X

À La Une

Attaques israéliennes en Syrie : le Liban va protester à l'ONU contre les violations de son espace aérien

Conflit

Des fragments de missiles s'abattent à Marjeyoun et Riyak.

OLJ
10/02/2018

Le Liban a dénoncé samedi les frappes israéliennes en Syrie voisine et va adresser une lettre au Conseil de sécurité de l'ONU pour protester contre "l'utilisation par Israël de l'espace aérien libanais pour mener ses attaques contre la Syrie", selon un communiqué des Affaires étrangères.

"Le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, a donné ses directives à la mission libanaise permanente à l'ONU afin de déposer une plainte auprès du Conseil de sécurité, condamnant Israël et mettant en garde contre la violation de l'espace aérien libanais dans le but de commettre des attaques en Syrie", peut-on lire dans le communiqué du ministère des A.E.

"La politique belliqueuse israélienne menace la stabilité de la région. C'est pour cela que le Liban demande aux Etats concernés de juguler l'action d'Israël afin qu'il cesse ses agressions", conclut le communiqué.

L'Etat hébreu a frappé samedi des cibles militaires syriennes mais aussi "iraniennes" et a perdu un de ses appareils au cours de l'opération, la plus grave du genre impliquant les trois pays depuis des années. C'est la première fois que l'armée israélienne dit ouvertement avoir pris pour cible des "cibles iraniennes" en Syrie depuis le début en 2011 de la guerre chez le voisin syrien, où l'Iran aide militairement le régime de Bachar el-Assad.

Réagissant à ces développements, le président libanais Michel Aoun s'est concerté avec le Premier ministre Saad Hariri et le chef du Législatif Nabih Berry, a annoncé la présidence. 

"Le president Aoun suit depuis l'aube les derniers développements en Syrie après les attaques israéliennes, indique un communiqué de la présidence. Il a reçu plusieurs rapports militaires et sécuritaires concernant ces attaques (...) et a été contacté par le ministre de la Défense Yaacoub Sarraf et le commandant en chef de l'armée libanaise, Joseph Aoun".

Le ministre de la Défense a également effectué des contacts en série avec des responsables militaires et sécuritaires libanais. Il s'est en outre entretenu au téléphone avec le chef de la Force intérimaire des Nations unies au Liban (Finul), le général Michael Beary. Il lui a exprimé "le refus du Liban des attaques israéliennes et a condamné les attaques aériennes fictives effectuées par l'aviation israélienne au-dessus du Liban aujourd'hui".

Le Hezbollah a pour sa part publié un communiqué dans lequel il condamne les attaques israéliennes en Syrie. "Le Hezbollah condamne avec force l'agression israélienne persistante contre la République arabe syrienne et le ciblage répété des infrastructures militaires et civiles du pays", peut-on lire dans le communiqué du parti chiite. "Le Hezbollah salue le niveau d'alerte de l'armée arabe syrienne qui a fait face à l'aviation israélienne et a réussi à abattre un avion de combat israélien de type F-16, annonçant ainsi une nouvelle étape stratégique qui met fin aux violations de l'espace et du territoire syriens, poursuit le communiqué. Les développements d'aujourd'hui signifient la fin des anciennes équations (...)", conclut le Hezbollah.


Fragments de missiles

Selon le communiqué de la présidence de la République, des débris provoqués par les attaques se sont abattus au Liban, dans la Békaa.  L'armée libanaise a également confirmé cette information, faisant état de fragments de missiles, l'un s'étant abattu à Marjeyoun et l'autre à Riyak, dans la Békaa. La troupe a souligné ne pas connaître la provenance de ces roquettes.  Sur ses réseaux, le Hezbollah a pour sa part affirmé qu'un fragment d'une roquette antiaérienne en provenance de Syrie s'est abattu dans le village de Kawkaba, à Marjeyoun. 

Des convois de partisans du Hezbollah ont en outre circulé à la frontière sud avec Israël afin de célébrer la chute de l'avion israélien.


Photo AFP / Ali DIA


A plusieurs reprises, les Israéliens ont fait savoir qu'ils voulaient empêcher que le territoire syrien ne soit utilisé par l'Iran pour y installer des bases ou transférer des armements au Hezbollah. Depuis 2013, ils ont effectué une série de frappes contre des objectifs en Syrie, utilisant à plusieurs reprises l'espace aérien libanais.


Lire aussi

L'Iran accuse Israël de "mensonges", défend la riposte syrienne

Des missiles israéliens tirés sur un objectif près de Damas depuis l'espace aérien libanais


Pour mémoire

Mission politique ou de médiation entre le Liban et Israël? David Satterfield à Beyrouth

La rencontre de Baabda : pour faire face à Israël... et rendormir les vieux démons de la guerre civile

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

AIGLEPERçANT

Protester sans avoir les moyens de SA POLITIQUE ne servira jamais à rien .

L'heure est proche où l'impunité des usurpateurs prendra fin .
Ces attaques ne sont faites que pour la consommation interieure , avant la grosse débandade.
Comme en 2000 et 2006 .

WAIT AND SEE.

Antoine Sabbagha

Il faudra en effet condamner les attaques israéliennes passant du Liban en Syrie pour éviter le pire .

Sarkis Serge Tateossian

Bien sur le Liban est dans son droit et il est de son devoir de protester et demander des comptes auprès des instances habilitées.

Le problème c'est que chacun va avancer des arguments légitimant sa thèse...

Bery tus

JUSTe pour dire que le Liban a des voisins qui ne le respecte pas du tout que cela soit la syrie ou Israël c’sst Du pareil au même

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

L,ESPACE AERIEN LIBANAIS : UNE VEUVE QUI NE FINIT POINT D,ETRE VIOLÉE...

Wlek Sanferlou

Le Liban devrait lâcher les amarres et quitter ce voisinage toxique... Hélas...

Yves Prevost

Le Liban a parfaitement raison de protester contre l'utilisation par Israël de son espace aérien.
Toutefois, il ne faut pas oublier de protester aussi contre l'envoi par la Syrie de missiles au-dessus de l'espace aérien libanais.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le travail des Palestiniens, un dossier délicat et un timing sensible

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants