X

Liban

La mésentente CPL-Hezbollah de plus en plus audible

Gouvernement

Walid Joumblatt appelle à « étudier » la proposition de Bassil, mais attend toujours « des formules sérieuses ».

Yara ABI AKL | OLJ
08/10/2018

Le cercle des opposants au Courant patriotique libre et son chef Gebran Bassil ne fait que s’élargir. Cette fois-ci, c’est chez l’allié traditionnel de ce parti, le Hezbollah, que l’on prend clairement ses distances par rapport au CPL. L’approche de M. Bassil sur la question gouvernementale y est même assimilée à « des calculs de ménagère », à même de retarder la formation du gouvernement Hariri.

Dans les milieux du parti chiite, on estime ainsi, via L’Orient-Le Jour, que les propos tenus par le leader du CPL lors de sa conférence de presse de vendredi dernier sont à même de compliquer la tâche au Premier ministre désigné, à l’heure où tout le monde fait des concessions pour permettre au cabinet de voir le jour. M. Bassil se livre à des « calculs de ménagères » et continue à manœuvrer, à l’heure où tout le monde devrait faire preuve de modestie, ajoute-t-on de même source, avant de confier que le Hezbollah pourrait se voir attribuer le ministère de la Santé. Une façon pour le parti de Hassan Nasrallah de répondre aux propos tenus jeudi dernier par Saad Hariri. Lors d’une interview accordée à la chaîne MTV, le Premier ministre n’avait pas caché ses craintes quant à un éventuel arrêt des aides internationales au ministère de la Santé, si celui-ci était accordé au Hezbollah au sein de la future équipe ministérielle. Mais en dépit de ces critiques à l’encontre de M. Bassil, le Hezbollah tient à se montrer optimiste quant à une prochaine mise sur pied du cabinet. Ses sources croient ainsi savoir que M. Hariri formera son équipe avant le 31 octobre courant, second anniversaire de l’accession de Michel Aoun à la tête de l’État. Le parti répondait ainsi aux accusations lancées contre lui et selon lesquelles il entraverait, par le biais de ses alliés, la mission de Saad Hariri.


(Lire aussi : Gouvernement : des indices positifs, mais rien de décisif encore, le décryptage de Scarlett Haddad)


Quoi qu’il en soit, rien n’est attendu dans les tout prochains jours, en raison du déplacement du chef de l’État et du ministre sortant des Affaires étrangères, qui n’est autre que M. Bassil, mercredi en Arménie, pour participer au sommet de la francophonie. À quoi s’ajoute le fait que tous les protagonistes concernés par les nœuds empêchant encore le gouvernement de voir le jour campent sur leurs positions respectives. Il s’agit, bien entendu, de la querelle opposant le chef du Parti socialiste progressiste, Walid Joumblatt, à son principal adversaire sur la scène druze, le chef du Parti démocrate libanais, Talal Arslane, le premier insistant à nommer les trois ministres druzes dans une formule de trente. Même si M. Joumblatt s’est dit, dans un entretien accordé le 20 septembre dernier au quotidien al-Akhbar, prêt à discuter de « propositions sérieuses ». Commentant la conférence de presse de M. Bassil, M. Joumblatt a d’ailleurs appelé, sur son compte Twitter, à « une étude approfondie et un minutieux examen objectif » des propositions faites par (Gebran) Bassil, « sans pour autant oublier l’importance de celle du Premier ministre désigné (la mouture qu’il avait remise à Michel Aoun le 3 septembre dernier et qui accorde au PSP trois ministres druzes), tout en prenant en considération le fait que le temps ne joue pas en notre faveur. C’est ce qui angoisse le président de la Chambre, Nabih Berry. Une angoisse que nous partageons fortement ».

On serait tenté de croire qu’en donnant du crédit aux propos de M. Bassil, qui avait notamment appelé à l’adoption de critères unifiés dans le processus de formation du gouvernement, le leader de Moukhtara se dirait prêt à faire des concessions. Mais Bilal Abdallah, député joumblattiste du Chouf, présente à L’OLJ une autre explication. « Il faut étudier (les propositions de M. Bassil) comme toutes les autres », dit-il, assurant que le tweet de M. Joumblatt ne peut être dissocié du fait qu’il a toujours plaidé pour un climat d’apaisement. Cependant, « nous attendons toujours des propositions sérieuses. En outre, les concessions que nous pourrions faire resteront dans les limites de l’intérêt du pays, c’est-à-dire dans le but de former un gouvernement de salut national », ajoute M. Abdallah.


(Lire aussi : Gouvernement : la proposition de Bassil mérite d'être étudiée, estime Joumblatt)


Le nœud chrétien
Pour ce qui est de l’obstacle chrétien, il a pris durant le week-end plus d’ampleur. Et pour cause : lors de sa conférence de presse, M. Bassil avait estimé que les Forces libanaises ont droit à trois ministres, conformément à la règle évoquée par le chef du CPL, et selon laquelle tous les cinq députés devraient être représentés par un ministre. Des propos auxquels Imad Wakim, député FL de Beyrouth, a violemment répondu lors d’une intervention radiodiffusée samedi. « Chaque jour, il (M. Bassil) nous présente de nouveaux critères pour entraver la formation du gouvernement », a-t-il lancé avant de poursuivre : « M. Bassil a anéanti l’espoir né des propos tenus par le Premier ministre. » Selon lui, le chef du CPL « veut faire les choses à sa façon ». Des propos qui reflètent, à n’en point douter, une difficulté à former le cabinet « dans dix jours », comme l’avait espéré Saad Hariri.

Les aounistes, eux, n’en demeurent pas moins optimistes. Interrogé par l’agence locale al-Markaziya, Hekmat Dib, député CPL de Baabda, a assuré que « les propos de Gebran Bassil n’ont pas de retombées négatives sur le processus gouvernemental ». « Le chef du CPL n’a fait qu’exposer le critère qui devrait être adopté pour préserver les gains stratégiques enregistrés par le sexennat, en l’occurrence le rééquilibrage du pouvoir et la redynamisation du partenariat, ainsi que la préservation de la quote-part (gouvernementale) du président de la République », a-t-il dit, estimant que « le fait de demander une représentation juste ne signifie pas intervenir dans le processus, mais accorder à chacun ses droits ». Un point de vue que ne partagent aucunement les milieux du courant du Futur où l’on estime que le chef de la diplomatie a douché l’optimisme de M. Hariri. Contacté par L’OLJ, Moustapha Allouche, membre du bureau politique de la formation haririenne, estime que « la solution commence par des concessions de la part du président de la République ».


Lire aussi
Gouvernement : retour à la case départ?

Gouvernement : Bassil durcit à nouveau le ton

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Sarkis Serge Tateossian

On continue à lire des absurdités...
Qu'il y a encore un "noeud" chretien et des querelles druzes ...

A ce rythme là ce n'est pas 10 jours qu'il faut pour la formation du gouvernement (Hariri) mais dix autres mois ...

Y a-t-il un seul dirigeant qui pense aux intérêts supérieurs du Liban ?

Irene Said

P.S.
Ne reste plus qu'à prier que les cafouillages francophones en Arménie seront moins "audibles"...!
Irène Saïd

Irene Said

Ce qui est de plus en plus "audible" chez nous, ce sont les cafouillages interminables... et enfantins de nos divers "responsables" !
Irène Saïd

AIGLEPERçANT

Des rêves en couleur ou en noir et blanc , mais tout autant cauchemardesque . Audible ??? Hahahaha....

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE GENDRE VA S,ALIENER TOUT LE MONDE. IL NE LUI RESTAIT QUE LE HEZBOLLAH QUI COOPERAIT PAR INTERETS ET NON PAR
PENCHANT...

Irene Said

Notre soi disant "chef de la diplomatie" douche chaque jour nos espoirs de vivre dignement dans un pays respecté !
Au fait, que va-t-il faire, avec son beau-papa au sommet de la francophonie en Arménie ?
Est-ce vraiment si importat d'aller y parader en ce moment si difficile pour le Liban?

Et qui paye les frais de ce déplacement ???
Irène Saïd

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A CHAQUE BRANCHE LE CAMELEON SA COULEUR !

Saliba Nouhad

Quelle spirale infernale, un dialogue de sourds, une tour de Babel, un cirque de clowns grotesques...
Amusant, l’optimisme du cadre CPL: tout simplement, Mr Bassil ne faisait qu’exposer le critère pour préserver les gains stratégiques du sexennat, soit le rééquilibrage du pouvoir et la préservation de la quote-part du Président!
Incroyable, cette arrogance, absence de tout esprit de dialogue et de compromis: on espère avoir tout le monde à l’usure, à la menace sans réaliser que le pays va vers une catastrophe garantie s’ils ne montrent aucune flexibilité et la balle est bien dans leur camp!

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

L’ennemi n° 1 (des Libanais)

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants