X

À La Une

Hariri accuse le Hezbollah de bloquer le gouvernement : "Je suis le père des sunnites au Liban"

Liban

Le Premier ministre désigné affirme qu'il ne modifiera pas la composition de son cabinet.


OLJ
13/11/2018

Le Premier ministre libanais désigné, Saad Hariri, a directement accusé mardi le Hezbollah de bloquer la formation du gouvernement en utilisant la question de la représentation des sunnites pro-8 Mars élus à l'issue des législatives de mai dernier, affirmant qu'il était le "père" des sunnites libanais et qu'il ne modifiera pas la composition de son cabinet.

"Il y a une vérité : la formation du gouvernement fait face à un obstacle. Certains l'appellent le nœud des six députés sunnites. En fait, il est beaucoup plus grand que cela. Hassan Nasrallah l'a clairement dit : le Hezbollah a décidé de bloquer la formation du gouvernement. Cela me déçoit profondément. Je ne pensais pas que le Hezbollah allait œuvrer contre moi et le chef de l'Etat", a déclaré M. Hariri lors d'une conférence de presse à la Maison du Centre, sa résidence beyrouthine, en présence de l'ensemble des députés du bloc parlementaire du courant et des anciens députés de la formation politique.

Il y a quelques jours, alors que la formation du nouveau gouvernement semblait imminente, le Hezbollah a apporté son soutien actif à la demande des députés sunnites du 8 Mars d'être représentés au gouvernement par un ministère. Cela avait mis un terme aux espoirs de déblocage. Cette revendication est catégoriquement rejetée par Saad Hariri, qui a reçu sur ce point le soutien tacite du chef de l'Etat, Michel Aoun. Samedi, le leader du parti chiite a réaffirmé dans un discours son exigence d'attribuer un ministère aux députés sunnites anti-haririens.

"Ce n'est pas au Hezbollah de me dire comment telle ou telle partie devrait être représentée", a répondu mardi M. Hariri.



"Je suis le père des sunnites"

"J'ai été clair depuis le départ et j'ai expliqué au Hezbollah que j'étais définitivement contre l'attribution d'un portefeuille aux sunnites pro-8 Mars", a affirmé le Premier ministre désigné. "Si vous étiez vraiment attachés à la représentation des six sunnites, pourquoi refusez-vous d'en nommer un, ou n'avez-vous pas désigné l'un d'eux comme Premier ministre ?", s'est-il interrogé, s'adressant au Hezbollah.

"J'ai toujours considéré qu'il y avait une représentation sunnite en dehors du courant du Futur. Le chef de l'Etat et l'ancien Premier ministre Najib Mikati vont nommer un ministre sunnite. Je ne permettrai à personne de m'accuser de provocation communautaire car cela va à l'encontre de la philosophie de (son père) Rafic Hariri, a lancé Saad Hariri. Tous les Libanais savent que mon discours politique est positif et que ma formation prône une politique de modération et d'ouverture malgré les crises et les divergences. Certains ne veulent pas que le pays ait un Etat ou des institutions. Nous devons prêter allégeance au peuple, à la Constitution et à Taëf".

"Je suis le père des sunnites au Liban, et je sais seul où se trouvent les intérêts des sunnites au Liban, comment les protéger et défendre leur cause. Nous ne permettrons à personne d'attaquer la communauté sunnite et l'intérêt national", a-t-il martelé sous les applaudissements de l'assistance. "Ils essaient de me briser depuis 2005. Personne ne peut briser Saad Hariri", a ajouté le Premier ministre désigné.

"Après que les Forces libanaises aient accepté ma proposition - consistant à leur attribuer quatre portefeuilles ministériels - je pensais que le gouvernement allait être formé très vite. La formation du gouvernement est une nécessité politique et économique", a-il ajouté. Et de conclure  : "J'ai fait ce que j'avais à faire. La Constitution charge le Premier ministre, en concertation avec le président, de former le cabinet, et personne d’autre. Mon gouvernement est prêt, et les présidents Michel Aoun et Nabih Berry le savent. Il est temps que tout le monde assume ses responsabilités pour que le pays se remette en marche".


(Lire aussi : « Hassan Nasrallah se trouve en confrontation avec tout le monde »)



"S'il y avait une solution, je me serais rendu à Baabda"
A une question d'une journaliste sur l'existence d'une solution, M. Hariri a déclaré qu'il n'y en avait pas. "S'il y en avait une, je me serais rendu à Baabda".
En début d'après-midi, M. Hariri avait reçu à la Maison du Centre, sa résidence beyrouthine, l'ancien ministre Mohammad Safadi, dont l'un des proches, l'ancien bâtonnier du Liban-Nord, Khaldoun Naja, est cité par les médias comme personnalité consensuelle pour obtenir le portefeuille réclamé par les sunnites pro-8 Mars. Ces derniers estiment que "la seule et unique solution" au problème qui fait obstacle à la naissance du gouvernement était de leur attribuer un portefeuille ministériel comme ils le réclament.

Par ailleurs, M. Hariri n'a pas voulu donner les détails de son entretien, la veille, avec le chef du Courant patriotique libre et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil. Mandaté par le président, Michel Aoun, pour tenter de résoudre le "nœud sunnite", M. Bassil s'est entretenu avec le Premier ministre désigné, ainsi qu'avec le président de la Chambre, Nabih Berry, et le député Faycal Karamé, l'un des six députés sunnites pro-8 Mars.

Selon notre chroniqueur politique Philippe Abi-Akl, M. Bassil œuvrerait avec les trois parties concernées – le Hezbollah, le courant du Futur et les députés sunnites du 8 Mars – en faveur de la mise en application d’un plan en trois étapes. D’abord, briser la glace entre les six députés sunnites et le Premier ministre désigné, et obtenir de Saad Hariri qu’il les reçoive chez lui pour écouter leurs doléances, comme l’a fait la semaine dernière le chef de l’Etat. La deuxième étape serait de plébisciter, avec l’accord de M. Hariri et l’aval des six députés sunnites concernés, une personnalité sunnite du 8 Mars – mais "modérée" et dont la présence ne constituerait pas un défi pour le chef du courant du Futur – qui intégrerait la quote-part du président de la République de manière à régler ce problème. La troisième étape serait la mise sur pied d’un mécanisme d’application pris en charge par le chef de l’Etat. L'objectif est de régler ce nœud et de former un gouvernement avant la fête nationale de l'Indépendance, le 22 novembre prochain.

Mardi soir, M. Bassil a été reçu à Clemenceau par le leader druze Walid Joumblatt avec qui il a discuté de la formation du gouvernement et des solutions possibles à la crise, selon les médias locaux. M. Bassil est arrivé en compagnie du ministre sortant de l’Énergie, César Abi-Khalil, membre du CPL. Taymour Joumblatt, fils du leader druze et député du Chouf, a lui aussi pris part à la réunion. Le chef du CPL a quitté les lieux sans faire de déclaration.

Commentant le discours de M. Hariri, un ancien député ne souhaitant pas être nommé a déclaré que "les propos du PM désigné sont logiques et fermes". "Il n'y a pas de solution en vue, seul le président de la République peut encore intervenir pour débloquer la situation car il a de bonnes relations avec les deux parties (M. Hariri et le Hezbollah, ndlr)", a ajouté cet ancien député à notre correspondante sur place Suzanne Baaklini. Un autre ancien député a de son côté estimé que la balle était désormais "dans le camp du Hezbollah", ajoutant que la situation était "très inquiétante".

Réagissant lui aussi aux propos de M. Hariri, le leader des FL a estimé sur Twitter que le discours du PM désigné était "acceptable sur la forme et logique sur le fond".



Lire aussi
Les députés sunnites du 8 Mars se font entendre, mais pas approuver, par le chef de l’État


Entre dérobades et langue de bois, le nœud sunnite reste entier

Aoun ne signerait pas le décret de formation d’un gouvernement qui comprendrait un sunnite prosyrien

Pour le Hezb, pas de retour sur la désignation de Hariri


À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

gaby sioufi

ca y est. C chose faite.
HN a pour une fois senti le vent se retourner contre lui, il a senti pour la 1ere fois ce que les autres acceptent de lui depuis des annees .
QUELQU'UN A OSE L'ATTAQUER, OSE LUI DIRE NON, OSE REJETER SES DESIDERATA PUBLIQUEMENT. ET PAS N'IMPORTE QUI , PAS GB . NON RIEN DE MOINS QUE LE 1er MINISTRE SUNNITE LUI-MEME.

L’azuréen

Monsieur le PM respectez la Constitution, présentez votre formation au Président et foncez .

Le pont

La révélation de cet article passe sous silence!!! Les Présidents Aoun et Mikati vont nommer un ministre !!! Donc la formation est à bout touchant !!!

ACE-AN-NAS

Je nai jamais entendu ni lu Hassan Nasrallah dire je suis le père des chiites , non mais croyez moi s'il venait à le dire un jour , les chiites lui enverraient une volée de bois vert ... bien que Hassan Nasrallah représente enormement pour eux .

Je n'en reviens pas que la declaration de saad passe inaperçue , à UNE exception près que je salue bien bas .

Non mais ohhhhh on est où là ? ??????? Y'a que chez les bensaouds où on porte le nom du bédouin qui s'est accaparé le nom d'une nation .... basta !

L'Orient-Le Jour

Merci M. Yared pour votre commentaire, l'erreur a été corrigée.

Georges Yared

Bescherelle ta mere

....affirme qu'il ne modifierait.....

comment une affirmation peut elle etre au conditionel



Sarkis Serge Tateossian

C'est une réaction prévisible du premier ministre Saad Hariri,

On voyait mal comment un premier ministre pourrait s’aplatir devant une énième exigence qui d'ailleurs ne semblait pas réaliste ou même objectif,

Je pense que maintenant, suite à la réponse du premier ministre, les « coups  de colère  » ne servent plus à rien et il faut revenir dans des contextes plus raisonnables et plus sages, il faut rapidement se ressaisir dans un esprit constructif tenant compte uniquement de l'intérêt du Liban et de son peuple, et éviter les provocations insensés.

Si chacun s'occupe uniquement de sa propre communauté, ce serait déjà une performance.

Il faut juste apprécier chaque communauté à sa juste valeur. En s’appréciant et se respectant sans montrer des velléités inconsidérées dans le but de laminer les autres, et le Liban se retrouvera !

Tout le monde est beau, tout le monde est intelligent ,,,,,

Mais aller chercher à la dernière minute, « les adversaires de nos adversaires » pour les imposer dans un gouvernement « d'union nationale » ,,, c'est un peur léger et cela ne passe visiblement pas.


Allez, nous comptons tous sur la sagesse de nos dirigeants libanais Hassan Nasrallah compris bien sur, pour que chacun prenne ses responsabilités et former ce gouvernements sans trop en rajouter,

Des nœuds ,,,, c'est passibles, mais des « faux nœuds » STOP !

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MAIS SI LE PRESIDENT FLECHIT A L,ULTIMATUM DU HEZBOLLAH ET PREND UN SUNNITE DANS SA PART, QU,IL NE SE QUALIFIE PLUS DE PRESIDENT FORT... MAIS.......

carlos achkar

Il est temps de former une résistance libanaise incarnée par les défenseurs de l'identité libanaise contre la résistance incarnée par les destructeurs de l'identité libanaise qui se nomme Hezbollah.

Irene Said

Il n'aurait pas du prononcer cette phrase maladroite et un brin prétentieuse:
" je suis le père des Sunnites au Liban " !

Il lui suffisait de s'affirmer en tant que premier ministre désigné, ce qu'il a d'ailleurs fait.
Mais les empêcheurs ne vont pas cesser leurs manigances, ils sont payés pour cela...

Irène Saïd

Antoine Sabbagha

Bravo pour notre Premier ministre. Il est grand temps de citer les choses par leurs noms et pourquoi pas former un gouvernement comme il le voit seulement.

Jean Michael

Il etait grand temps que Mr Hariri mette le pied par terre. Il y en a marre. Tout le monde cnnait la puissance des armes du Hezbellah. Doit-on vivre en permanence dans la crainte. Le Hezb ne va pas changer d'allegeance qui n'est pas pour le Liban. A nous autres d'assumer nos droits et de le confronter partout. Le Hezb ne fait et ne fera aucun cadeau en dehors de ses interets propres. Meme un roseau, aussi malleable soit'il, casse un jour.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LOGIQUE ET FERMETE CONTRE LE DYNAMITAGE OPERE PAR LA MILICE IRANIENNE... SI LE PRESIDENT VEUT PRENDRE DANS SA PART UN SUNNITE QU,IL LE FASSE MAIS POINT KARAME QUI VA MENDIANT DU HEZBOLLAH SON SOUTIEN. HONTE A KARAME !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué