X

À La Une

Au poste-frontière avec la Jordanie, militaires russes et syriens exultent

Reportage

Malgré ces destructions, le régime syrien espère que la reconquête du passage frontalier de Nassib va permettre de relancer les échanges commerciaux et l'économie du pays.

OLJ/Rim Haddad/AFP
08/07/2018

A quelques pas du poste-frontière de Nassib entre la Syrie et la Jordanie, des soldats du régime syrien hilares brûlent un drapeau de la rébellion qu'ils viennent de chasser de ce passage stratégique pour le commerce moyen-oriental.
"L'Etat a mis la main sur une installation économique importante, qui relie la Syrie à d'autres pays, notamment la Jordanie et les pays du Golfe", se réjouit une source militaire syrienne.
D'autres soldats font le V de la victoire près d'un tank décoré d'un portrait du président Bachar el-Assad tandis que des agents de la police militaire russe se tiennent arme à la main, près d'un camion surmonté d'un drapeau aux couleurs de la Russie, allié indéfectible du régime syrien dans sa guerre contre les insurgés.

Après avoir déchaîné un déluge de feu sur la province méridionale de Deraa depuis le 19 juin, le régime syrien et les Russes ont fait plier les rebelles.
A l'issue d'un accord, ces derniers leur ont entre autres cédé vendredi le contrôle de ce poste-frontière stratégique avec la Jordanie dont ils s'étaient emparés il y a trois ans.
Autrefois vital pour le transit de marchandises au Moyen-Orient, Nassib, appelé Jaber du côté jordanien, porte les stigmates de la guerre qui ravage la Syrie depuis mars 2011.


(Lire aussi : Des milliers de déplacés rentrent chez eux après l'accord dans le sud de la Syrie)


Arche écroulée
Une des arches sous lesquelles passaient les véhicules est en partie écroulée, avec des blocs de béton maintenus précairement dans les airs par des barres de fer désarticulées.
Entravant le passage sur plusieurs voies, deux porte-conteneurs gisent renversés, sous une pancarte sur laquelle on peut lire "douanes" en anglais.

Malgré ces destructions, le régime syrien espère que la reconquête de ce passage frontalier va permettre de relancer les échanges commerciaux et l'économie du pays.
C'est en effet par là que transitaient les marchandises produites dans le secteur gouvernemental syrien, à destination de la Jordanie puis du Golfe.

Avant le conflit, des centaines de camions transitaient quotidiennement via la zone franche de ce poste-frontière, transportant les importations et les exportations de la Jordanie et assurant aussi la connexion entre le royaume hachémite et l'Europe, via la Turquie.
En reprenant Nassib, le régime contrôle désormais près de la moitié des 19 postes-frontières officiels avec les pays voisins: Liban, Irak, Turquie, Jordanie.

Fort du soutien militaire de ses alliés indéfectibles, Russie et Iran en tête, le régime de Damas est plus que jamais déterminé à asseoir son pouvoir sur l'ensemble de la Syrie, ravagée depuis 2011 par une guerre qui a fait plus de 350.000 morts et des millions de réfugiés et déplacés.
Multipliant les victoires face aux rebelles et aux jihadistes à travers un pays morcelé, il contrôle déjà plus de 60% du territoire.
Dans la province méridionale de Deraa, considérée comme le "berceau de la révolte syrienne" contre le pouvoir d'Assad, les bombardements meurtriers ont fini par contraindre les rebelles à accepter un accord négocié par Moscou.
Il instaure un cessez-le-feu, prévoit le désarmement des insurgés de Deraa et le retour des institutions de l'Etat dans la région.
A Nassib, un des soldats apparaît soudain, tongs aux pieds. "Ne me filmez pas, c'est la première fois que je les porte. Je n'avais pas enlevé mes bottes depuis 20 jours".


Lire aussi

Syrie : un deal Trump-Poutine sur le dos des Iraniens ?

Le Hezbollah participerait à l'offensive du régime Assad dans le Sud syrien, selon Reuters

L’offensive du régime sur Deraa se terminera-t-elle rapidement ?

La Jordanie inflexible face au flot des déplacés de Deraa

Plus d'un quart de million de Syriens ont fui l'offensive du régime dans le Sud

Israël joue la carte humanitaire à Deraa

Moment de vérité pour la stratégie israélienne dans le Sud syrien

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL FAUT SAVOIR LES CONCESSIONS ET LES GARANTIES DONNEES AUX AMERICAINS ET SURTOUT A ISRAEL POUR AVOIR PERMIS AU REGIME CETTE PERCEE SI IMPORTANTE !

Wlek Sanferlou

Mabrouk au régime syrien et son aide russe.
By the way quand est ce que vous reprenez vos citoyens réfugiés au Liban?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué