X

À La Une

Trump a l'intention de "fermer les yeux" sur le meurtre de Khashoggi, selon Ankara

turquie

Le quotidien progouvernemental turc Sabah a rapporté vendredi qu'après avoir tué le journaliste saoudien en l'étouffant avec un sac sur la tête, ses meurtriers lui avaient ouvert les veines pour le vider de son sang dans une baignoire, avant de le démembrer.

OLJ/AFP
23/11/2018

La Turquie a reproché vendredi au président américain Donald Trump de vouloir "fermer les yeux" sur le meurtre du journaliste Jamal Khashoggi en apportant un soutien sans faille au pouvoir saoudien au nom des intérêts économiques de Washington.

"D'une certaine façon, Trump dit +je fermerai les yeux quoi qu'il arrive+" sur le meurtre de Khashoggi, a déclaré le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu, en référence à des déclarations de soutien à Riyad exprimées cette semaine par le président américain.

Le meurtre de Jamal Khashoggi le 2 octobre dans le consulat de son pays à Istanbul a provoqué une onde de choc mondiale et considérablement terni l'image de l'Arabie saoudite, notamment celle du prince héritier Mohammad ben Salmane, dit "MBS". Selon des médias américains, la CIA n'a plus de doutes sur la responsabilité du prince héritier dans le meurtre de Khashoggi. Mais M. Trump a assuré mardi que l'agence américaine de renseignement extérieur n'avait "rien trouvé d'absolument certain". "Il se pourrait très bien que le prince héritier ait eu connaissance de cet événement tragique - peut-être, peut-être pas!", a-t-il dit, insistant sur les liens profonds entre Riyad et Washington.

"Il n'y a pas que l'argent qui compte", a vivement réagi vendredi M. Cavusoglu en référence à l'argumentaire de M. Trump qui a évoqué notamment l'achat d'armes américaines ou encore la stabilité des prix du pétrole pour justifier son soutien continu à Riyad. "Ce n'est pas une bonne approche", a insisté le ministre turc qui s'exprimait sur la chaîne d'information CNN-Türk, rappelant qu'il restait "des questions sans réponse".


(Lire aussi : Affaire Khashoggi : Trump se retient d'user de son influence sur Riyad)



"Aucun obstacle"
Après avoir dans un premier temps nié la disparition de Khashoggi, Ryad a fini par reconnaître sous la pression internationale qu'il avait été tué dans l'enceinte de sa représentation lors d'une opération "non autorisée". Tout en dédouanant le prince héritier, la justice saoudienne a annoncé la semaine dernière qu'elle allait demander la peine de mort contre cinq des 21 suspects détenus dans le cadre de l'enquête officielle de Riyad.

Si le président turc Recep Tayyip Erdogan n'a jamais ouvertement mis en cause MBS, il soutient que l'ordre de tuer le journaliste émanait des "plus hauts niveaux", tout en écartant la responsabilité du roi Salmane.

La Turquie est néanmoins ouverte à une éventuelle rencontre entre M. Erdogan et MBS en marge du sommet du G20 qui doit se tenir en fin de semaine prochaine en Argentine, selon M. Cavusoglu qui ne voit "aucun obstacle" à cela. Les deux dirigeants se sont déjà entretenus au téléphone à propos de cette affaire, mais ce serait leur première rencontre en face à face depuis la mort de Khashoggi. Le prince Salmane "a dit qu'il souhaitait rencontrer notre président en Argentine. Il n'y a évidemment aucune raison qu'ils ne se rencontrent pas", a ajouté M. Cavusoglu.


Sur "instruction" de son père, le roi Salmane, le prince héritier a entamé jeudi une tournée à l'étranger, dont le cabinet royal n'a pas dévoilé les détails.


(Lire aussi : Malgré les critiques, Trump veut rester un « partenaire indéfectible » de Riyad



Sanctions "cosmétiques"
Au lendemain de l'annonce par la France de sanctions contre 18 ressortissants saoudiens en lien avec le meurtre de Khashoggi, le chef de la diplomatie turque a reproché aux pays européens de prendre des "mesures cosmétiques". "Ils disent qu'il ne veulent pas se brouiller avec l'Arabie saoudite. Nous non plus, nous ne voulons pas que nos relations se dégradent, mais nous irons au fond de cette affaire", a déclaré M. Cavusoglu.

Depuis le début de cette affaire, Ankara maintient la pression sur Riyad en faisant "fuiter" des détails macabres du meurtre dans la presse locale. Le quotidien progouvernemental Sabah a ainsi rapporté vendredi qu'après avoir tué M. Khashoggi en l'étouffant avec un sac sur la tête, ses meurtriers lui avaient ouvert les veines pour le vider de son sang dans une baignoire, avant de le démembrer.

Un responsable turc avait affirmé début novembre que le corps avait été dissous dans de l'acide après avoir été démembré.



Lire aussi

Affaire Khashoggi : Riyad dément les conclusions de la CIA sur l'implication de MBS

Affaire Khashoggi : à Riyad, des princes du royaume tournent le dos à MBS

Stéphane Lacroix : L’Arabie saoudite est passée d’un autoritarisme mou à un autoritarisme arabe classique

Christine Ockrent : Je n’imagine pas le roi Salmane dire « ah, je me suis trompé de fils ! »

Un frère du roi, critique de MBS, rentre à Riyad

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LA BILE MINI SULTANIQUE EST SURCHAUFFEE POUR DES RAISONS POLITIQUES PAR ERDO L,ANTIDEMOCRATE AUX MILLIERS DE PURGES CRIMINELLES...

Irene Said

On a rapidement compris, une fois passé le premier choc ressenti au début de cette horrible histoire...que nous ne saurions jamais la vraie verité...connaissant malheureusement les divers "acteurs", qu'ils soient turcs, séoudiens ou...de loin...les Américains, et leurs intérêts, qui priment la justice, la morale et l'honneur!
Irène Saïd

Bustros Mitri

Meme un mouton, a droit à une mort plus clémente !

Sarkis Serge Tateossian

Les turcs n'ont jamais été cohérents avec leurs propres propos, ni avec leur conscience (si jamais ils en avaient une) ni avec leur propre histoire...

Ils dénoncent le silence de l'Amérique ou de l'occident pour l'assassinat de khashoggi sous prétexte de l'argent et des contrats ... ?

Mais qui à instauré ce système d'acheter le silence des occidentaux et particulière de l'Amérique à coup de contrats et de chantages pour couvrir la barbarie de masse, le génocide du peuple armenien, la spoliation de leur pays et richesses, un crime contre l'humanité, l'occupation de Chypre, le massacre des kurdes... Et j'en passe..

Ce n'est pas la Turquie depuis un siècle ?

Et ils demandent de chambouler le monde pour un crime que nous savons pertinemment qu'ils sont au moins l'inspirateur dans l'affaire khashoggi ?

C'est terminé l'époque criminelle ottomane. Qu'ils cessent de gesticuler inutilement.. Ils ne sont plus crédibles.

ACQUIS À QUI

C'est lui et son groupe de vautour autour de cette sinistre famille, les seuls qui en profitent.

Avez vous déjà vu une bête féroce défendre son bifteck ? Vous êtes servis.

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué