Bois des pins

Bois des pins : la parcelle déboisée sera (re)transformée en jardin

La nouvelle pancarte placée sur le lieu du chantier arrêté : « Construction du jardin des martyrs de la Sûreté générale ». Photo fournie par des riverains

Le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a officiellement demandé l’arrêt des travaux sur une parcelle du terrain 1925 de Mazraa à Beyrouth, qui fait partie du Bois des pins. Un entrepreneur avait déboisé cette parcelle pour le compte de la SG les 5 et 6 septembre, et les travaux d’excavation étaient en cours, mais une opposition a été manifestée par les habitants des quartiers environnants et par l’association Nahnoo. Le conseil municipal de Beyrouth avait dénoncé ce chantier entrepris sur un terrain classé non constructible du Bois des pins et annoncé que le mohafez Ziad Chbib avait demandé à l’entrepreneur d’arrêter les travaux, sans être entendu apparemment.

Dans une réponse à l’article de L’Orient-Le Jour paru jeudi, la SG s’était dit « prête à changer d’emplacement pour construire son bâtiment si le projet est contesté par les associations et par la société civile », tout en assurant que « tous les documents légaux nécessaires et toutes les démarches avaient été faits sur une base totalement légale ». Au site Lebanonfiles, une source de la SG a expliqué hier que « ce bâtiment devait remplacer celui, devenu insuffisant, du centre de Bourj Brajneh », précisant que « le général Ibrahim a donné l’ordre d’arrêter les travaux d’excavation et d’entamer les recherches pour trouver un autre terrain ».

Le mohafez de Beyrouth, Ziad Chbib, a de son côté annoncé hier que les pins arrachés de cette parcelle sont la propriété de la municipalité de Beyrouth et qu’ils y seront replantés. Il a assuré que la parcelle sera retransformée en jardin public. À ce propos, des riverains ont envoyé à L’OLJ la photo d’une nouvelle pancarte dressée sur les lieux, sur laquelle on peut lire : « Construction du jardin des martyrs de la Sûreté générale ».

Pour sa part, Gaby Fernaini, président du comité des espaces verts au conseil municipal de Beyrouth, « a félicité le général Ibrahim pour sa décision courageuse » et salué « les efforts conjoints du mohafez et du conseil municipal pour protéger le Bois des pins par une série de mesures à laquelle le général Ibrahim a répondu positivement ». « Notre prochain objectif, à mes collègues du conseil et moi-même, sera de développer cet espace vert, et notamment de reboiser la surface qui avait été déboisée en vue de la construction et qui sera rouverte au public », a-t-il ajouté.


Remettre le sable en place…
Mohammad Ayoub, président de l’association Nahnoo, s’est lui aussi félicité de la décision « courageuse » d’arrêter les travaux prise par le général Ibrahim. « Nous reconnaissons parfaitement le droit des forces de l’ordre à construire des bâtiments qui leur sont propres, mais pas au détriment des rares espaces verts qui restent à Beyrouth, il y a beaucoup d’autres lieux qui sont plus appropriés pour de telles constructions », a poursuivi M. Ayoub.

Et de conclure : « Nous demandons cependant aux autorités concernées de faire pression sur l’entrepreneur Jihad el-Arab afin qu’il replace le sable excavé sur le terrain et qu’il replante les pins qui avaient été arrachés. Le sable de Horch Beyrouth est un sol naturel ancien : les habitants de la capitale ont droit à ce qu’il reste en place. Il n’appartient à personne de se l’approprier et de l’utiliser dans des projets privés. »

S. B.


Pour mémoire
La SG se dit prête à changer d’emplacement pour construire son bâtiment

La SG enfreint la loi et construit sur une parcelle du Bois des Pins

La forêt de pins du Bois de Boulogne, au Metn, est-elle en danger ?

Un rassemblement contre « l’ablation du poumon vert » de Beyrouth

Nahnoo porte plainte contre la municipalité au sujet de l’hôpital de campagne

Une nouvelle fois, des empiétements légalisés en plein Beyrouth...



Le directeur de la Sûreté générale, le général Abbas Ibrahim, a officiellement demandé l’arrêt des travaux sur une parcelle du terrain 1925 de Mazraa à Beyrouth, qui fait partie du Bois des pins. Un entrepreneur avait déboisé cette parcelle pour le compte de la SG les 5 et 6 septembre, et les travaux d’excavation étaient en cours, mais une opposition a été manifestée par...

commentaires (6)

Petit à petit la cause de l'environnement fera son nid. C'est un long chemin et il faut continuer ainsi. Bravo.

PPZZ58

20 h 58, le 15 septembre 2018

Tous les commentaires

Commentaires (6)

  • Petit à petit la cause de l'environnement fera son nid. C'est un long chemin et il faut continuer ainsi. Bravo.

    PPZZ58

    20 h 58, le 15 septembre 2018

  • " la SG s’était dit « prête à changer d’emplacement pour construire son bâtiment si le projet est contesté par les associations et par la société civile »," ceci indique que les actions des associations et de la societe civile sont utiles! c'est une petite victoire mais cela en est une. il faut absolument continuer.

    philippe Helou

    18 h 23, le 15 septembre 2018

  • Le Domaine des Dieux! On arrache puis on reboise! Un bon pas!

    NAUFAL SORAYA

    15 h 46, le 15 septembre 2018

  • EN JARDIN OU JONCHERAIENT LES DECHETS DES VISITEURS COMME PARTOUT... NON MESSIEURS, REPLANTEZ DES PINS. IL EST TRES FACILE ET GRANDISSENT VITE SI ARROSES...

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    13 h 47, le 15 septembre 2018

  • c'est sur que quand on est en règle on arrache les arbres la nuit, c'est connu !! bon le grand patron a pris ses responsabilités, pourvu que l'on remette tout en état maintenant

    yves kerlidou

    13 h 17, le 15 septembre 2018

  • Il y a aussi le projet https://www.lorientlejour.com/article/1090869 de 'Planter 10 452 arbres dans Beyrouth' de 'Green Cedar Lebanon'. Pour l'instant ca a l'air que justement il y a moins d'arbres qu'avant ...

    Stes David

    11 h 53, le 15 septembre 2018