X

Moyen Orient et Monde

Israël doit-il avoir peur des missiles russes S-300 destinés à la Syrie ?

Conflit

Lieberman a averti que son pays réagirait à toute « implantation militaire iranienne » en Syrie.

27/04/2018

Moscou affirme n’avoir pas pris sa décision concernant la vente de missiles sol-air S-300 à Damas, mais cette seule éventualité donne des sueurs froides à Israël. Depuis plusieurs jours, des responsables russes laissent en effet entendre que la Russie pourrait effectuer une telle transaction. Le ministère russe de la Défense l’a même confirmé mercredi, selon l’agence nationale d’information RIA. « Nous devrons attendre pour voir quelles décisions spécifiques prendront les dirigeants russes et les représentants de la Syrie », a déclaré le ministre russe des Affaires étrangères Sergueï Lavrov lors d’une visite en Chine. « Il n’y a probablement aucun secret à ce sujet et tout peut être annoncé (si une décision est prise) », a ajouté le diplomate.
De tels missiles permettraient à Damas d’avoir une meilleure couverture défensive aérienne. « C’est une batterie de défense anti-aérienne tactique de courte portée. Elle organise des bulles d’interdiction pour les avions et les missiles à basse altitude sur des théâtres limités. C’est d’ailleurs pour cette raison que les S-400, encore plus performants, sont installés en Syrie par les Russes autour de leurs propres bases, c’est-à-dire à Tartous, Lattaquié et Hmeimim », avance Cyrille Bret, professeur de géopolitique à Sciences Po (Paris).


(Lire aussi : Lieberman : Israël frappera Téhéran si l'Iran attaque Tel Aviv)


Mais une meilleure couverture pour Damas signifie des complications supplémentaires pour Israël. Depuis le début du conflit qui fait rage depuis sept ans, le gouvernement syrien est aidé par ses alliés, russes et iraniens notamment. Or, la présence iranienne en Syrie fait enrager Israël, qui a ces dernières années lancé plusieurs dizaines de frappes aériennes visant des positions de Téhéran en Syrie, ou des positions du Hezbollah, soutenu par la République islamique. Ces derniers mois, la tension est montée d’un cran entre la Syrie et ses alliés d’un côté, et l’État hébreu de l’autre. Damas a déjà montré en février que la Syrie a les moyens de se défendre et de compliquer les opérations israéliennes dans son espace aérien. Après avoir abattu un drone iranien qui survolait Israël, un chasseur israélien F-16 a été abattu par des missiles anti-aériens syriens et s’est écrasé en territoire israélien. Une première depuis 1982. Les deux pilotes se sont éjectés mais le choc n’en a pas été moindre pour Israël, qui n’avait pas perdu de chasseur depuis plus de trois décennies. Hier encore, le ministre israélien de la Défense Avigdor Lieberman a averti que son pays réagirait à toute « implantation militaire iranienne » en Syrie. « Nous n’intervenons pas dans la guerre (en Syrie), nous n’y combattons pas, mais l’Iran tente d’y établir des bases pour nous attaquer à l’aide d’armes sophistiquées », a indiqué M. Lieberman, avant d’ajouter que « s’ils (les Iraniens) attaquent Tel-Aviv, nous frapperons Téhéran ».

Des batteries S-300 seraient donc un atout supplémentaire pour Damas. « Mais face aux missiles hypervéloces israéliens, ces batteries n’ont sans doute pas un niveau d’interception très élevé », tempère M. Bret, pour lequel les S-300 posent surtout problème « sur le plan symbolique et tactique ». Les relations qui unissent la Russie à Israël vont-elles pour autant s’en ressentir? Après tout, l’initiative russe peut être interprétée par l’État hébreu comme une prise de position nettement en faveur de Damas et Téhéran. Le timing russe peut être une indication de ce choix, alors que l’échéance du 12 mai pour connaître le sort de l’accord sur le nucléaire iranien se rapproche à grands pas, et que l’administration de Donald Trump, principal allié d’Israël, ne fait pas mine de changer d’avis sur l’accord et menace de s’en retirer.

Une détérioration des relations russo-israéliennes est donc à prévoir, sans pour autant mener à une rupture totale des liens. Des relations poussées unissent les deux gouvernements. « Plus d’un cinquième de la population israélienne est d’origine russe ou est issue d’anciennes républiques d’URSS, et les échanges économiques sont importants », souligne Cyrille Bret. Et d’ajouter : « Je pense d’ailleurs que c’est pour cette raison que les S-300 ont été choisis pour être donnés à Damas, et non les S-400, qui sont un bien meilleur modèle que les Russes se réservent. » De cette façon, Moscou fait plaisir à Damas et lui offre une protection supplémentaire. Mais semble également vouloir faire comprendre à Israël que cette protection reste limitée et ne représentera pas un danger particulièrement grave ou réel pour sa sécurité. Comme pour lui laisser une marge de manœuvre en Syrie, plus restreinte certes, mais néanmoins présente.


Lire aussi
Syrie: Israël ripostera en cas d'utilisation de batteries de fabrication russe, affirme Lieberman

Israël continuera à "agir" contre l'Iran en Syrie

Un ministre israélien profère des menaces de mort contre Bachar el-Assad

L'attaque israélienne contre la base syrienne T4 visait aussi un système de défense anti-aérien iranien, selon le WSJ

Israël à l'origine de la frappe du 9 avril en Syrie, qui visait des Iraniens, révèle le NYT

Israël / Iran : une stratégie de « grignotage » dangereuse

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

qu'est ce que je disais ... israel compte dans sa population enormement si ce n'est pas une majorite de peuple de l'Europe de l'est et de la russie ..

la russie ne viendra jamais contre israel .. ni contre les usa

les S300 seront vendu ou ne seront pas ... mais meme s'il l'etait alors la russie vas donner en douce a israel de quoi les suplanter

faut compendre une chose surtout les moumana3iste que les grandes puissance d'entendent entre elles et ne se feront jamais la guerre pour un des pays de soutien comme la syrie ou l'iran

George Khoury

pas plus dangereux qu'un suppositoire

Alexandre Hage

Israel a toujours eu les armes dernier crie pour combler le manque d'hommes les vrais. Elle a toujours eu peur du moindre pétard dépassé vendu aux arabes. Elle a toujours apposé un veto contre la livraison des armes sophistiquées à l'armée libanaise. Et tout ça pourquoi ? Juste pour avoir le courage de nous bombarder et prétendre gagner. Devinez ce qui pourrait arriver dans le cas contraire !

HIJAZI ABDULRAHIM

Israél a la bombe A, les avions les plus puissants, se permet de bombarder qui il veut quand il veut. La Syrie n'a même pas le droit de se défendre. le monde entier refuse de lui vendre de quoi se défendre... C'est dire que les arabes sont une quantité négligeable sur la scène mondiale.. et qu'on me parle pas de démocratie.. c'est l'exemple type que c'est la loi de la jungle qui prime.... Vive la résistance

LA TABLE RONDE

Si un S200 a changé la donne dans le ciel syrien, comment alors un S300.

l'usurpation sera étranglé de plus en plus.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LES S300 UNE ARME AUX PERFORMANCES LIMITEES QUI NE CHANGE PAS GRAND CHOSE SUR LE TERRAIN !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué