X

Liban

« Hinad », une campagne pour lutter contre les stéréotypes médicaux liés à l’homosexualité au Liban

Droits de l’homme

Selon une étude, 72 % des Libanais restent persuadés qu’il s’agit d’une maladie mentale et qu’un traitement psychologique ou hormonal s’impose.

Nada MERHI | OLJ
09/11/2018

« Il est homosexuel ! Que Dieu le guérisse ! » Des propos souvent entendus au Liban où, à l’instar de certains pays peu développés, l’homosexualité continue, trop souvent, d’être considérée comme une maladie. Par conséquent, il serait possible de la traiter par une psychothérapie ou encore par le biais de traitements radicaux comme des séances d’électrochocs ou l’administration de testostérones ou des médicaments indiqués pour les troubles de l’érection.

C’est pour battre en brèche les préjugés et autres idées préconçues, qui continuent d’entourer fortement l’homosexualité au Liban, que LebMASH (Société médicale libanaise pour la santé sexuelle) lance « Hinad » (Homosexuality is not a disease ou l’homosexualité n’est pas une maladie). Cette campagne, organisée avec le soutien du Fonds Agnes Varis Trust, vise à lutter contre les stéréotypes qui entourent l’homosexualité et à sensibiliser aux conditions relatives à la santé sexuelle des homosexuels. Elle a été lancée hier lors d’une conférence de presse organisée à l’hôtel Key Appart, dans le secteur du Palais de justice, avec la participation de l’Association libanaise de psychiatrie (ALP), la Société libanaise de psychologie (SLP) et Seeds for Legal Initiatives.

Cette campagne est d’autant plus importante que « près de 72 % des Libanais estiment que l’homosexualité est une maladie mentale » et « 79 % d’entre eux pensent que les homosexuels doivent suivre un traitement psychologique ou hormonal », selon une étude menée en 2015 au Liban. Plus encore, une étude menée auprès des médecins a montré que « même dans le milieu médical, certains médecins croient fermement que l’homosexualité est une maladie », souligne le Dr Chadi Ibrahim, psychiatre, sexologue et président de LebMASH. « Or elle ne l’est pas, affirme-t-il. Par conséquent, les tentatives de changer l’orientation sexuelle des homosexuels sont inutiles, voire nocives. Les études effectuées à ce sujet ont montré que les homosexuels qui subissent de tels traitements ont huit fois plus de risques de tenter de se suicider. Ils ont aussi de plus grands risques de sombrer dans une dépression ou de recourir aux drogues. Aujourd’hui, nous cherchons à dénoncer ces pratiques qui ne reposent sur aucune preuve scientifique. » Et le Dr Ibrahim d’annoncer qu’un numéro vert, le 76/085714, est à la disposition de ces personnes ou de tout individu qui désire s’informer plus sur la question. La campagne aurait dû comporter en plus des conférences, des articles de presse et des interviews dans les médias, « une campagne publicitaire notamment sur les panneaux, mais elle a fait l’objet d’une censure », déplore le Dr Ibrahim.


(Lire aussi : Une soirée « gay friendly » interdite à Mar Mikhaël)


Sanctions légales

La présidente de l’ALP, Aimée Karam, a rappelé de son côté que depuis 1974, « dans le monde, l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie sexuelle, mais une orientation sexuelle ». Insistant sur « la nécessité de soutenir l’indépendance des homosexuels », elle note qu’« à l’ALP, nous œuvrons à éduquer les professionnels et à améliorer leurs connaissances dans le domaine ». « Nous cherchons aussi à soutenir les homosexuels et leurs familles non seulement pour accepter cette situation mais aussi pour faire face à la stigmatisation de la société », ajoute-t-elle.

Même son de cloche chez le secrétaire général de la SLP, Georges Karam, qui a rappelé qu’en 1974 l’Association américaine de psychiatrie a annoncé que l’homosexualité n’était pas une maladie, suivie en 1975 par l’Association américaine de psychologie. « En 1990, l’Organisation mondiale de la santé a aboli cette notion de ses registres, ajoute-t-il. Au Liban, en 2013, la SLP avait annoncé qu’elle estime que l’homosexualité n’est pas une maladie. Aujourd’hui, nous réitérons notre position. »


(Lire aussi : « Queer Narratives Beirut » : le podcast comme arme d’éducation massive)


Le problème reste important au Liban, puisque dans la loi, « l’article 534 du code pénal, qui stipule que toute relation sexuelle contre nature doit être sanctionnée, continue de constituer une référence pour pénaliser les homosexuels », déplore Layal Sakr, présidente de Seeds for Legal Initiatives. Elle a toutefois salué cinq jugements rendus entre 2009 et 2017 dans lesquels des personnes homosexuelles ont été acquittées. Et d’affirmer qu’en tant qu’avocats, « notre rôle est de défendre nos clients en nous basant sur des preuves scientifiques et médicales ». « De plus amples efforts doivent être déployés sur les plans médical et juridique pour défendre les homosexuels devant les tribunaux et mieux sensibiliser l’opinion publique aux droits des homosexuels », conclut-elle.


Pour mémoire

En 2018, des étudiants expliquent encore que l’homosexualité n’est pas une maladie

Dépénalisation de l’homosexualité au Liban : transformer l’essai

Un pas important vers la fin de l’homophobie franchi au Liban

Une soirée pour dire non à l’homophobie et la transphobie

A Beyrouth, un salon de beauté refuge pour la communauté gay

"Plus jamais seuls", une campagne "positive" pour "briser l'isolement" des LGBT au Moyen-Orient

Mashrou' Leila, porte-drapeau malgré eux des gays du monde arabe

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SAVEZ-VOUS QUE L,HOMOSEXUALITE EST UN ACCIDENT GENETIQUE DE LA NATURE NON SEULEMENT HUMAINE MAIS TOUT AUSSI ANIMALE ? OUI CHEZ TOUS LES GENRES D,ANIMAUX L,HOMOSEXUALITE EXISTE. ELLE RESULTE AUSSI D,UN ACCIDENT GENETIQUE.
L,HOMOSEXUALITE N,EST PAS UNE MALADIE, MESSIEURS, JE LE REPETE, C,EST UN ACCIDENT GENETIQUE. ET TREVE DE LE COMPARER A DES MALADIES NATURELLES.
L,HOMOSEXUALITE EST CONDAMNABLE LORSQU,ELLE NE RESULTE PAS D,UN ACCIDENT GENETIQUE MAIS EST UN CHOIX VICIEUX OU PROFESSIONNEL... LA C,EST UNE AUTRE HISTOIRE ! C,EST DE LA DEPRAVATION QU,ON PARLE ALORS !

Stes David

Je pense que l'homme philosophe déjà des milliers d'années sur le concept de "maladie". C'est quoi exactement une "maladie" ? Il y a le grecque et oriental Hippocrate qui a pensé au "serment d'Hippocrate" et qui a raisonné qu'il fallait écrire un texte abstraite "Je dirigerai le régime des malades à leur avantage, suivant mes forces et mon jugement, et je m'abstiendrai de tout mal et de toute injustice." Cela c'est donc qu'on pose l'interêt du "malade" sur le premier plan, pendant que la société en général pourrait mettre les interêts de la société d'abord, comme par exemple on détruit ou va isoler des "malades" qui souffrent une "maladie contagieuse" alors on met les interêts du malade après les interêts des autres, ce qui n'est donc pas compatible avec le serment d'Hippocrate. Surtout dans le domaine de homosexualité i y a donc un 'abus' du concept de 'maladie' pour enforcer certains normes sociales et il semble que Hippocrate il a eu la bonne idée de stresser que le soit-disant "malade" il a des droits.

Yves Prevost

" l’Association américaine de psychiatrie a annoncé que l’homosexualité n’était pas une maladie". La question n'est pas là. Changer une définition ne change pas la réalité. C'est comme appeler "mariage" l'union de deux hommes ou de deux femmes ou "tabboulé" une salade de couscous.
L'expression: "l'homosexualité est un état naturel" est ambiguë. Si l'on veut dire par là qu'elle existe dans la nature, oui, bien sûr! Mais si l'on suggère qu'elle est normale, alors, non! Absolument non!
La sexualité a pour but premier la survie de l'espèce par la reproduction, tout comme l'alimentation a pour but premier la survie de l'individu. Ce constat n'enlève rien aux autres aspects: plaisir, socialisation...
Il est bien évident donc que la relation "naturelle", au sens de "voulue par la nature", la seule qui assure la survie de l'espèce, est la relation hétérosexuelle.
Ceci dit, la surdité ou la claudication,la myopie ou l'hypermétropie, ou la simple calvitie, ne sont pas non plus des phénomènes "normaux" ou "naturels" au sens de "voulus par la nature", même s'ils sont fréquents et explicables "naturellement"

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué