X

Liban

Nœud sunnite : Bassil renvoie la balle dans le camp de Hariri

Gouvernement

Le chef du CPL évoque un éventuel abandon de l’échange de ministres établi entre Baabda et la Maison du Centre.

Yara ABI AKL | OLJ
20/11/2018

Contrairement à ce qu’auraient pu espérer les optimistes, la médiation menée par le chef du Courant patriotique libre et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, ne semble pas faciliter la formation du gouvernement. Bien au contraire. Le médiateur présidentiel a replacé hier le Premier ministre désigné, Saad Hariri, en confrontation directe avec ses adversaires, en l’occurrence les députés sunnites prosyriens qui continuent d’insister pour prendre part au cabinet.

Dans le cadre de son initiative lancée il y a une semaine pour faciliter la mise sur pied de la future équipe ministérielle, M. Bassil aurait rencontré hier Saad Hariri et Waël Bou Faour, député joumblattiste de Rachaya (qui avait rencontré avec Ghazi Aridi, ancien député joumblattiste de Beyrouth, le chef du législatif Nabih Berry), et le ministre sortant des Finances Ali Hassan Khalil.

Mais il s’est surtout entretenu avec les députés sunnites gravitant dans l’orbite du 8 Mars au domicile de Abdel-Rahim Mrad (Békaa-Ouest). Étaient présents, outre M. Mrad, Fayçal Karamé (Tripoli), Walid Succariyé (Baalbeck-Hermel), Jihad Samad (Denniyé), Kassem Hachem (Marjeyoun) et Adnane Traboulsi (Beyrouth).

S’exprimant à l’issue de la réunion, le médiateur présidentiel a tenu des propos particulièrement importants. « À mon avis, il faut reconnaître que la Rencontre consultative représente une minorité sunnite », a-t-il souligné, précisant une fois de plus que les protagonistes concernés par le nœud sunnite sont le Premier ministre et les parlementaires sunnites (du 8 Mars). « Et c’est à eux de le défaire, d’où l’importance d’un entretien entre eux », a-t-il ajouté. Et de poursuivre : « Le président de la République n’est pas concerné par ce problème. Il n’a donc pas d’inconvénient à ce qu’un ministre sunnite (relevant de son lot) soit nommé conjointement avec M. Hariri ou la Rencontre consultative. » Allant encore plus loin, il a déclaré : « Il n’y a aucun problème à ce que le chef de l’État récupère le ministre chrétien, et le Premier ministre, le sunnite. » Prenant la parole, Abdel-Rahim Mrad s’est quant à lui félicité de la médiation menée par le chef de la diplomatie, soulignant que les députés sunnites (du 8 Mars) tiendront des réunions prochainement pour discuter de la question gouvernementale. « Le chef de l’État a fait des concessions. Il nous est demandé de faire de même, sans pour autant nous en préciser les modalités », a souligné M. Mrad, avant de poursuivre : « Nous insistons pour que l’un de nous prenne part au cabinet. »

Pour en revenir à M. Bassil, ses propos revêtent de l’importance dans la mesure où il s’est rétracté, une fois de plus, par rapport au chef de l’État, à l’heure où c’est à son nom qu’il mène son initiative.

Mieux encore : en rappelant que le président de la République n’est pas concerné par l’obstacle de la représentation des sunnites, et en évoquant un éventuel abandon de l’échange de ministres établi entre MM. Aoun et Hariri, Gebran Bassil renvoyait ouvertement la balle dans le camp de la Maison du Centre, dans la mesure où il aurait laissé entendre que le ministre sunnite du 8 Mars devrait faire partie de la quote-part haririenne.

Sauf que certains observateurs rappellent à cet égard que Saad Hariri persiste et signe : il n’est pas question d’intégrer les députés sunnites proches de l’axe syro-iranien à son équipe. D’autant que le Premier ministre a déjà fait des concessions significatives en accordant un ministre à Baabda et un autre à l’ancien chef de gouvernement Nagib Mikati, comme il l’a fait savoir lors de sa conférence de presse tenue il y a une semaine à la Maison du Centre.

À ce sujet, un proche du chef du gouvernement désigné assure à L’Orient-Le Jour que son camp n’envisage aucunement d’abandonner l’échange de ministres conclu avec Baabda, jugeant « inutile » une rencontre entre Saad Hariri et ses détracteurs sunnites. En face, une source au sein du groupe dit « Le Liban fort » parrainé par le CPL assure à son tour à L’OLJ que le président de la République de même que le parti qu’il a fondé refusent de voir le problème actuel réglé à leurs dépens. Une façon pour le CPL de refuser d’inclure le sunnite prosyrien à sa quote-part, encore moins à celle relevant de Michel Aoun.


(Lire aussi : Gouvernement : la médiation de Bassil menacée d’enlisement)


Le Futur s’en prend au Hezbollah… et à Bassil ?

Cela fait dire à certains observateurs que la journée d’hier prouve que le blocage gouvernemental est là pour durer. D’ailleurs, le groupe parlementaire du Futur a fait savoir que « la mouture ministérielle est prête, et inclut la plupart des formations politiques, exception faite de celles qui refusent toujours d’y prendre part, et qui insistent pour imposer leurs conditions, à savoir la représentation des six députés sunnites ». Une allusion à peine voilée au Hezbollah.

Dans un communiqué publié à l’issue de sa réunion hebdomadaire tenue à la Maison du Centre sous la présidence de Saad Hariri, le groupe parlementaire a estimé que les obstacles entravant la formation du gouvernement sont « injustifiés », affirmant que « le Premier ministre désigné a déployé tous les efforts à même de former le gouvernement ». « Le rôle du Premier ministre est au cœur de ses prérogatives qui lui permettent de définir les options convenables pour mettre sur pied un cabinet, et de protéger la présidence du Conseil », peut-on lire dans le communiqué qui ajoute : « Les tentatives de contourner ces prérogatives constituent une infraction aux us et coutumes, et une attitude visant à réduire le rôle du Premier ministre. » Une allusion à la médiation de Gebran Bassil, sachant que le texte se félicite « des efforts parrainés par le président Michel Aoun afin d’opérer des percées significatives ».

Autre signe de blocage : les chefs religieux poursuivent leur forcing pour la genèse du gouvernement. Ainsi, à l’heure où le patriarche maronite Mgr Béchara Raï espérait, depuis Rome, la formation de l’équipe Hariri avant la fête de l’Indépendance, le mufti de la République, le cheikh Abdellatif Deriane, réitérait son appui à M. Hariri. « Nous sommes avec le Premier ministre qui lutte pour former un cabinet homogène », a-t-il lancé dans le cadre du message adressé aux musulmans à l’occasion de la naissance du Prophète. « Le nœud n’est pas sunnite, comme le pensent certains. Il est éminemment politique et devrait être réglé à la faveur de la coopération entre les protagonistes, notamment les chefs de l’État et du gouvernement. Mais nous craignons de voir de nouveaux obstacles faire leur apparition quand celui-ci sera réglé », a ajouté le dignitaire sunnite.



Lire aussi

Trump à Aoun et Hariri : Nous attendons de travailler avec le nouveau gouvernement

Gouvernement : un nœud, trois phases et beaucoup de complications..., le décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : le Hezbollah accentue les pressions « sunnites » sur Hariri

Médiation gouvernementale : le « Bassil nouveau » est arrivé !, le décryptage de Scarlett Haddad

Gouvernement : l’obstructionnisme devient la règle du jeu

Gouvernement : pour les sunnites anti-haririens, l’intercession de Bassil doit passer par eux

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

le "contenu" de la lettre est a priorivisible de par son adresse " dit le diction.
gb avait deja annonce la couleur - celle estamplillee gb, cpl etc & marque deposee aussi -
il y a de cela qqs semaines deja - avant meme le lapin de hn vs les 6 deputes libres & independants

Irene Said

Peut-on trouver dans ce pays des Libanais, politiques ou simples civils, alignés uniquement...sur leur patrie, le Liban ?

Ne sont-ils pas "assez grands" pour se débrouiller sans l'Iran, la Syrie, l'Arabie Séoudite, les USA et leurs alliés par ici ?

Irène Saïd

FAKHOURI

Bassil est toujours là pour semer le bor..l
de quoi se mele t il encore ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUTE CETTE CRISE EST GENEREE PAR LA TRAITRISE DES VENDUS A L,ETRANGER...

FÊTE ACCOMPLIE

Je le redis une fois de plus ne perdons plus de temps, integrons ce fameux ministre sunnite dans notre gouvernement par le moyen le plus constitutionnel qui soit , à savoir dans la quote part du Futur .

Ces députés sont sunnites et différemment des autres qui ont le droit de leurs options politiques alignés aveuglément sur l'occident , ils sont du côté de la résistance parmi laquelle se positionne la Syrie du heros Bashar et l'Iran NPR .

Saad finira par remercier cette résistance libanaise de lui avoir suggéré de les intégrer, parce que l'influence des bensaouds va disparaître ou sera réduite comme peau de chagrin au Liban.

There is no other way out .

L’azuréen

Comme dirait ma grand mère c’est tordu tout ca !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA FORMATION DU GOUVERNEMENT... AUX CALENDES GRECQUES !

FÊTE ACCOMPLIE

Tiens tiens , la théorie du complot ramenée sur la table par ceux qui la refusent pour des faits d'ailleurs , en arguant du fait qu'on a que le sort qu'on mérite.

Tiens tiens , au Liban On évolue suivant le souffle du khamsinn, vent chaud et sec .

Irene Said

La dernière phrase de cet article résume tout !

Il existe un complot évident venant de l'extérieur, relayé à l'intérieur par les traîtres à la nation libnaise.

Mais...dans deux jours ils iront parader sans aucune honte lors de la fête de la soi-disant indépendance du Liban !

Irène Saïd

Yves Prevost

En fait, comme on pouvait le prévoir, il n'y a pas de "Bassil nouveau". Mr Gendre n'a nullement joué le rôle de médiateur (censé être neutre). Il continue à défendre à cor et à cris la thèse des sunnites syro-dépendants.
Quant à prétendre que le chef de l'Etat n'est pas concerné par le "nœud sunnite", l'affirmation est assez étrange puisque c'est à lui et au premier ministre et à eux seuls qu'incombe la tâche de former le gouvernement.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlet HADDAD

Un sommet avec trois présidents seulement et beaucoup de non-dits

Citoyen grognon de Anne-Marie El-HAGE

Écoles fermées... et le numérique alors ?

Un peu plus de Médéa AZOURI

Le Liban sépare ceux qui s’aiment

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué