X

À La Une

Les Kurdes de Syrie rejettent une "zone de sécurité" sous contrôle turc

Conflit

"Il peut y avoir une ligne de démarcation entre la Turquie et le nord syrien avec des forces de maintien de la paix de l'ONU (...) Tout autre choix est inacceptable", selon un influent politicien kurde.

OLJ/AFP
16/01/2019

Les Kurdes de Syrie ont rejeté mercredi l'instauration d'une "zone de sécurité" sous contrôle de la Turquie dans le nord du pays, une initiative évoquée par Ankara en partenariat avec Washington, qui cherche à atténuer les conséquences du départ annoncé de ses troupes.

Depuis mi-décembre, la Turquie est revenue à la charge contre la principale milice kurde de Syrie, les Unités de protection du peuple (YPG), menaçant de lancer une nouvelle offensive dans le nord syrien pour déloger les combattants de sa frontière.

Dans ce contexte délicat, Washington, allié stratégique de la Turquie au sein de l'Otan, mais également partenaire des YPG dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), se retrouve pris en étau, et tente de trouver une solution.

Le président Donald Trump a récemment évoqué la création d'une "zone de sécurité" de 30 km en Syrie, et son homologue turc Recep Tayyip Erdogan a assuré mardi que l'idée était de laisser la Turquie se charger de cette initiative. L'idée semble d'autant plus problématique que ce secteur pourrait englober plusieurs villes dominées par la communauté kurde directement à la frontière, à l'instar de Kobané ou encore Qamichli.

La proposition a été rejetée en bloc par l'influent politicien kurde Aldar Khalil, haut responsable de l'administration semi-autonome mise en place par la minorité. "La Turquie n'est pas neutre, c'est une partie prenante au conflit (...) et toute partie (prenante) ne peut pas être un garant de la sécurité", a indiqué M. Khalil à l'AFP.


(Lire aussi : Trump offre à Erdogan un cadeau empoisonné)


Forces de l'ONU ?
"Il peut y avoir une ligne de démarcation entre la Turquie et le nord syrien avec des forces de maintien de la paix de l'ONU (...) Tout autre choix est inacceptable", a-t-il souligné. "M. Trump veut mettre en place ces zones de sécurité en coopérant avec la Turquie, mais n'importe quel rôle turc va changer l'équilibre et la région ne sera pas sûre", a insisté M. Khalil.

Le chef d'état-major turc doit rencontrer son homologue américain mercredi à Bruxelles pour définir les "modalités" de cette "zone de sécurité" qui serait contrôlée par Ankara, selon le porte-parole de M. Erdogan, Ibrahim Kalin.

Semblant rejeter une telle zone, Moscou, soutien indéfectible du président Bachar el-Assad, a estimé mercredi que Damas devait reprendre le contrôle du nord du pays après le retrait américain attendu. "L'issue optimale, et la seule qui soit juste, est un passage de ces territoires sous contrôle du gouvernement syrien", a dit le chef de la diplomatie russe Sergueï Lavrov.

Mardi, après un entretien avec son homologue américain, M. Erdogan a expliqué que son pays pouvait se charger d'établir cette zone entre la frontière et les positions des YPG. Au cours de cette conversation, Donald Trump "a mentionné une zone de sécurité d'une largeur de 20 miles, ce qui représente plus de 30 km, qui sera établie par nous le long de la frontière", a déclaré le président turc, se disant favorable à l'idée.

Pour des experts, l'annonce de M. Trump a semé la confusion. "Ce n'est pas très clair ce qu'il voulait vraiment dire, et jusqu'à présent, il n'y a aucune clarification de l'administration américaine", commente Mutlu Civiroglu, spécialiste de la politique kurde.


(Lire aussi : Comment Ankara a perdu Idleb)


"Agression" turque
Les tensions entre les Kurdes syriens et la Turquie sont exacerbées par l'annonce de M. Trump, en décembre, du retrait des quelque 2.000 soldats américains déployés en Syrie pour lutter contre l'EI aux côtés des forces kurdes. Aucun calendrier n'a été dévoilé, mais l'annonce a pris de court les forces kurdes, qui craignent un lâchage. Et quand Washington a tenté de les rassurer en réclamant des garanties concernant leur sécurité, c'est Ankara qui s'est mise en colère.

De son côté, Damas a qualifié d'"irresponsables" les déclarations de M. Erdogan sur une zone de sécurité en territoire syrien, en dénonçant une "agression".

L'antagonisme entre la Turquie et les Kurdes illustre la complexité de la guerre qui ravage la Syrie depuis 2011 et a fait plus de 360.000 morts. Ankara considère les YPG comme une "organisation terroriste" et désapprouve l'autonomie de facto acquise par les Kurdes à la faveur du conflit syrien, craignant que cela ne galvanise les velléités indépendantistes de la minorité sur son propre territoire. Cette autonomie de facto, établie dans le nord et le nord-est syrien, s'est traduit par la création de forces de sécurité, mais aussi l'instauration d'institutions publiques et d'écoles où la langue kurde est enseignée. Ces territoires, où se trouvent d'importants champs pétroliers, représentent près de 30% de toute la Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).



Lire aussi

Les régions kurdes en Syrie : vers un possible morcellement?

#Retro2018 : Au Moyen-Orient, le tableau commence à devenir plus clair


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

S,ILS L,ACCEPTAIENT CE SERAIT METTRE LEURS COUS SOUS LE YATAGAN OTTOMAN...

Sarkis Serge Tateossian

La Turquie ne peut pas sécuriser des zones kurdes en Syrie puisqu'elle massacré ces mêmes kurdes chez elle.

Allez voir ce qui se passe chaque jour en Anatolie... Les assassinats commandés par les renseignements turcs sont quotidiens et font la norme.

ON DIT QUOI ?

Dans ce contexte délicat, Washington, allié stratégique de la Turquie au sein de l'Otan, mais également partenaire des YPG dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), se retrouve pris en étau, et tente de trouver une solution.

L'art de se trouver au four et au moulin , pour une fois attiser le feu et une autre fois l'éteindre . hahahahahaaha ...

ON DIT QUOI ?

"Dans ce contexte délicat, Washington, allié stratégique de la Turquie au sein de l'Otan, mais également proche partenaire des YPG dans la lutte contre les jihadistes du groupe Etat islamique (EI), se retrouve entre deux feux, et tente de trouver une solution qui convienne à toutes les parties."

Ce petit paragraphe , pour ceux qui réfléchissent un peu explique tout .

Les usa sont au four et au moulin , et vous pensez qu'ils vont se gêner pour , une fois attiser le feu et une autre fois y verser de l'eau ??????

Avoir attisé cette zizanie c'est stratégique en soi pour eux , les yankys ne voudront JAMAIS AU GRAND JAMAIS QUE CETTE ZIZANIE NE SE RESORBE , C'EST LEUR FOND DE COMMERCE , LES GARS , ALLONS !!

HABIBI FRANCAIS

le loup turc garderait ainsi la bergerie kurde....ce n est pas serieux....

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

UKAid veut augmenter ses aides aux PME libanaises

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants