X

À La Une

Accord nucléaire iranien : le Golfe s'attend à des contrecoups du retrait américain

diplomatie

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et Bahreïn ont salué la décision de Trump, tandis que le sultanat d'Oman, le Koweït et le Qatar ont réagi plus prudemment. 

OLJ/AFP
09/05/2018

L'Arabie saoudite et deux autres pays du Golfe ont très vite apporté leur soutien au retrait américain de l'accord nucléaire avec l'Iran, grand rival régional de Riyad, mais s'attendent à des contrecoups économiques et sécuritaires.

Riyad, qui n'a jamais caché ses réserves vis-à-vis de l'accord passé en 2015 entre l'Iran et six puissances mondiales, a immédiatement applaudi l'annonce faite par le président Donald Trump, son grand allié. "Le royaume soutient et salue les démarches annoncées par le président américain en vue d'un retrait de l'accord nucléaire (...) et du rétablissement des sanctions économiques contre l'Iran", a indiqué le ministère saoudien des Affaires étrangères.

Riyad a accusé Téhéran de "tirer profit des revenus générés par la levée des sanctions pour déstabiliser la région".  Son chef de la diplomatie a même adressé une sévère mise en garde :  "Si l'Iran se dote d'une capacité nucléaire, nous ferons tout notre possible pour faire de même", a prévenu Adel al-Jubeir sur la chaîne américaine CNN Adel al-Jubeir.
L'Arabie saoudite et l'Iran sont à couteaux tirés depuis des années. Les deux pays soutiennent des camps opposés en Syrie, au Liban et au Yémen.

Les Emirats arabes unis et Bahreïn ont emboîté le pas à l'Arabie saoudite en saluant la décision de M. Trump.

Parmi les autres pays arabes du Golfe, le sultanat d'Oman, qui a abrité les premiers contacts secrets ayant abouti à l'accord nucléaire de 2015, a réagi avec prudence. "L'option de la confrontation n'est dans l'intérêt de personne", a souligné le ministère des Affaires étrangères du sultanat qui a toujours entretenu de bons rapports avec l'Iran avec lequel il partage le contrôle du détroit stratégique d'Ormuz.


(Lire aussi : Abandon US de l'accord sur le nucléaire : en Iran, que disent les responsables, la presse et la rue ?)


"Course nucléaire"
Le Qatar et le Koweït ont également réagi prudemment.
"La priorité" doit être d'empêcher "une course aux armements nucléaires", a déclaré le ministère des Affaires étrangères du Qatar, pays dont le rapprochement avec l'Iran a motivé en partie une grave crise qui l'oppose depuis près d'un an avec ses voisins du Golfe.

Le Koweït a rappelé qu'il avait soutenu l'accord sur le nucléaire iranien, malgré les réserves de certains pays de la région, mais "respecte la position américaine, à partir du moment où l'objectif est d'assurer la stabilité" du Moyen-Orient.

Au lendemain de l'annonce américaine, l'Arabie saoudite a été la cible d'une nouvelle salve de missiles balistiques tirés par les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l'Iran. Deux ont été interceptés au-dessus de Riyad, selon une chaîne de télévision saoudienne. Pour le porte-parole de la coalition sous commandement saoudien qui intervient au Yémen, ces tirs sont "une nouvelle preuve" du soutien militaire iranien aux insurgés yéménites dont l'action déstabilise l'ensemble de la région.

Au plan économique, l'Arabie saoudite s'est empressée de dire qu'elle était prête à équilibrer le marché pétrolier si jamais il était affecté par le retrait américain de l'accord nucléaire avec l'Iran. "Le royaume (saoudien) travaillera avec les principaux producteurs de pétrole à l'intérieur et à l'extérieur de l'Opep, ainsi qu'avec les principaux consommateurs, pour limiter l'impact de toute pénurie d'approvisionnement", a déclaré le ministère saoudien de l'Energie.
Actuellement, les exportations pétrolières de l'Iran atteignent 2,5 millions de barils par jour (mbj), dont la majorité est destinée à l'Europe et à l'Asie. L'Arabie, qui pompe actuellement 10 mbj, a la capacité de produire quotidiennement 12 mbj.


(Lire aussi : Les Européens s'attellent à la sauvegarde de l'accord nucléaire iranien)


Bourse de Dubaï : -2% 
Mercredi, la Bourse de Dubaï a reculé de 2% de crainte de l'impact du rétablissement des sanctions contre l'Iran. La cité-Etat de Dubaï, membre de la fédération des Emirats arabes unis, est la plus exposée à toute difficulté de l'économie iranienne car elle entretient de solides liens commerciaux avec l'Iran.

La décision du président Trump est "susceptible de provoquer un nouveau ralentissement de l'économie iranienne mais, en l'état actuel des choses, l'impact économique sur le reste de la région ne devrait pas être sévère", a toutefois tempéré l'institut d'analyse Capital Economics. "La décision ne fera qu'exacerber les tensions géopolitiques au Moyen-Orient", a souligné cet institut.

En définitive, que les Iraniens choisissent ou non de reprendre l'enrichissement de l'uranium et d'accélérer un programme militaire, on aura une "course nucléaire au Moyen-Orient", estime James Dorsey, analyste à la S. Rajaratnam School of International Studies de Singapour. En mars, le prince héritier d'Arabie saoudite Mohammad ben Salmane avait averti que si Téhéran se dotait de l'arme nucléaire, son pays ferait de même.
Quoi qu'il en soit, souligne M. Dorsey, "l'Iran n'acceptera aucun compromis sur son programme de missile balistique parce qu'il est au cœur de sa politique de défense".


Lire aussi
Accord nucléaire : après le retrait américain, Téhéran face à un choix délicat

Retrait US : l’accord sur le nucléaire iranien est-il mort et enterré ?

L’Iran pourrait riposter en employant ses cartes au Moyen-Orient

Rohani s’en remet à l’Europe et aux autres signataires de l’accord sur le nucléaire

Israël et l’Arabie saoudite satisfaits de la décision de Washington sur le nucléaire iranien

   

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES IRANIENS VONT METTRE TROP D,EAU... BEAUCOUP TROP D,EAU... DANS LEURS LIMONADES NUCLEAIRE, MILITAIRE EN GENERAL ET PROVOCATRICE DANS LA REGION !

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

25 mai 2000-25 mai 2019 : ce qui reste de la fête de la Libération

Un peu plus de Médéa AZOURI

Et si on faisait tous la grève ?

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants