X

À La Une

La position kurde dans le conflit syrien depuis 2011

Chronologie

En 1962, 20% des Kurdes de Syrie avaient été privés de leur citoyenneté à la suite d'un recensement controversé.

OLJ/AFP
23/03/2019

Les positions clés des Kurdes de Syrie depuis le début de la guerre en 2011.


Engagement prudent

Le 1er avril 2011, alors que des manifestations ont vu le jour ailleurs en Syrie, plusieurs centaines de personnes défilent pour la première fois à Qamichli, Amouda et Hassaké, dans le nord-est à majorité kurde, en scandant "Nous ne voulons pas seulement la nationalité mais aussi la liberté".

En 1962, 20% des Kurdes de Syrie avaient été privés de leur citoyenneté à la suite d'un recensement controversé. Le 7 avril, le président syrien Bachar el-Assad promulgue un "décret octroyant à des personnes enregistrées comme étrangères dans le gouvernorat de Hassaké la citoyenneté arabe syrienne". La mesure concerne environ 300.000 personnes. Mais, les jours suivants, des manifestations ont lieu dans plusieurs localités du nord, notamment en faveur de la libération de détenus.


Opposant assassiné

Le 7 octobre 2011, Mechaal Tamo, qui avait rejoint le Conseil national syrien (CNS), principale coalition de l'opposition, est tué à Qamichli. Libéré après trois ans et demi de prison, il avait rejeté une proposition de dialogue présentée aux partis kurdes par les autorités. Le lendemain, les forces de sécurité syriennes tirent sur l'immense foule participant à ses funérailles.




L'armée se retire

En juin 2012, l'Armée syrienne libre (ASL), mise sur pied par des déserteurs syriens ayant rallié l'opposition au régime, appelle les "frères kurdes" à rejoindre la rébellion. Les Kurdes, méfiants envers l'opposition qu'ils jugent peu encline à reconnaître leur spécificité, tentent toutefois de garder leurs régions à l'abri des violences.

En juillet, l'armée du régime se retire sans combat de certaines régions kurdes où des militants proches du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) se sont déployés, suscitant des soupçons de collusion avec le pouvoir d'Assad.

Ankara accuse même Damas d'avoir "confié" plusieurs zones du nord de la Syrie à la branche syrienne du PKK, le Parti de l'union démocratique (PYD).


Administration autonome

Le 12 novembre 2013, le PYD et d'autres formations kurdes signent une déclaration établissant une administration autonome dans la région kurde. En 2016 est annoncée la création d'une "région fédérale", divisée en trois cantons. La coalition de l'opposition qualifie le PYD de "formation hostile à la révolution syrienne".


Alliés des Etats-Unis

En octobre 2014, le département d'Etat révèle que des responsables américains ont rencontré pour la première fois des Kurdes du PYD dans le cadre de la stratégie des Etats-Unis contre le groupe Etat islamique (EI), qui s'est emparé de vastes territoires en Syrie et en Irak.

Début 2015, les forces kurdes soutenues par les frappes aériennes de la coalition antijihadistes conduite par Washington chassent l'EI de Kobané, une ville proche de la frontière turque, après plus de quatre mois de violents combats.

En octobre 2015, les Forces démocratiques syriennes (FDS), composées de 25.000 Kurdes et 5.000 Arabes, sont créées. Dominées par la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), elles reçoivent une aide conséquente des Etats-Unis.

Le 18 décembre 2017, le président Assad qualifie de "traîtres" les combattants kurdes soutenus par les Etats-Unis.




Appel à l'aide du régime

Le 27 juillet 2018, le Conseil démocratique syrien, bras politique des FDS, effectue une première visite officielle à Damas, deux mois après que le président Assad eut menacé de recourir à la force pour reconquérir les territoires kurdes.

Le 28 décembre, quelques jours après l'annonce par les Etats-Unis du futur retrait de leurs soldats --Washington est depuis revenu partiellement sur ce retrait--, les YPG appellent le régime à déployer ses troupes dans la région de Minbej (nord) par crainte de la Turquie. L'armée répond à l'appel.

Le 24 janvier 2019, le commandant en chef des FDS, Mazloum Kobani, plaide pour que l'alliance arabo-kurde des FDS bénéficie à l'avenir d'un "statut spécial" de la part d'Assad.

Le 9 février, les FDS annoncent avoir lancé leur offensive "finale" contre l'ultime réduit de l'EI dans le village de Baghouz, dans l'est.

Quelques jours plus tard, un haut responsable kurde exhorte les Européens à ne pas abandonner les Kurdes une fois l'EI vaincu et à contribuer à la création d'une force internationale dans le nord-est face à la Turquie.

Le 18 mars, le ministre de la Défense Ali Abdallah Ayoub affirme que l'armée syrienne "libérera" les zones sous contrôle des forces kurdes "par la force" ou par le biais d'"accords de réconciliation". Les autorités kurdes dénoncent des propos "menaçants".

Le 23 mars, les FDS ont annoncé la fin du "califat" autoproclamé il y a près de cinq ans par le groupe Etat islamique (EI), après avoir conquis le dernier territoire tenu par cette organisation jihadiste en Syrie.


Pour mémoire

Damas aux Kurdes : des « accords » ou la « force »

Les Kurdes de Syrie rejettent une "zone de sécurité" sous contrôle turc

Dialogue entre Damas et les Kurdes : un ministre syrien optimiste

Lire aussi

En Syrie, danse et agneau grillé pour célébrer la victoire imminente contre l'EI

Sous les bombardements à Baghouz, les jihadistes courent puis disparaissent

« Certains enfants ne se rappellent même plus qu’ils sont yazidis »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES KURDES... UN ELEMENT A EN PRENDRE NOTE DANS LE FUTUR DE LA FUTURE SYRIE !

Sarkis Serge Tateossian

On peut parler dans tous les sens ...une chose reste incontournable : Un état kurde est nécessaire pour les 35 à 45 millions de kurdes.

Qui accepterait qu'un tel peuple reste sans patrie ? et de quel droit nous les jugeront indignes à une indépendance ?

Si on veut parler de l'indépendance et de la liberté de nos propres pays et patries, pourquoi nous le refuseront aux kurdes qui se battent depuis de longues années voir siècles pour l'obtenir !

Peut-être qu'ils commenceront par l'autonomie ...mais la finalité ne doit pas rester tabou.

Fan Phare Rond

Le POINT de départ de la DÉFAITE des bactéries wahabites MANIPULÉES par l'occident se compte à partir de l'intervention russe , que des sots avaient annoncé comme une intervention morte-née, en nous parlant d'afghanisation des russes .

Leur 1ere grosse défaite en Syrie fut à qousseyr grâce au hezb libanais de la résistance.

Le cadeau que cet axe résistant a fait à cet occident embourbé par ses alliances wahabites , c'est de leur avoir laissé le sentiment d'avoir fini le job .

Et mon oeil c'est du poulet .

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Entre les États-Unis et le Liban, des relations qui se compliquent

Commentaire de Anthony SAMRANI

MBS et le retour de flammes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants