X

À La Une

Qui convoite quel ministère : le point sur la formation du gouvernement Hariri

Repère

La Constitution ne prévoit pas de délai pour la formation du cabinet, une opération complexe intégrant plusieurs paramètres.

28/05/2018

Le Premier ministre sortant Saad Hariri, chargé par le président Michel Aoun de former le gouvernement, a mené lundi des consultations parlementaires non contraignantes au siège de la Chambre au cours desquelles les représentants des différents blocs issus des dernières élections législatives ont exprimé leurs revendications concernant le nombre et les titulaires des portefeuilles ministériels qu'ils convoitent. Les principaux pôles du pouvoir ont appelé à une formation rapide d'un gouvernement élargi d'union national. La Constitution ne prévoit pas de délai pour la formation du cabinet, une opération complexe intégrant plusieurs paramètres.

Voici ce qu'il faut savoir :


Répartition communautaire

L'usage de ces dernières années veut que le gouvernement, considéré de facto comme un "mini-Parlement", compte entre 24 et 32 ministres au sein d'un cabinet d'union nationale, équitablement reparti entre chrétiens et musulmans. Ceci afin que l'ensemble des communautés soient globalement représentées proportionnellement à leurs sièges réservés au Parlement.

A titre d'exemple, le gouvernement sortant de 30 ministres comptait 15 ministres chrétiens (6 maronites, 4 grecs-orthodoxes, 3 grecs-catholiques et 2 arméniens) et 15 ministres musulmans (6 sunnites, 6 chiites et 3 druzes).


Les ministères particulièrement convoités

- Les portefeuilles régaliens
Par usage, deux chrétiens (un maronite et un grec-orthodoxe) et deux musulmans (un chiite et un sunnite) se partagent les ministères des Affaires étrangères, de la Défense, des Finances et de l'Intérieur.

Dans les 17 gouvernements formés depuis l'accord de Taëf en 1989, les titulaires chrétiens de ces portefeuilles ont été nommés par les chefs d’État et les principales formations politiques de la rue chrétienne ; les titulaires sunnites de ces ministères par les Premiers ministres, et les titulaires chiites de ces fonctions sont parrainés par le tandem Hezbollah-Amal.

Le ministère de la Justice sert de variable d'ajustement aux équilibres politiques.

- Les portefeuilles "de service"
Les négociations les plus serrées concernent les ministères chargés de la gestion des infrastructures,  savoir ceux de l'Énergie, des Télécoms et des Travaux publics ; et ceux des services publics fondamentaux, à savoir ceux des Affaires sociales, de l’Éducation et de la Santé

Les discussions autour de ces portefeuilles sont élargies à l'ensemble des formations politiques, notamment celles issues des communautés druze et arménienne.

- Autres ministères et portefeuilles d’État
Les ministères chargés des affaires économiques, à savoir ceux de l'Agriculture, l’Économie, de l'Industrie et du Travail ; ainsi que les portefeuilles de la Culture, des Déplacés, de l'Environnement, de l'Information, des Sports et du Tourisme, sont l'objet d'une répartition numérique en fonction de la part attribuée à chaque formation.

Les ministères d’État, comme ceux du Développement administratif et des Relations avec le Parlement, entrent également dans ce cadre.


(Lire aussi : Trois nœuds pour la formation du gouvernement, mais des tractations rapides, le décryptage de Scarlett HADDAD)


Les revendications des blocs


Chrétiens
- Le Courant patriotique libre (21 députés) réclame un portefeuille régalien, le ministère des Finances ou de l'Intérieur. Il a demandé que les communautés alaouite et syriaque soient représentées au sein du gouvernement. Selon des sources à L'Orient-Le Jour, le CPL réclame 6 portefeuilles et le président Michel Aoun pourrait nommer 5 ministres.

- Les Forces libanaises (15 députés) réclament une représentation "équivalente" à celle du CPL au sein du gouvernement, remettant en question la pertinence d'une part attribué au chef de l'Etat, étant donné qu'il est le fondateur du CPL.

- Le bloc des députés arméniens (3 députés) réclame deux portefeuilles pour la communauté arménienne - un arménien catholique et un arménien orthodoxe - dont un au Tachnag, au sein d'un gouvernement de 32 ministres.

- Le bloc des Kataëb (3 députés) n'a pas encore annoncé s'il participerait ou nom au gouvernement.

-  Le bloc du  PSNS (3 députés) réclame une réactivation des ministères des Municipalités, des Emigrés et de la Planification.

- Le bloc national (6 députés), comprenant les Marada, les élus de la liste de l'ancien ministre Fayçal Karamé et le député Farid Haykal el-Khazen, réclame deux portefeuilles, l'un pour un chrétien, l'autre pour un musulman. Il demande un ministère important, citant les Travaux publics, l'Energie ou les Télécoms, ainsi qu'un autre ministère.


Sunnites
- Le bloc du Futur (19 députés) n'a officiellement réclamé aucun ministère en particulier mais, selon des sources à l'OLJ, il en réclamerait 6, soit la totalité des portefeuilles réservés à la communauté dans un gouvernement élargi. Le Futur occupe 17 des 27 sièges dévolus à la communauté sunnite.

- L'ancien Premier ministre Tammam Salam, député indépendant de Beyrouth, élu sur la liste du courant du Futur, s'est prononcé en faveur de la séparation des fonctions de député et de ministre et d'une rotation des portefeuilles.

- Le bloc du Centre indépendant (4 députés), dirigé par l'ancien Premier ministre Najib Mikati, a indiqué avoir demandé un portefeuille.

- Fouad Makhzoumi, député sunnite de Beyrouth, n'a demandé aucun portefeuille.


Chiites
- Le bloc du mouvement Amal (17 députés) a réclamé un ministère régalien et l'application du principe du "4 députés, un ministère". La formation dirigée par Nabih Berry, qui a 17 députés, a exprimé à plusieurs reprises sa volonté de conserver le portefeuille des Finances.

- Le bloc du Hezbollah (13 députés) a réclamé "des portefeuilles de poids que nous considérons comme nous revenant de droit". Selon certaines sources, il réclamerait trois ministères. Jamil Sayyed, membre indépendant de ce bloc, réclame que le ministère de la Justice revienne à son "camp politique".

Le Hezbollah et le mouvement Amal ont raflé 26 des 27 sièges dévolus à la communauté chiite au sein de l'Assemblée.


Druzes
- Le bloc parlementaire de la "Rencontre démocratique" (9 députés), dont le PSP de Walid Joumblatt est la principale composante, réclame que l'ensemble des portefeuilles réservés à la communauté druze, lui revienne. Mais l'émir druze Talal Arslane, au nom du bloc "La garantie de la Montagne" (4 députés), réclame l'un de ces portefeuilles.


La déclaration ministérielle

Selon l'article 64 de la Constitution, le gouvernement doit présenter à la Chambre de députés sa déclaration ministérielle en vue d'obtenir sa confiance, dans un délai de trente jours suivant la parution du décret de formation du gouvernement, signé par le chef de l’État et le Premier ministre. Il s'agit d'un document présentant la feuille de route de politique générale que va suivre le gouvernement. Il est rédigé par une commission ministérielle nommée à cet effet. 


Lire aussi

Hariri sous pression des députés sunnites du 8 Mars

Hariri face à la guerre d’influence interchrétienne...

Parlement libanais : Le grand bond en arrière...

Le retour de figures proches de Damas au Parlement libanais, « une gifle pour le camp souverainiste » ?





À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

LA TABLE RONDE

Toutes ces petites querelles byzantines finiront par s'estomper, on verra au final que le gouvernement se fera avec des contents et des mécontents , mais une chose est certaine et sur celle là ON ne transigera, c'est l'orientation résistante du nouveau cabinet .

VOILÀ OÙ L'INTELLIGENCE SE SERA LE MIEUX EXPRIMÉE.

Sarkis Serge Tateossian

Étant donné que j'ai l'esprit ouvert, je pense que dans toutes les confessions et communautés il y a des gens dignes, capables et assez intelligents pour mériter un ministère! Là n'est pas le problème.

Pourquoi penser être meilleur que les autres ?
L'intelligence n'est pas innée chez une seule communaute, loin de là!

Il faut juste mettre en avant les meilleurs, les plus passionnés et dévoués dans l'ensemble des communautés de notre nation.

Et vive le Liban.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS CONVOITENT LES MINISTERES OU LA LATTA EST LA PLUS FACILE ET LA PLUS LARGE !

Gros Gnon

Et si pour une fois, juste pour essayer, on distribuait les portefeuilles d’après les compétences plutôt que les confessions ou les partis?...
Mais non, je rigole. N’ayez pas peur. Vous l’aurez votre part du gâteau. Tout ce qu’on vous demande c’est de nous caresser un peu avant de nous la mettre bien profond.

Sarkis Serge Tateossian

Rire c'est aussi bon signe.
Courage à tous et on verra

Sarkis Serge Tateossian

Dans tous les pays "democratiques", on se bat pour les ministères régaliens..... cela fait gagner des galons... En vue d'augmentation de grades aux prochaines elections!

Un tremplin en quelque sorte!

Mais chez nous au Liban il en est autrement, puisque les places sont distribuées selon les quotas pour chaque confession....

Alors Messieurs ?

Yalla, le mot la2ta me convient, avec un petit sourire toutefois.

Antoine Sabbagha

Les ministères ressemblent à des boutiques ou le pas de porte pour les portefeuilles régaliens sont les plus chers . Vraiment original .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TOUS SONT APRES LES MINISTERES DE LA -LATTA- ! C,EST LA OU LE COMBAT EST LE PLUS ACHARNÉ...SERVITEURS DU PEUPLE LIBANAIS OU CEUX DE LEURS POCHES ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué