X

À La Une

Un soldat libanais succombe à ses blessures après des affrontements avec le clan Jaafar

Liban

Le clan a dénoncé ce qu’il a qualifié d'"opération d’élimination visant nos jeunes" et les "condamnations à mort systématiques".

OLJ
14/12/2018

Un soldat libanais a succombé à ses blessures, vendredi matin, après des affrontements nocturnes la veille avec des éléments armés du clan Jaafar dans la Békaa. Il s'agit du soldat Ra'ouf Hassan Yazbeck., 21 ans, célibataire et originaire du village de Nahlé, dans la Békaa. Il avait été touché par balle au torse.

Ses funérailles auront lieu demain à 11h dans son village.


Le soldat libanais Ra'ouf Hassan Yazbeck, a succombé à ses blessures vendredi, au lendemain d'affrontements avec des membres armés du clan Jaafar à Baalbeck. Photo ANI


Sitôt la mort du soldat annoncée, la guerre des communiqués a été lancée.

Le clan al-Jaafar a ainsi dénoncé dans des termes virulents ce qu’il a qualifié d'"opération d’élimination visant nos jeunes" menées par l’armée libanaise, et dénonçant des "condamnations à mort systématiques". "Jusqu’à quand devrons-nous garder le silence face à ces opérations barbares inhumaines et illégales ?" se demandent les familles relevant de ce clan. Le communiqué conclut en réclamant "l’annulation du plan de sécurité de l’armée et l’adoption immédiate d’une loi d’amnistie sans plus tergiverser".

Dans un autre communiqué, les habitants de Baalbeck ont présenté leurs condoléances à la famille du soldat tué, appelant l’institution militaire "à faire justice à sa famille et à sanctionner les criminels qui ont fini par corrompre l’image des tribus locales qui n’avaient jamais auparavant abrité de tueurs et des racketteurs de tous calibres".

De son côté, la famille de la victime et les habitants de Nahlé, ont dénoncé dans un troisième communiqué l’acte de barbarie commis par le clan Jaafar et ont demandé à l’armée de "frapper d’une main de fer". A défaut, avertit la famille Yazbeck, "nous nous ferons justice nous-mêmes".


(Pour mémoire : Opération contre un trafiquant de drogue dans le Hermel : un soldat tué)


Hier soir, une patrouille de l'armée a été la cible de tirs de la part d'éléments armés du clan Jaafar dans le quartier Charawné à Baalbeck. Les militaires avaient riposté aux sources des tirs. Des armes automatiques et des lance-roquettes avaient été employés dans les affrontements qui ont fait quatre blessés parmi les soldats libanais, dont un grièvement, selon l'armée qui a publié un communiqué vendredi.

Des renforts ont été déployés dans le secteur et les militaires sont à la recherche des individus impliqués dans les échanges de tirs. En début d'après-midi, un calme précaire régnait dans le quartier de Charawné et les environs. L'armée a installé des barrages mobiles sur place.

Fin novembre, quatre dangereux repris de justice avaient été tués dans une opération menée à Charawné par les services de renseignements de l'armée.

Quelques jours plus tard, un groupe de jeunes avaient mis le feu à un barrage militaire dans ce même quartier. Ils avaient également brisé les vitres du poste de surveillance. Le clan Jaafar avait alors dénoncé l'attaque. Aucun militaire ne se trouvait sur place au moment de l'attaque. 

Un énième plan de sécurité a récemment été mis en place par les autorités libanaises dans la région de Baalbeck-Hermel. Les observateurs mettent en doute toutefois son efficacité.


Pour mémoire

Le plan de sécurité, un plan vindicatif du Hezbollah ?

Des notables de la Békaa-Nord explosent : Le temps de « la sécurité à l’amiable » est révolu

Vers un plan de sécurité « pas classique »

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Le point

Pardon, lire synonymes au lieu d'anonymes dans mon commentaire

Le point

L'article nous laisse croire qu'il existe un clan légitime qui porte ce nom. Clan est un mot noble dans la jungle des criminels. Il vaut mieux choisir des anonymes répugnants pour décrire cet ensemble de personnes afin que les jeunes de leurs propres familles n'y adhérent plus. Par exemple; bande de voyous.

Que le Seigneur accueille notre martyrs dans son vaste paradis. Allah ysa'ad ahlou

Sarkis Serge Tateossian

Lors des interventions risquées nos soldats doivent avoir des protections adaptées. Cela nous renvoie à la question financière et budgétaire. La prospérité de notre pays peut se matérialiser uniquement à travers l'union et la concorde de toutes les forces vices du pays.

Paix à son âme, brave soldat partir si jeune c'est insupportable.

LIBAN D'ABORD

Rest in Peace my brave soldier

Une question: nos soldats ne portent pas de gilet pareballe? Ce martyr a ete touche pa rune balle au torse d'apres l'article

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

CELUI-LA EST UN HEROS LIBANAIS. IL EST TOMBE SOUS LE DEVOIR. QUE SON AME REPOSE EN PAIX ET QUE DIEU DONNE PAIX ET PATIENCE A SES PARENTS.

Wlek Sanferlou

Un vrai martyre pour le Liban. Allah yerhamo!

AIGLEPERçANT

Allah Yerhamo ! Mort dans l'exercice noble de sa fonction .

Gros Gnon

C’est qui/quoi le “clan Jaafar”?

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Pourquoi je (ne) quitte (pas) « L’Orient-Le Jour »

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pas de plan général pour déstabiliser le Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants