X

Idées

Crise des déchets au Liban : le four à ciment, une alternative à l’incinération ?

Déchets
08/09/2018

Devant l’ampleur de la crise des déchets au Liban, l’absence des cimentiers libanais du débat est particulièrement étonnante car ils pourraient en effet contribuer de manière non négligeable à réduire le volume de ces déchets. Aujourd’hui, et partout dans le monde, le four à ciment est reconnu comme une filière sûre pour utiliser la partie énergétique des déchets sous forme de combustible solide de récupération, dit RDF en anglais (Refuse Derived Fuel). Et l’équation économique est gagnante pour tout le monde : la communauté réduit durablement ses déchets, crée des emplois et en tire un revenu financier ; tandis que le cimentier réduit sa facture d’énergie et rend service à la communauté. Alors pourquoi ignorer cette équation gagnant/gagnant au Liban?


Du RDF sans cimentiers ?

À l’origine, le RDF est fabriqué à partir de papier, carton et plastique issus du tri à la source de déchets domestiques et industriels. Ces matières sont mélangées et broyées finement pour devenir un combustible utilisable. Aujourd’hui, avec le progrès technique du tri et de séchage en ligne, on peut produire du RDF à partir d’ordures ménagères. Dans ce cas le rendement est faible – environ 20 % – et la qualité est moins bonne qu’avec le tri à la source. Mais dans les deux cas, et grâce au tri, on obtient un produit proche d’un combustible et très loin d’un déchet car la teneur en polluants est fortement réduite.

Les utilisateurs de RDF sont essentiellement les industries dites énergivores (ciment, chaux, acier…), mais ce sont les cimentiers qui sont les plus grands utilisateurs de RDF dans le monde, car le four à ciment est très adapté à ce combustible. Aussi parce qu’il peut en absorber de très grandes quantités. L’utilisation des RDF est d’ailleurs devenue si stratégique que les grands groupes cimentiers ont développé leur propre chaîne d’approvisionnement.

Mais c’est quoi un four à ciment ? Pour simplifier, le ciment est fabriqué à partir d’un mélange de calcaire et d’argile. Ce mélange est d’abord broyé très finement puis chauffé dans le four jusqu’à 1 450 °C avec un brûleur dont la température de flamme est de l’ordre de 2 000 °C. Ce sont ces caractéristiques de hautes températures et de contact intime entre les gaz chauds et la matière fine qui font du four à ciment un outil très adapté au RDF.

Vu le tissu industriel libanais, on peut difficilement imaginer une filière RDF sans les cimentiers. À cet égard, le projet de centre de traitement des ordures ménagères adopté en juillet par la municipalité de Beit Méry (et gelé depuis suite aux protestations des riverains) qui produirait du RDF est pour le moins interpellant. Avec 400 tonnes par jour d’ordures ménagères (la capacité estimée du centre), on pourrait produire jusqu’à 30 000 tonnes par an de RDF. Cela peut facilement être absorbé par les cimenteries libanaises, mais encore faut-il que la qualité soit adéquate. Alors, comment ce projet peut-il aboutir sans associer les cimentiers en amont ?


(Lire aussi : Déchets : crier son refus de l’incinérateur, au plus près de la municipalité de Beyrouth)


Tri adéquat et bonnes pratiques

Les cimentiers ne sont pas des incinérateurs et la qualité du RDF cimentier doit être compatible avec la qualité du ciment et l’intégrité du procédé de fabrication. Les cimentiers sont particulièrement exigeants pour plusieurs raisons, faute de quoi l’équation économique serait perdante : la valeur calorifique doit être suffisante pour ne pas réduire l’efficacité énergétique du four ; les cendres des RDF impactent la composition chimique du clinker et donc la performance du ciment ; certains éléments comme le chlore et le soufre sont piégés dans le four : en proportion élevée, ils perturbent le procédé et nuisent à la productivité du four.

Tout comme en incinération, et même si les risques sont bien réduits en comparaison, les utilisateurs industriels de RDF sont soumis au même principe des bonnes pratiques visant notamment à assurer une utilisation saine pour l’environnement et pour la santé publique. Et le Liban peut bien s’inspirer de la réglementation européenne en la matière pour développer la filière RDF et en toute sécurité.

Car les avantages de la filière RDF cimentière sont multiples. La réduction du volume des déchets est durable, car tant qu’il y aura du ciment, il y aura des RDF, et la quantité absorbée ne peut qu’augmenter avec l’évolution du tri et du savoir-faire local. La quantité absorbée est très importante : au Liban, la capacité installée des cimenteries est de cinq millions de tonnes de ciment par an. Cela donne un potentiel RDF à terme de l’ordre de 150 000 tonnes par an. En supposant un rendement de 20 % en RDF, cela correspond à 2 200 tonnes par jour d’ordures ménagères, soit environ la production cumulée de Beyrouth et du Mont-Liban. Et sur le plan financier, la demande en investissement est plus faible que l’incinération puisque c’est une division par 2 à 3 du capital investi.

Toutefois, les RDF issus du tri des ordures ménagères ne sont pas systématiquement compatibles avec la qualité cimentière. Pour cela, il faut appliquer une technologie de tri adéquate. Aussi, il faut pouvoir compter sur une filière de tri à la source des déchets non organiques.

S’il est illusoire de penser que la filière RDF fera des miracles, elle peut réduire jusqu’à 20 % le volume des déchets. Aussi, elle a le mérite de mettre en avant leur recyclage en matière première, tout comme la nécessité d’associer les acteurs économiques à la recherche de solutions durables et à valeur ajoutée. Alors, qu’est-ce qu’on attend ?

Ziad Gabriel Habib est expert en procédés hautes températures et réduction des polluants associés, et un des représentants du secteur industriel auprès de la Commission européenne à Bruxelles.


Pour mémoire



Lire aussi

Déchets : le centre de tri de Bickfaya partage son expérience avec d’autres municipalités

Une nouvelle crise de déchets en perspective au Liban ? 



Repère

Gestion des déchets ménagers au Liban : retour sur un terrible fiasco

À la une

Retour au dossier "Idées"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

TRAD Fouad N.

Cher Ziad, excellente et inventive proposition qui devrait immanquablement être reprise dans le programme du futur gouvernement et ministre de l’industrie pour convaincre nos cimentiers de faire des économies et du bien à leurs environnements. À suivre donc dans les prochaines semaines....

TRAD Fouad N.

Bravo Ziad pour cette ingénieuse et utile idée qui incha allah va irriguer les plans du futurs gouvernement et ministres de l’energie et de l’industrie, et surtout convaincre nos cimentiers libanais de le faire pour réduire leurs frais et résoudre, en partie, la crise structurelle des déchets. À suivre donc....

Stes David

Je ne suis pas expert donc je ne peux pas vraiement juger l'article mais on ecrit ici "il faut appliquer une technologie de tri adéquate ... de tri à la source des déchets non organiques". Voila que je ne peux pas eviter l'impression qu'un autre aspect du probleme (qui a bcp d'aspects) c'est que reduire les emballages en plastic pourrait aussi aider. Sur la photo honteuse et triste on voit bcp de déchets en plastic que les touristes qui se promenent au bord de la mer ( ils boivent cannettes ou bouteilles des sodas ) jettent par terre ... c'est aussi le cas avec des sacs en plastic de noix ou pepins/graines. Heureusement qu'il y a aussi des volontaires libanais qui nettoyent les plages.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A LE LIRE ON S,EXTASE. A LE METTRE EN PRATIQUE, AU LIBAN, ON EN DOUTE !

Irene Said

Messieurs nos RESPONSABLES: PRESIDENTS, MINISTRES ET DEPUTES,

qui voyagez partout dans le monde entier pour "représenter" le Liban, comment pouvez-vous supporter ces images de nos bords de mer jonchés de déchets ?
Certains d'entre-vous passez probablement chaque jour devant la plage de Zouk Mosbeh ainsi que par l'Aéroport de Beyrouth pour voyager...et rien ne vous dérange ?
Vous vous êtes habitués à vivre entourés de déchets et des ôdeurs qui s'en dégagent ?
Nous...n'y arrivons pas !!!
Irène Saïd

P.S.
Merci Monsieur Ziad Gabriel Habib pour votre excellent article.
S'il vous plaît, pouvez vous remettre des copies à Monsieur Tarek el Khatib et autres responsables de l'environnement et de la santé publique ?
On ne sait jamais...peut'être auront-ils un réveil de leur conscience...?
Irène Saïd

Le pont

Merci Monsieur Habib d'avoir prie le temps de nous éclairer sur ce sujet. Excellent article, à bon entendeur. Cordialement,

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Au-delà du ton violent, Nasrallah et Hariri maintiennent entrouverte la porte des négociations...

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué