X

La Dernière

May Daouk : L’important, c’est d’aimer...

Journée internationale de la femme

Elle l’a retrouvée trente et un ans plus tard, cette fille qu’elle a été forcée d’abandonner à sa naissance. May Daouk a choisi de témoigner en cette journée particulière pour toutes les femmes qui n’ont pas pu, pas osé, pas su. Et surtout, pas encore pardonné à la vie.

Carla Henoud | OLJ
08/03/2019

C’est l’histoire d’une femme, mère bien avant le temps, qui a dû faire le choix terrible d’abandonner son nouveau-né à l’adoption, parce qu’il « n’y avait aucune autre alternative ».

« On m’a applaudie, on m’a critiquée ; certains ont vu en moi une personne exceptionnellement courageuse, ou une pauvre victime, et d’autres un monstre. Je suis juste une femme qui a fait un choix difficile mais qui m’a appris à devenir une femme libre. Féminine, pas féministe. » Et la chose dont elle se souviendra dans chacun de ses détails glaçants, trente ans plus tard, comme une brûlure qui vient régulièrement, inlassablement, lui pincer le cœur, c’est ce couloir sans fin d’un hôpital britannique qui allait alors la séparer, définitivement, du bébé qu’elle venait de mettre au monde. « Maria », en hommage à sa meilleure amie Maria Ousseimi, sera pendant tout ce temps, chaque matin, chaque soir, un secret, un amour que May Daouk va porter en elle, dans un lourd silence où seuls quelques privilégiés étaient admis. Aujourd’hui, parce que « tout arrive à un moment donné, pour une raison », elle peut enfin, avec beaucoup de courage et de sérénité, lever le voile sur ce secret et partager dans notre « pays-village » la suite d’une histoire chargée d’émotions : les retrouvailles. « J’ai laissé éclater ma joie et les gens ont parlé. J’assume. »


(Lire aussi : Finissons-en avec la journée des femmes, l’édito de Émilie SUEUR)


Vivre pour vivre

Tout le monde (ou presque) la connaît. « Ensemblière », comme elle aime à se définir – « je déteste le mot designer, ou pire, architecte d’intérieur », dit-elle –, « bourgeoise sunnite de Beyrouth », May Daouk, grands yeux verts, sourire parfois ironique, un sens (auto)critique et un mot qui peut être assassin, confirme : « Sans mon aspect bourgeois et mon brushing, j’aurais eu l’air de la Folle de Chaillot tellement je suis libre dans ma tête ! » Plutôt bavarde quand il s’agit de s’exprimer sur les sujets qui l’animent ou la révoltent – elle a également fait partie de Beyrouth Madinati –, sa vie aurait pu, comme elle a démarré, ressembler à celle, classique, d’une femme de son milieu et de sa culture : internat suisse pendant deux ans, puis fin d’adolescence à

Washington et Boston dans une famille traditionnelle et un ordre des choses soigneusement établi.

Mais ce 20 février va précipiter la jeune fille de 19 ans au caractère bien trempé dans un monde d’adultes : elle découvre alors la notion de liberté en assumant tout, avec, à la fois, une force et une grande fragilité. Lorsqu’elle s’aperçoit, au bout de plusieurs mois, qu’elle est enceinte, « j’avais fait un déni de grossesse », précise-t-elle, aucun autre choix n’était possible : « Je ne sais pas comment j’ai eu la lucidité de la garder et de penser à l’adoption », confie-t-elle. C’est au cœur d’une Angleterre très Jane Austin qu’elle mettra au monde Maria, entourée de sa nounou Brenda. « C’était un arrachement… » Le ventre vide, le cœur chargé, elle traversera le surlendemain ce long couloir les mains glacées, serrant une photo polaroïd, la seule, prise avec ce bébé avant qu’il ne soit déjà plus le sien. Immédiatement, elle prendra toutes les mesures nécessaires pour lui assurer une famille idéale, un cadre épanouissant, et la promesse d’un bel avenir. « Tous les matins, je me suis demandé si j’avais pris la bonne décision, si je n’avais pas été égoïste. Tout ce qui m’intéressait, c’était de la protéger et de ne pas me transformer en personne aigrie, pour le jour où je pourrais la retrouver. Je devais être conséquente avec cet acte premier, à la hauteur de cet abandon. »


(Lire aussi : Trois pionnières libanaises auxquelles on doit beaucoup...)


Partir, revenir

Ce jour-là arrivera sans prévenir, après 31 années où May Daouk a fait carrière dans le domaine de la décoration, appris le métier sur le tas auprès de la célèbre designer Bunny Williams à New York, « mon mentor », contracté un mariage avec un ami de longue date, et eu trois garçons : Laith (22 ans), Zeid (20 ans) et Taymour (19 ans), avec qui elle a une relation fabuleuse, puis connu un divorce et un retour définitif au Liban. Et toujours, ce silence… « Je suis une personne très positive. Je dansais sur les tables, mais j’étais triste à l’intérieur ! » Face au temps qui passe, aux remarques apparemment anodines qui la font vibrer : « C’est dommage que vous n’ayez pas une fille aussi belle que vous ! » « Combien d’enfants avez-vous ? » ou encore « Les filles, c’est autre chose », elle attend. Un signe, une volonté de la part de cette fille qu’elle ne connaît pas, de la connaître : parce que Maria sait qui est sa mère biologique. « Je lui avais laissé un pendentif calligraphié avec le mot Allah et un œil bleu. » C’est sur les réseaux sociaux que Maria se manifeste, avec pudeur. Un message, une envie. Suivra une correspondance de deux semaines « jusqu’à ce qu’on décide de se voir ». May Daouk s’embarque pour Londres. Comme dans un film de Lelouch, les deux femmes se retrouvent sur le quai d’une gare, se découvrent, se trouvent en se retrouvant. Deux mois plus tard, le temps de remettre ses esprits et ses émotions en place, elle partage la nouvelle avec ses fils en les prévenant : « Pas de jugements rapides, ayez de la compassion, vous ne savez jamais qui est la personne qui se trouve en face de vous. »

Depuis mai 2017, au gré des voyages et de ses venues au Liban, des Noëls et des anniversaires partagés avec ses deux familles, Maria et sa mère tentent de rattraper le temps, pas vraiment perdu, et de partager leurs différences et leurs ressemblances, évidentes quand on les voit ensemble. « C’est résolu, mais ce n’est pas oublié », précise enfin May Daouk qui planche sur un livre rédigé d’abord en anglais, mais qui sera traduit en arabe, « ma langue maternelle, pour faire une différence au Liban et faire avancer les lois».Happy ending d’une histoire qui a gardé des blessures enrichissantes et, pour conclure, ces quelques mots : « Il ne faut jamais sous-estimer le pouvoir de l’amour… Une femme n’est pas forte pour les raisons qu’on croit, mais parce qu’elle a dû assumer sa vie. »


Dans le même dossier 

Égalité hommes-femmes au Liban : des avancées mais beaucoup reste à faire

Claudine Aoun Roukoz, une femme d’action qui se bat jusqu’au bout

Élie Keyrouz relance les dossiers du mariage forcé des mineures et du viol conjugal

Plus de femmes aux commandes, préconise le bras privé de la Banque mondiale

L’Arabie, ce pays où la femme n’est jamais majeure...

« Faire reconnaître le viol de guerre est très important pour les survivants »

La Women’s Race, pour développer la communauté des coureuses au Liban...

La femme dans l’art, inspiratrice ou instigatrice...

Les femmes iroquoises, pionnières du Women’s Lib

Ménagère, mère, femme objet… La femme dans les pubs de L'Orient-Le Jour, depuis les années 1920

À la une

Retour à la page "La Dernière"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

J'ai eu des larmes aux yeux c'est une belle histoire entre une mère et sa fille

Laure

Bravo madame Daouk d'avoir témoigné à visage découvert dans un média libanais. C'est très très courageux alors que toute femme qui a dû abandonner son enfant est jugée par sa famille, par la société libanaise, …
En plus de la souffrance d'avoir été OBLIGÉE d'être séparée de son enfant, elle subit la honte, elle vit dans une éternelle culpabilité et se retranche derrière un lourd secret.
Des centaines de femmes libanaises ont malheureusement la même histoire que vous. En tant qu'adoptée du Liban, j'espère de tout mon cœur que votre témoignage permettra à nombre d'entre elles de savoir qu'elles ont le droit de chercher leur enfant parti en adoption, d'autant plus que nous sommes nombreux à rechercher nos familles biologiques.
Encore MERCI pour ce témoignage courageux et profitez de vos retrouvailles.

Marionet

OH c'est le cheikh qui tu sais qui va faire les gros yeux.Vite, un fichu sur la tête et direction Dar el-Fatwa.

Dounia Mansour Abdelnour

Une belle histoire de femmes!

NAUFAL SORAYA

Tout est bien qui finit bien, mais par quels moments durs Mme Daouk a dû vivre en silence... Quel courage!

Dernières infos

Les signatures du jour

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants