X

À La Une

L'attaque israélienne contre la base syrienne T4 visait aussi un système de défense anti-aérien iranien, selon le WSJ

Dans la presse

Ces dernières semaines, différents médias distillent des informations sur l’ampleur supposée de l'arsenal iranien en Syrie.

OLJ
18/04/2018

Depuis plusieurs jours, des informations sont distillées dans différents médias concernant l'étendue de l'implantation militaire iranienne en Syrie, dans un contexte de tensions grandissantes entre Téhéran et Israël, marqué notamment par le bombardement, le 9 avril dernier, de la base syrienne T4 dans la province de Homs. Une opération qui avait coûté la vie à au moins 14 combattants pro-régime, dont sept Iraniens.

Mardi, le Wall Street Journal a apporté des détails quant au matériel militaire iranien présent sur la base T4. Selon le quotidien américain, les raids contre la base syrienne avaient pour objectif de détruire, outre un système de lancement de drones iraniens, un système de défense anti-aérien iranien Tor, qui aurait été nouvellement installé sur le site, après avoir été envoyé de Téhéran. La destruction de ce système visait à empêcher les forces iraniennes d'utiliser ce système contre l'aviation israélienne. Citant des sources des services de renseignement américain, le WSJ précise que cette frappe a été lancée "avec l'accord tacite de l'administration américaine". 



Ces sources confirment également la responsabilité israélienne de l'attaque, quelques jours après un article de l'éditorialiste du New York Times Thomas Friedman qui avait indiqué qu'avec l'attaque contre la base T4, Israël attaquait pour "la première fois" directement des cibles iraniennes, "à la fois des installations et des individus", en Syrie. Selon l'agence de presse iranienne Tasnim, sept militaires iraniens avaient été tués dans cette attaque. Dans son article, M. Friedman avait précisé que ces Iraniens appartenaient à la Force Qods, force spéciale du Corps des Gardiens de la Révolution islamique (GRI, pasdarans) chargée de superviser les opérations menées à l'étranger. 

Thomas Friedman qualifiait cette opération de "première manche" d'un conflit de grande envergure en préparation en Syrie, entre Téhéran et Tel Aviv, qui veut empêcher l'Iran de transformer le territoire syrien en "base aérienne avancée" d'où partiraient des avions et missiles iraniens. Pour lui, la première étape du conflit avait eu lieu le 10 février dernier, lorsqu'un drone piloté à distance par des Iraniens basés en Syrie avait décollé de la base T4 et pénétré dans l'espace aérien israélienne, où il avait été abattu. Israël avait affirmé que ce drone était chargé d'explosifs.


(Lire aussi : Israël continuera à "agir" contre l'Iran en Syrie)


Arsenal aérien 
D'après plusieurs médias israéliens, cités par Reuters, le système de défense anti-aérien visé sur la base T4 ferait partie d'un vaste arsenal aérien déployé en Syrie par la République islamique. L'agence de presse fait notamment mention "d'avions civils utilisés pour des transferts d'armement", d'avions cargo et d'un déploiement de batteries de missiles. 

Selon le WSJ, cette force aérienne iranienne est répartie sur cinq grandes bases installées par Téhéran sur le territoire syrien : à Alep, grande ville du nord syrien reprise par le régime en décembre 2016; à Deir ez-Zor, dont les combattants prorégime contrôlent la moitié ouest et quelques secteurs à l'est du fleuve; sur la base de Sayqal à l'est de Damas; sur la base T4; et au niveau de l'aéroport de Damas, qui sert de base à la Force Qods et où ont été creusés des tunnels de stockage pour les armes. Chacune de ces bases est ravitaillée en armes, missiles et drones à destination du Hezbollah et des forces iraniennes, note le quotidien américain. L'Iran serait également responsable de l'envoi d'armements vers la base de Hmeimim, dans le nord-ouest de la Syrie, où sont déployées la majorité des forces russes, qui soutiennent le régime de Bachar el-Assad, rapporte le WSJ, à partir d'informations confiées par des responsables du renseignement américain.  

L'Iran a nié chercher à établir des bases en Syrie, mais affirmé qu'il continuerait à y assurer une présence militaire afin de défendre le régime. Du côté israélien, un membre des services de sécurité cité par Reuters a indiqué que l'armée israélienne considère que le déploiement de cette force aérienne iranienne est "l'entité qui tentera d'attaquer Israël en représailles aux frappes contre la base T4". Un expert militaire israélien a, lui, souligné que les autorités de l'Etat hébreu "s'attendent à des tirs de missiles iraniens ou à un raid de drones", affirmant que les bases iraniennes en Syrie seront "sévèrement pilonnées" si l'Iran cherche à attaquer Israël. 


Lire aussi
Israël à l'origine de la frappe du 9 avril en Syrie, qui visait des Iraniens, révèle le NYT

Frappes en Syrie : un coup d’épée dans l’eau ?  

Frappes occidentales en Syrie : le conflit généralisé évité 


Pour mémoire
Israël / Iran : une stratégie de « grignotage » dangereuse

Attaques israéliennes en Syrie : le Liban va protester à l'ONU contre les violations de son espace aérien    

Raid israélien en Syrie : un tournant dans les relations avec la Russie ?

Israël ne permettra pas un "ancrage" militaire de l'Iran en Syrie, prévient Netanyahu   

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

RE-MARK-ABLE

Il y aura riposte de l'Iran NPR que cela plaise à israel ou pas . Que cela plaise à ses sbires americains ou pas .

L'Iran npr est officiellement la bienvenue en Syrie du héros qui l'a invité avec la Russie.
Tous les autres sont des ILLÉGAUX.

Et si on considère que l'Iran NPR est sous embargo depuis 40 ans et encerclé depuis ce temps , OÙ est le problème si israel est encerclée à son tour ? ?????????
ON en a rien à cirer la cabane.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Nous, sales Arabes...

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le Hezbollah entame « la quatrième phase » de son parcours

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué