X

Liban

Les députés sunnites du 8 Mars se font entendre, mais pas approuver, par le chef de l’État

Gouvernement

Bassil en dissonance : « Personne ne peut accaparer la représentation d’une communauté.»

Fady NOUN | OLJ
10/11/2018

Le chef du Courant patriotique libre et ministre sortant des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a annoncé hier soir que le CPL œuvrait à trouver une solution au nœud sunnite entravant la formation du gouvernement, estimant que « personne ne peut accaparer la représentation d’une communauté ». Une phrase qui a été interprétée comme allant dans le sens contraire du refus opposé par le Premier ministre désigné Saad Hariri à l’entrée dans son gouvernement d’un ministre issu des rangs des députés sunnites pro-8 Mars. « N’ayez crainte pour le gouvernement car il va naître, mais inquiétez-vous du temps qui a été perdu », a lancé M. Bassil lors d’un dîner des pharmaciens affiliés au CPL. « Nous avons commencé à œuvrer pour régler le nœud sunnites-chiites, et la solution commence par le retour aux critères définis et au principe selon lequel personne ne peut accaparer la représentation d’une communauté », a-t-il ajouté.Les propos de M. Bassil sont intervenus à l’issue d’une journée au cours de laquelle les députés sunnites du 8 Mars avaient été reçus par le chef de l’État, tandis qu’on apprenait, parallèlement, que le directeur général de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, habitué des médiations, avait quitté Beyrouth pour Paris, où il doit s’entretenir avec M. Hariri du dossier du « nœud sunnite ». Aucun communiqué n’a cependant confirmé cette information.


(Lire aussi : La rencontre de Baabda : calmer le jeu en attendant la solution, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Cartes brouillées
La déclaration de M. Bassil a un peu brouillé les cartes, à la fin d’une journée où, avec beaucoup d’assurance, les députés sunnites pro-8 Mars avaient affirmé depuis Baabda, où ils étaient reçus par le président Michel Aoun, que « la seule et unique solution au dernier nœud qui empêche la formation d’un nouveau cabinet est que l’un de nous entre au gouvernement ».

Avec la même assurance, que le chef de l’État n’avait en rien encouragée, le porte-parole de la délégation sunnite, Abdel Rahim Mrad, avait affirmé: « Nous avons demandé au président Aoun d’essayer de convaincre Saad Hariri de revenir sur sa position. » M. Mrad s’exprimait au nom d’une délégation, qui comprenait en outre Fayçal Karamé, Walid Succariyé, Kassem Hachem, Jihad Samad et Adnan Traboulsi. « Le président Aoun comprend notre point de vue et a appelé à ce que cette question soit traitée dans le calme », a-t-il ajouté.


(Lire aussi : Entre dérobades et langue de bois, le nœud sunnite reste entier)


Comprendre n’est pas approuver
De source proche de la délégation, on rapportait cependant en privé que l’entretien a été « poli, mais plutôt sec », et que les députés, malgré leur assurance, n’ont pas obtenu du chef de l’État plus que la promesse qu’il transmettra leur demande au Premier ministre désigné.

Selon notre correspondante au palais présidentiel, Hoda Chédid, l’attitude du président de la République au cours de l’entretien avec les six députés se résume en une phrase : « Comprendre n’est pas approuver. »

On rappelle que les six députés affirment comptabiliser à eux six 30 % des voix sunnites, et réclament leur droit à être représentés par un ministre, oubliant qu’ils relèvent, chacun, d’une mouvance politique bien définie, et qu’ils sont, par conséquent, dûment représentés par le bloc auquel ils appartiennent.

C’est exactement ce que leur a répondu le chef de l’État, précisant que lors des consultations précédant la désignation de M. Hariri, ils s’étaient présentés à lui en ordre dispersé, Fayçal Karamé et Jihad el-Samad avec le bloc des Marada, Walid Succariyé avec celui du Hezbollah, Kassem Hachem avec le bloc de M. Berry et Adnan Traboulsi avec les Ahbache, sur la liste du Hezbollah à Beyrouth. Par ailleurs, le président a détrompé M. Mrad en affirmant que le chef druze Talal Arslane a obtenu d’être représenté au gouvernement parce qu’il avait rejoint le bloc du CPL avant les élections législatives, ce qui n’est pas le cas des députés sunnites du 8 Mars.

Du reste, selon le courant du Futur, les votes préférentiels obtenus par ces députés sont loin de représenter 30 % des voix sunnites, comme ils le prétendent, et ne représentent au mieux que 8,9 % de la totalité des votes préférentiels sunnites. On rappelait aussi, de source informée, que de grandes et moins grandes pointures de la communauté sunnite comme Nagib Mikati, Oussama Saad, Bilal Abdallah et Fouad Makhzoumi ont refusé d’entrer dans les calculs du bloc des députés sunnites du 8 Mars.

Forts de l’appui du Hezbollah, ces derniers ont insisté pour être représentés par l’un d’eux, refusant que toute autre personnalité les représente.Aux membres de la délégation qui se sont dit prêts à s’entretenir de leur cas avec M. Hariri, l’un des membres de son bloc, Moustapha Allouche, devait déclarer à L’Orient-Le Jour que ce dernier, qui se trouve à Paris depuis la fin de la semaine dernière, et qui a reçu sur ce point le soutien tacite du chef de l’État, n’envisage pas de les recevoir, et ne voit aucune raison pour que ces députés soient représentés deux fois, une fois en leur qualité de sunnites et une autre en leur qualité de membres de divers courants, blocs et partis. Ce serait bâtir un Sénat et non plus former un gouvernement, a-t-on fait valoir dans les milieux gouvernementaux. On va même, dans ces milieux, jusqu’à caricaturer leurs prétentions, en affirmant qu’il y a 18 députés chrétiens du Parlement qui peuvent être considérés comme des électrons libres, et qui pourraient suivre leur exemple et réclamer à leur tour un ou plusieurs sièges gouvernementaux.

De source bien informée, on apprenait aussi en soirée que les députés sunnites du 8 Mars ont l’intention d’expliciter leur position au chef de l’Église maronite. Toutefois, le patriarche Raï est en ce moment engagé dans le suivi des travaux d’une nouvelle institution patriarcale à vocation économique et sociale, et pourrait ne pas être libre pour les recevoir.


Lire aussi

Aoun ne signerait pas le décret de formation d’un gouvernement qui comprendrait un sunnite prosyrien

Entre Aoun et Hariri, il y a plus que des intérêts politiques, le décryptage de Scarlett Haddad

Pour le Hezb, pas de retour sur la désignation de Hariri


À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gebran Eid

CES MESSIEURS SONT ROULENT POUR BACHAR ÇA C'EST CLAIR, MAIS DE L'AUTRE CÔTÉ HARIRI ET LES AUTRE ROULENT POUR QUI ? POUR LE CÈDRE ? LES ALLÉES/RETOURS DE HARIRI VERS L'ARABIE SAOUDITE C'EST POUR LE LIBAN ?

Wlek Sanferlou

J'adore les maths...

Voilà une offre we cannot refuse:

On a 128 députés. Berri, Hariri, ferzli sont fixe et on ne touche pas. On donne au préz 3 deputés-ministres de son choix, 1 à Berri et un à Hariri. Ce qui nous laisse un trésors de 120 députés. Puis on forme un gouvernement de 10 députés qu'on change tout les 4 mois de façon que tout les 120 députés qui restent ont le plaisir de servir comme.minsitre de quelque-chose de juteux ou non.
Le libanais moyen n'aura qu'à payer le salaire de ministre qu'à 15 au lieu de 30...tout les parties, confessions et énergumènes au parlement auront leur tour, le citoyen pourra finalement vaquer à ses affaires pour qu'il trouve le moyen pour lui et sa famille d'avoir l'électricité, l'eau,les ordures,la santé publique, etc etc sans la folle cacophonie de ces millionaires et milliardaires rapaces.

Merci les maths...

gaby sioufi

un fait est la indéniable,irrevocable :
aoun et son gendre ont ete les 1ers a forcer la main a qqs autres joueurs, arguant de ce meme principe dont les 6 sunnites se prevalent :
LE FAMEUX TRUC du depute arslane & des 3 autres cpellliotes appartenant du meme coup au cpl ET a ce bloc de je ne sais plus quoi.
qui a abouti -surement par un marchandage /troc quelconque- a ce que joumblat se desiste de "SON" 3e ministre druze.

Citoyen

Avec 8,9% on se donne (ou on impose) le droit d'avoir un ministre? On se croirait dans un film de science fiction.Un premier ministre nomme des ministres,un point c'est tout. Je ne comprends pas toute cette mascarade enfantine qui dure et qui empêche le peuple (à qui finalement revient le droit et non pas à cette bande de mercenaire qui se balade d'un camp à un autre au grès du vent)de vivre décemment. Déjà, avec toute cette brochette de corrompus, qu'on a tous vu défiler( eux, leurs enfants et aujourd'hui leurs petits enfants depuis notre plus jeune âge) le pays est arrivé à un tel degré de dégradation et d’anarchie,comment voulez vous voir le jour avec cette équipe de bras cassés commanditée par l’Iran, la Syrie, les états unis, l’Arabie saoudite, la Russie.....? Messieurs vous frôlez le ridicule et même le ridicule en a honte. Vous sentez mauvais et vous donnez envie de vomir. Partez, vous avez assez rempli vos poches. Honte à vous.

aliosha

En fin de compte c'est quoi ce premier ministre qui se permet des vacances a Paris. Pour toute décision il faut que nos responsables se déplacent a l'étranger. S'il est incapable de former le gouvernement apres ces quelque mois il n'a qu'à nous F... la paix. Chez nous au Liban il y a beaucoup de personalités bien plus capable et responsable à être premier ministre que ce petit fils a papa . Habituellement il nous fait le cinema du marathon on dirait que cette année c'est raté

Irene Said

Messieurs Abdelrahim Mrad, Walid Succariyé, Fayçal Karamé, Kassem Hachem, Jihad Samad, Adnane Traboulsi,
quelle mouche vous a brusquement piqués pour que vous rendiez visite à tous nos responsables haut-placés...pour exiger un ministère sunnite pro-syrien représentant le soi-disant "8 Mars" ???

Vous êtes députés de..., donc censés agir pour le bien de ceux que vous représentez, non ???

Que le pays tout entier continue d'être à l'arrêt à cause de vos subites exigences ne touche donc pas vos consciences de députés ?

Vous recevez certainement votre salaire de député en plus de tous les avantages qui en découlent.

Mais...que peuvent faire ceux qui doivent fermer leurs commerces, sociétés etc., qui n'ont plus de travail et plus de revenus, donc plus rien pour vivre...parce que vous, politiciens, ne savez apparemment pas que ces gens existent... et continuez de vous chamailler pour...un ministère ?

Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS DEVRAIENT AVOIR HONTE D,ETRE MANIPULES ET DE FAIRE LE JEU DU HEZBOLLAH ET DE L,IRAN CONTRE LEUR PROPRE COMMUNAUTE D,ABORD ET CONTRE LE LIBAN EN BOYCOTTANT LA FORMATION DU GOUVERNEMENT ET RISQUANT L,ECONOMIE ET LE DEVENIR DU PAYS...

AIGLEPERçANT

Ils existent bien ces députés sunnites dissidents, on ne peut pas les ignorer il faudra en tenir compte.

Tout comme les dissidents des autres groupes, chiites compris.

Yves Prevost

"Personne ne peut accaparer la représentation d’une communauté".Qu'il aille dire ça à son copain Nasrallah!
"Inquiétez-vous du temps qui a été perdu". La faute à qui?

LIBAN D'ABORD

Vous verrez le problème résolu et un autre commencera
Pourquoi les chretiens libres n auraient pas un ou plusieurs députés?
Et ainsi de suite pour 4 ans? Et pourquoi pas? Il y aura moins de corruption puisque on ne pourra plus faire des affaires de gré à gré sans adjudication et on ne pourra plus faire des dépenses sans raison etc....
Peut être le Liban se portera mieux avec des technocrates au pouvoir si possible même sans religion représentatif premier pas pour deconfialise le Luban

Jean Michael

"Deputes" traitres pro-syriens se font photographier avec le cedre pour embleme. Qu'ils se presentent en Syrie a la deputation. Nous verrons comment le bourreau de Syrie les traitera.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Réformes : selon Kanaan, le moment est propice pour passer aux actes

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.