Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Gouvernement : Samy Gemayel appelle le Hezbollah à régler le nœud sunnite

"Le compromis est nécessaire en vue de faire face à l’effondrement", selon Joumblatt.

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel. Photo Ani

Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a appelé samedi le Hezbollah à régler le "noeud sunnite" qui fait obstacle à la naissance du gouvernement attendue depuis six mois, exhortant le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri à être "les Béchara el-Khoury et Riad el-Solh de 2018", en référence aux pères de l'indépendance du Liban, dont le 75ème anniversaire a été célébré jeudi dernier.

"En tant que formation politique la plus ancienne et grâce à notre expérience, nous estimons que le Hezbollah doit savoir que personne ne peut contrôler le Liban", a déclaré M. Gemayel lors d'une émission télévisée à l'occasion du 82ème anniversaire de la création des Kataëb. "Je conseille au Hezbollah de prendre la décision courageuse de tendre la main à l'ensemble des Libanais, pour la construction d'un Etat souverain, libre, indépendant et stable, et de se conformer à la Constitution et à la loi, car s'il considère qu'il est plus important que les autres Libanais, alors le peuple va se soulever", a-t-il ajouté.

Le Hezbollah soutient la revendication des six députés sunnites pro-8 Mars qui réclament un portefeuille au sein du prochain gouvernement d'union nationale, ce que Saad Hariri, ainsi que Michel Aoun dans une certaine mesure, refusent.


(Lire aussi : Gouvernement : entre « invention de blocages » et crispations communautaires, l’horizon reste bouché)


"Toutes les échéances constitutionnelles sont sans cesse reportées. J'en appelle au chef de l'Etat et au Premier minisre. Je leur demande de mettre un terme à cela, à tourner les pages du passé et à oeuvrer à la construction d'un Liban nouveau. Ils ont l'opportunité historique d'être les Béchara el-Khoury et Riad el-Solh de 2018", a ajouté M. Gemayel qui s'est prononcé à plusieurs reprises en faveur de la formation d'un cabinet composé de technocrates hors-partis.

Dans la journée, le chef du Courant patriotique libre, Gebran Bassil, mandaté par le chef de l'Etat pour régler le "noeud sunnite", avait déclaré que "le partenariat et l'entente sur des bases justes" étaient constitutifs de l'identité du Liban.

Pour sa part, le patriarche maronite Mgr Béchara Raï, qui a achevé une visite de plusieurs jours au Vatican, a souligné que "les martyrs du Liban, sans exception, nous supplient pour que la diversité du Liban soit préservée loin de tout monopole et élimination".

De son côté, le leader druze Walid Joumblatt a estimé que "le compromis est nécessaire en vue de faire face à l’effondrement".



Lire aussi

Le cadeau du Hezbollah pour Noël... un cabinet ?

Gouvernement : la médiation de Bassil menacée d’enlisement

Nœud sunnite : Bassil renvoie la balle dans le camp de Hariri

Un « nœud interne » peut cacher un grand conflit..., le décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications..., le décryptage de Scarlett HADDAD



Le chef des Kataëb, Samy Gemayel, a appelé samedi le Hezbollah à régler le "noeud sunnite" qui fait obstacle à la naissance du gouvernement attendue depuis six mois, exhortant le président Michel Aoun et le Premier ministre désigné Saad Hariri à être "les Béchara el-Khoury et Riad el-Solh de 2018", en référence aux pères de l'indépendance du Liban, dont le 75ème anniversaire a...

commentaires (8)

Samy Gemayel propose la seul solution qui sied au Liban dans ses conditions actuelles. Il nous faut qui savent adresser de façon technique, rationnelle et patriotique les problèmes du Liban plutôt que des ministres qui ne savent que se plier à leurs maîtres souvent externes.

Wlek Sanferlou

17 h 28, le 25 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (8)

  • Samy Gemayel propose la seul solution qui sied au Liban dans ses conditions actuelles. Il nous faut qui savent adresser de façon technique, rationnelle et patriotique les problèmes du Liban plutôt que des ministres qui ne savent que se plier à leurs maîtres souvent externes.

    Wlek Sanferlou

    17 h 28, le 25 novembre 2018

  • Brièvement, les Accords de Munich du 29-30/9/1938 furent la cause de la Seconde Guerre Mondiale, l'Accord de Taëf du 22/10:1989 permettant à la milice pro-iranienne "Hezbollah" à garder ses armes sous prétexte qu'elles ne seraient employées que contre l'ennemi israélien tandis que réellement elles seraient employées comme le souhaiterait le parti iranien "Wilayat el-Fakih". Munich en 1938 = Taëf en 1989 et la fin du Liban.

    Honneur et Patrie

    14 h 41, le 25 novembre 2018

  • DES VOIX S,ELEVENT MAIS ELLES BUTENT SUR LES OREILLES DES TETES DIVINEMENT VIDES !

    PRET A SOUTENIR L,OLJ QUE JE CONNAISSAIS.

    14 h 00, le 25 novembre 2018

  • Tant que nous, Libanais, ne saurons que ressasser le passé et vouloir nous venger de ceux-ci et ceux-là, nous n'avancerons jamais. Il nous sera impossible de construire un Liban indépendant, souverain et propspère...la preuve en est l'état catastrophique dans lequel nous nous débattons actuelllement. Il ne sert à rien de mettre la faute sur l'Occident etc., c'est nous qui avons engendré ces malheurs ! Ce n'est pas à nous d'éliminer Israël, ni à l'Iran via le Hezbollah...car si cet état sera éliminé...le Liban le sera aussi. Car aux milliers de missiles stockés ici et là par le soi-disant "parti de Dieu"...répondront des milliers de missiles venus d'Israël ! Et n'imaginons pas que ce sera comme un jeu-vidéo...ce sera du réel= de la destruction et la mort... Pourquoi...en définitive ? Irène Saïd

    Irene Said

    10 h 47, le 25 novembre 2018

  • Quel est l'intérêt de s'occuper du gouvernement quand on a refusé d"y participer? Si petit gemayel " conseille" au hezb libanais de la résistance de s'occuper de régler le noeud sunnite, On aurait aimé entendre ses parents encourager ou féliciter le combat de la résistance qui a mis fin à une occupation de 20 ans , barbare, du Sud LIBAN. Ou tout simplement les féliciter d'avoir protégé le Liban.

    FRIK-A-FRAK

    08 h 45, le 25 novembre 2018

  • Merci, Monsieur Sami Gemayel, de dire bien haut et fort ce qu'une grande partie des vrais Libanais pensent: "...nous estimons que le Hezbollah doit savoir que personne ne peut contrôler le Liban...! " Et surtout pas un parti chiite qui prend ses instructions à Téhéran. Le Liban est multiconfessionnel, et rien n'autorise ce parti chiite à vouloir gouverner ce pays à lui seul. De résister à Israël est une chose, de vouloir faire du Liban une province iranienne en est une autre, totalement inacceptable pour nous, Libanais ! Irène Saïd

    Irene Said

    08 h 36, le 25 novembre 2018

  • ON DONNE TOUJOURS LA PAROLE ÀUX CHEFS DES PARTIS OU À LEURS FILS ET LEURS FISTONS POUR QU'ILS NOUS DONNENT DES LEÇONS ET NOUS DEMANDENT LE CHANGEMENT. AU LIEU DE DEMANDER L'AVIS DES GENS DANS LES RUES ET PARTOUT QU'ILS SE TROUVENT, EN PERMANENT, JOUR ET NUIT. ET COMME ÇA, VOUS COMPRENDREZ CE QUE TOUT LE PEUPLE PENSE DE CES CHEFS LÀ. À MOINS QUE PROBABLEMENT VOUS N'ÊTES PAS AUTORISÉS DE LE FAIRE ET QUE VOUS N'AVIEZ PAS DU TOUT LA LIBERTÉ DE LE FAIRE.

    Gebran Eid

    08 h 06, le 25 novembre 2018

  • Le pays, ne peut plus rester au point mort. Assez de gaspillage d'efforts et d'énergies pour un résultat nul. Et le pays s'effondre entretemps... Y a't-il une raison valable qui passe au dessus de l'intérêt suprême du pays ?

    Sarkis Serge Tateossian

    01 h 34, le 25 novembre 2018

Retour en haut