Rechercher
Rechercher

À La Une - Liban

Aoun : Les relations avec l'Arabie saoudite redeviennent normales

Le chef de l'Etat qualifie "d'incident" la crise déclenchée en novembre 2017 lorsque Saad Hariri avait annoncé sa démission depuis Riyad.

Le président libanais Michel Aoun s'est félicité dimanche du "rapprochement" entre son pays et l'Arabie saoudite, qui a renouvelé vendredi une ligne de crédit d'un milliard de dollars au Liban, cinq mois après la crise autour du Premier ministre Saad Hariri. Photo Dalati et Nohra.

Le président libanais Michel Aoun s'est félicité dimanche du "rapprochement" entre son pays et l'Arabie saoudite, qui a renouvelé vendredi une ligne de crédit d'un milliard de dollars au Liban, cinq mois après la crise autour du Premier ministre Saad Hariri.

"Bien sûr c'est un rapprochement, d'ailleurs l'Arabie saoudite est un pays ami", a-t-il déclaré sur la chaîne francophone TV5Monde.

"Les relations avec l'Arabie saoudite redeviennent normales", a-t-il ajouté, deux jours après une conférence internationale d'aide à l'économie libanaise qui s'est traduite par des promesses de dons et prêts de plus de 11 milliards de dollars, dont le renouvellement d'une ligne de crédit saoudienne d'un milliard de dollars, non utilisée dans le passé.

Michel Aoun a qualifié "d'incident" la crise déclenchée en novembre 2017 lorsque le Premier ministre libanais Saad Hariri avait annoncé sa démission depuis Riyad.

L'Arabie saoudite avait alors été accusée de le retenir contre son gré. La France était intervenue pour trouver une porte de sortie. Saad Hariri était rentré dans son pays trois semaines plus tard et avait ensuite annoncé qu'il revenait sur sa décision.

"C'était un incident", a estimé le président libanais, évoquant "quelqu'un qui a mal conseillé le prince" héritier Mohammad ben Salmane et qui serait désormais "écarté". "C'est du passé", a-t-il conclu. 

Fin février, Saad Hariri est retourné pour la première fois depuis sa démission en Arabie saoudite où il a été reçu par le roi Salmane.

A l'époque de la crise, des analystes avaient expliqué que le royaume saoudien sunnite avait forcé son protégé Saad Hariri à démissionner dans une tentative d'endiguer l'influence de l'Iran chiite au Liban, via le puissant mouvement armé du Hezbollah, poids lourd de la politique libanaise.

Des élections législatives, lesquelles sont souvent influencées par le jeu des puissances régionales, sont prévues le 6 mai au Liban. Ces élections sont les premières depuis 2009.

L'affaire Hariri aura "certainement" un impact sur le scrutin, a jugé le chef de l'Etat. "Cela va développer chez les Libanais un sentiment très fort d'indépendance et de ne pas accepter les ingérences extérieures dans nos affaires", a-t-il estimé.


Lire aussi

CEDRE : la BDL participera à la réduction du coût de la dette, confirme Riad Salamé 

CEDRE : ce qu'en dit la presse libanaise et régionale

CEDRE : plus de 11 milliards de dollars pour "préserver le trésor qu'est le Liban dans la région"

CEDRE : Aide au Liban ou coup de pouce à une classe corrompue ?

Tout ce qu’il faut savoir sur CEDRE

CEDRE : la balle est dans le camp libanais

Lettre ouverte à l’État français et aux organisateurs de CEDRE

Un enregistrement sur le Liban et CEDRE fait le buzz, le FMI répond


Repère

Conférence CEDRE : les prêts et les dons obtenus par le Liban

Le président libanais Michel Aoun s'est félicité dimanche du "rapprochement" entre son pays et l'Arabie saoudite, qui a renouvelé vendredi une ligne de crédit d'un milliard de dollars au Liban, cinq mois après la crise autour du Premier ministre Saad Hariri."Bien sûr c'est un rapprochement, d'ailleurs l'Arabie saoudite est un pays ami", a-t-il déclaré sur la chaîne francophone...
commentaires (4)

"...cela va développer chez les Libanais un sentiment très for d'indépendance et de ne pas accepter les ingérences extérieures dans nos affaires..." Monsieur Michel Aoun se rend-t-il bien compte de ce qu'il dit...? En tous cas les journalistes de TV5Monde ont du bien s'amuser... Irène Saïd

Irene Said

21 h 14, le 09 avril 2018

Tous les commentaires

Commentaires (4)

  • "...cela va développer chez les Libanais un sentiment très for d'indépendance et de ne pas accepter les ingérences extérieures dans nos affaires..." Monsieur Michel Aoun se rend-t-il bien compte de ce qu'il dit...? En tous cas les journalistes de TV5Monde ont du bien s'amuser... Irène Saïd

    Irene Said

    21 h 14, le 09 avril 2018

  • AVEC LA DISTANCIATION ET L,ARRET DES PAROLES VIDES DE CERTAINS LES CHOSES SONT REDEVENUES NORMALES !

    LA LIBRE EXPRESSION NE COMMENTE PAS.ELLE CONSEILLE

    13 h 36, le 09 avril 2018

  • Faut reconnaitre que l'Arabie bensaoud a mis bcp d'eau dans son ...... lait de chamelle ......

    FRIK-A-FRAK

    12 h 57, le 09 avril 2018

  • QUESTION A L'OLJ : POURQUOI NE PAS AVOIR PUBLIE I - N EXTENSO - LE CONTENU DE TOUTE L'ENTREVUE ?

    Gaby SIOUFI

    10 h 55, le 09 avril 2018

Retour en haut