X

Économie

« Forbes » : 8 Libanais parmi les 30 Arabes de moins de 30 ans les plus influents

Classement
OLJ
06/03/2018

Publié début mars, le classement Forbes 2018 des 30 personnalités arabes les plus influentes de moins de 30 ans comprend 8 Libanais, qui ont percé dans les nouvelles technologies, la finance, la mode, la santé ou les médias. L’Égypte domine le classement, suivi par le pays du Cèdre et les Émirats arabes unis, tandis que la première place revient à un artiste marocain de 29 ans, Karim Adduchi. 

Numéro 7, Nicolas Zaatar, 24 ans, est le premier Libanais sur la liste. Sa start-up, Next Automated Robots (NAR), qui a développé un drone capable de détecter des désastres environnementaux, comme les fuites de pétrole et les feux de forêt, a déjà été primée au Liban. En 2016, NAR a été l’une des deux start-up sélectionnées par l’accélérateur Speed pour participer à un autre accélérateur dans la Silicon Valley, Black Box. Selon Forbes, Nicolas Zaatar, qui a étudié à l’Université libano-américaine (LAU), a levé des fonds chez Leap Ventures.


(Pour mémoire : Environnement des affaires : le Liban au 98e rang, selon « Forbes »)


Le jeune ingénieur est suivi par Hussein Bazaza (10e place), créateur de 27 ans qui a collaboré avec les stylistes Rabih Kayrouz et Élie Saab, avant de lancer sa propre ligne en 2012. Il est suivi par Mark Chehwane et Jad Sayegh (11es), 26 ans chacun, qui ont développé un robot capable de donner du conseil financier personnalisé à Dubaï.

Basé à Beyrouth, Jawad Farès (15e), 26 ans également, a travaillé sur la classification des blessures causées par les bombes à fragmentation afin d’affiner leur traitement. À Dubaï, Ray Dargham (21e), 27 ans, a cofondé le groupe STEP en 2012, à l’origine des sites d’information en ligne StepFeed et YallaFeed. Selon Forbes, Ray Dargham a levé 2,5 millions de dollars chez plusieurs investisseurs, dont North Base Media, basé à Londres. 


(Pour mémoire : Neuf Libanais dans le « Top 100 des start-up du monde arabe »)


Vient ensuite la Libanaise Ève Tamraz Najjar, 28 ans (26e), qui s’est établie à Londres pour créer Sensio AIR, un capteur électronique de pollution en temps réel. Avec son époux Cyril Najjar, elle a été primée en janvier au Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas, aux États-Unis, pour la start-up qu’ils ont cofondée, White Lab, au sein de laquelle Sensio AIR a été développé. 

Enfin, Élissa Freiha, 27 ans, originaire du Liban, mais aussi des Émirats et des États-Unis, clôture le classement. D’après Forbes, elle a lancé un groupe d’investisseurs féminin à Dubaï en 2014, Womenia, qui a financé plus de 8 start-up, dont Bayzat, Souqalmal.com et OfficeRock.



Pour mémoire

Douze Libanaises dans le top 100 des femmes d’affaires arabes en 2017

Saad Hariri absent du classement « Forbes » des milliardaires mondiaux

Onze Libanaises dans le top 100 des femmes d’affaires arabes de 2016

À la une

Retour à la page "Économie"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Yves Prevost

Huit libanais parmi trente arabes? Auraient-ils donc tous une double nationalité?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

NOUS AVONS DES CERVEAUX PRISES PARMI LE PEUPLE LIBANAIS ET DES ABRUTIS POUR NOUS GOUVERNER !

Sarkis Serge Tateossian

Félicitations a toutes et à tous. Bonne continuation pour un avenir radieux

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Gouvernement : on tourne en rond !

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué