X

À La Une

L'ONU accuse Israël de possibles "crimes contre l'humanité" à Gaza

proche-orient

"Le Conseil (des droits de l'homme) établit de nouveaux records d'hypocrisie et d'attitude mensongère, motivé par sa haine obsessive d'Israël", dénonce Netanyahu.

OLJ/AFP
28/02/2019

La riposte israélienne aux manifestations de Palestiniens à Gaza l'an dernier s'apparente à des "crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité", a conclu jeudi une commission d'enquête de l'ONU dans un rapport balayé par le Premier ministre israélien.

Selon la commission, dont le mandat était limité aux événements de 2018, ces manifestations étaient essentiellement de "nature civile" et il existe des "motifs raisonnables de croire que des tireurs d'élite israéliens ont tiré sur des journalistes, du personnel de santé, des enfants et des personnes handicapées, en sachant qu'ils étaient clairement reconnaissables comme tels". D'après les enquêteurs, mandatés par le Conseil des droits de l'Homme de l'ONU mais qui n'ont pas reçu le feu vert d'Israël pour aller sur le terrain, "plus de 6.000 manifestants non armés ont été touchés par des tireurs d'élite militaires" lors des manifestations l'an dernier.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a rejeté le rapport sur Twitter : "Le Conseil établit de nouveaux records d'hypocrisie et d'attitude mensongère, motivé par sa haine obsessive d'Israël". Israël a aussi invoqué son droit à se défendre contre les agissements du mouvement islamiste palestinien Hamas, qui gouverne sans partage la bande de Gaza, tandis que ce dernier a réclamé que la communauté internationale fasse "rendre des comptes" à Israël pour "crimes de guerre".



(Pour mémoire : Le Hamas face à Israël à Gaza : ce qu'il faut savoir)



A Genève, le président de la commission de l'ONU, Santiago Canton, a expliqué que le droit international relatif aux droits de l'Homme était applicable à ces manifestations car l'enquête avait montré qu'"une majorité écrasante des manifestants n'étaient pas armés, même s'ils n'étaient pas tout le temps pacifiques". "Les soldats israéliens ont commis des violations du droit international humanitaire et des droits humains. Certaines de ces violations peuvent constituer des crimes de guerre ou des crimes contre l'humanité et doivent immédiatement faire l'objet d'une enquête par Israël", a-t-il affirmé, assurant que seul un tribunal pourra déterminer s'il y a bien eu de tels crimes.

La commission recommande par ailleurs aux autorités de la bande de Gaza de cesser d'utiliser des "cerfs-volants et des ballons dotés de dispositif incendiaire", l'envoi de ces engins vers Israël constituant un des aspects de la vaste mobilisation palestinienne.

La bande de Gaza, coincée entre Israël, l'Egypte et la Méditerranée, est le théâtre depuis mars 2018 de protestations hebdomadaires, généralement accompagnées de violences, le long de la barrière. Au moins 251 Palestiniens ont été tués par des tirs israéliens depuis cette date, la grande majorité le long de la frontière, et les autres dans des frappes israéliennes en représailles à des actes hostiles en provenance de l'enclave. Deux soldats israéliens ont été tués sur la même période.

La commission a procédé à 325 entretiens avec des victimes, des témoins et des sources et recueilli plus de 8.000 documents. Elle a aussi eu accès à du matériel audiovisuel, dont des enregistrements réalisés par des drones.



(Pour mémoire : Tranquilliser Gaza ou ménager les électeurs : le dilemme de Netanyahu)



Liste confidentielle de suspects 
Outre la fin du blocus israélien imposé à l'enclave depuis plus de 10 ans, la "Marche du retour" réclame le retour des réfugiés palestiniens sur les terres qu'ils ont fuies ou dont ils ont été chassés à la création de l'Etat d'Israël en 1948. Israël n'a cessé de proclamer que cette protestation massive était orchestrée par le Hamas, auquel il a livré trois guerres depuis 2008.

Mais pour les enquêteurs de l'ONU, "les manifestations étaient de nature civile, avec des objectifs politiques clairement énoncés" et "malgré certains actes de violence importante, la commission a estimé que les manifestations ne constituaient pas des combats ou des campagnes militaires". 
"Il n'y a aucune raison de tuer ou de blesser des journalistes, des médecins et des personnes qui ne représentent pas une menace imminente de mort (...) pour les personnes qui les entourent. Cibler des enfants et des personnes handicapées est particulièrement alarmant", a relevé une autre enquêtrice de l'ONU, Sara Hossain.

La commission présentera un rapport plus détaillé le 18 mars devant le Conseil des droits de l'Homme. Elle a par ailleurs créé un "fichier confidentiel" des responsables présumés des violations et invite la Haut-Commissaire de l'ONU aux droits de l'Homme, à qui cette liste va être transmise, de la partager avec la Cour pénale internationale. Les enquêteurs recommandent aussi la mise sur pied de sanctions internationales contre ces individus.


Pour mémoire
La page d’Oslo est terminée, mais impossible à tourner

Le Hamas de retour en Cisjordanie ?


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Et l'ONU machin devrait rester sur israel et ne plus y bouger jusqu'à ce que justice soit faite.

Là est le centre des malheurs de ce bas monde.

Même si ce pays est " exemplaire " pour certaines.......personnes.

Irene Said

On n'arrive pas à y croire...une commission d'enquête de l'ONU serait capable de dire la vérité sur les agissements d'Israël à Gaza ?

Mais ira-t-elle jusqu'au bout, ou les pleurnicheries habituelles d'Israël auront-elles comme toujours le dessus sur le droit international ?
Irène Saïd

Tina Chamoun

Vieux de 74 ans ce machin en est encore à ses premiers balbutiements très hésitants. Areu areu!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

PAS DE POSSIBLES MAIS... DES CRIMES CONTRE L,HUMANITE !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants