Rechercher
Rechercher

Liban - Liban

Virus du sida : la Sécurité de l’État sème la panique, le ministère de la Santé tranquillise

Le VIH ne peut être transmis que par une aiguille contaminée par du sang frais directement inoculé dans le corps de l’individu. Photo Bigstock

Un communiqué publié hier par la Direction générale de la Sécurité de l’État, invitant toutes les personnes qui se sont fait tatouer dans l’un « des centres de beauté situés à la rue de Verdun et à Tallet el-Khayat où travaillait un Syrien, R.G., à se faire dépister pour le virus VIH », a semé un vent de panique dans le pays. À juste titre, puisque dans le texte, la Sécurité de l’État fait allusion à un possible risque de contamination par le VIH, d’autant que le tatoueur en question « en est porteur », ce qui constitue selon ce département « un danger pour la santé publique ». Elle signale en outre que « sur instruction du procureur près la cour d’appel à Beyrouth, Zaher Hamadé, le tatoueur a été arrêté et les centres de beauté fermés et mis sous scellés ». Une enquête est en cours.

Commentant la frayeur suscitée par ce texte, des infectiologues affirment qu’ « il n’y a pas lieu de paniquer ». Ils expliquent que « le virus ne peut être transmis que par une aiguille contaminée par du sang frais directement inoculé dans le corps de l’individu, parce que, une fois que le sang sèche, le virus meurt ».


(Pour mémoire : Le sida et la tuberculose, deux maladies liées aux problèmes de l’éducation et de la pauvreté)


Même son de cloche chez le ministère de la Santé qui, dans un communiqué, a tenu à « tirer au clair les informations fausses et incomplètes » qui circulent « sur la transmission du VIH, et ce pour éviter toute confusion ». Aussi, dans un communiqué, le ministère rappelle que le VIH se transmet « lors d’une relation sexuelle non protégée avec une personne séropositive (porteuse du VIH), par l’usage d’outils tranchants infectés par le virus, lors d’une transfusion sanguine par un sang contaminé, ainsi que de la mère à son enfant lors de la grossesse, de l’accouchement ou l’allaitement ». La prévention consiste ainsi, souligne le ministère, à utiliser un préservatif dans toutes les relations à risque, à s’assurer que les outils tranchants sont propres et stériles, à utiliser les seringues à usage unique (celles-ci doivent être ouvertes devant le client), à administrer à la femme enceinte séropositive le traitement approprié et à recourir aux méthodes sûres pour la transfusion sanguine. Le ministère insiste dans ce cadre que le sang dans toutes les banques de sang est bien contrôlé.

Par ailleurs, le ministère rappelle que le Programme national de lutte contre le sida (PNLS) a pour mission de sensibiliser à la maladie et d’assurer le traitement à toutes les personnes séropositives. « De plus, à travers ce programme, le ministère propose des tests de dépistage volontaires et anonymes, poursuit le texte. Le test est effectué aux frais du ministère et est offert à toute personne qui aurait été exposée à l’un des modes de transmission susmentionnés. » Et le ministère de la Santé d’affirmer que « les moyens de transmission du VIH sont connus et la prévention est simple : ce virus ne peut être transmis par d’autres moyens ni ne peut se propager rapidement comme d’autres maladies transmissibles », conclut le texte.

Pour plus d’informations, appeler le PNLS aux 01/566100, 01/566101. Courriel: wholeb_nap@inco.com.lb



Pour mémoire

Zoom sur la préexposition, une stratégie de prévention du VIH

Zoom sur la discrimination contre les personnes vivant avec le VIH

La séropositivité, un état chronique parfaitement gérable

Un communiqué publié hier par la Direction générale de la Sécurité de l’État, invitant toutes les personnes qui se sont fait tatouer dans l’un « des centres de beauté situés à la rue de Verdun et à Tallet el-Khayat où travaillait un Syrien, R.G., à se faire dépister pour le virus VIH », a semé un vent de panique dans le pays. À juste titre, puisque dans le texte,...
commentaires (4)

En semant la panique, la Direction générale de la Sécurité de l’État a peut-être voulu 'déconseiller' à la population une activité 'harām'... ? En tous cas, en arrêtant preventivement un séropositif, elle condamne socialement tous les malades... Heureusement que le ministère de la Santé se préoccupe davantage de prévention que de morale !

Georges Lebon

12 h 48, le 01 novembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • En semant la panique, la Direction générale de la Sécurité de l’État a peut-être voulu 'déconseiller' à la population une activité 'harām'... ? En tous cas, en arrêtant preventivement un séropositif, elle condamne socialement tous les malades... Heureusement que le ministère de la Santé se préoccupe davantage de prévention que de morale !

    Georges Lebon

    12 h 48, le 01 novembre 2018

  • Si les personnes qui désirent se faire tatouer apprennent qu'un tatouage, d'une certaine superficie, les empêcherait de donner du sang à un proche, je pense que la majorité s'abstiendraient. J'espère que l'inquiétude est au delà de la réalité, et que personne ne soit contaminé.

    Shou fi

    17 h 20, le 31 octobre 2018

  • Charming! Recourir a ce genre de service dans des officines-minutes pour devenir un phare dans son cercle d' amis , comporte un grand nombre de risques au Liban... On peut quand meme esperer que ce n' est pas parce qu'il a le Sida que le syrien en cause a été arrêté..Au Liban on ne sait jamais: délit de maladie !

    LeRougeEtLeNoir

    10 h 40, le 31 octobre 2018

  • remerciements a tous ceux qui ont sonne l'alarme & ceux qui ont fait le necessaire pour le public. MAIS UNE QUESTION SE POSE : EN QUOI ETAIT-CE L'AFFAIRE DE LA SECURITE DE L'ETAT plait il ? COMMENT SE FAIT IL QUE CE SOIT EUX A AVOIR DECOUVERT LA CHOSE ?

    Gaby SIOUFI

    09 h 51, le 31 octobre 2018

Retour en haut