Bustros Mitri

Ah notre Dame, faites encore battre nos cœurs , c’est trop tôt pour vous de partir !

Gaston M.

C'est une catastrophe !
Les mots manquent pour décrire ce qu'on ressent !
De plus, en pleine semaine sainte !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants