X

À La Une

Sous le feu des critiques, Riyad annonce une aide humanitaire au Yémen

Humanitaire Le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a rendu les rebelles responsables de la guerre et de ses conséquences.


OLJ/AFP
22/01/2018

L'Arabie saoudite, critiquée pour son intervention militaire au Yémen, a annoncé lundi une "nouvelle aide humanitaire" de 1,5 milliard de dollars et une opération pour augmenter la capacité des ports du pays en guerre afin de faciliter les secours.

Dans un communiqué, la coalition sous commandement saoudien a également annoncé un pont aérien entre Riyad et la province de Marib, dans le centre du Yémen, avec des vols quotidiens d'avions C130 qui transporteront de l'aide humanitaire. Dix-sept corridors seront établis depuis "six points d'entrée" pour assurer "en toute sécurité" le transport de l'aide "vers des ONG opérant au Yémen", a ajouté le texte. La coalition a précisé que le financement de 1,5 milliard de dollars servira à la distribution de secours "via des agences de l'ONU et des organisations internationales".

Dimanche, dans la capitale yéménite Sanaa, l'ONU et ses partenaires humanitaires avaient lancé un appel de fonds d'un montant de 2,96 milliards de dollars pour apporter une aide d'urgence à 11,3 millions de personnes en 2018.

Lundi, la coalition sous commandement saoudien a promis que ses efforts pour "ouvrir des voies terrestres, maritimes et aériennes" aboutiraient cette année à l'importation de 1,4 million de tonnes métriques par mois, contre 1,1 million de tonnes métriques par mois en 2017.

L'augmentation de la capacité des ports pour "les importations humanitaires et commerciales" coûtera 40 millions de dollars, et 30 millions de dollars seront dépensés pour réduire le coût du transport terrestre par une amélioration des routes, indique encore le texte.

"A disposition"
La coalition a rappelé que le 17 janvier, l'Arabie saoudite avait transféré deux milliards de dollars à la Banque centrale du Yémen, opérant depuis Aden (sud) où le gouvernement qu'elle soutient s'est établi en 2015 après avoir été chassé de Sanaa par les rebelles houthis soutenus par l'Iran.

Le Yémen, pays le plus pauvre du Moyen-Orient, est le théâtre d'un conflit qui a fait plus de 9.200 morts et près de 53.000 blessés. L'ONU parle de "la pire crise humanitaire du monde" et évoque régulièrement des risques de famine à grande échelle.

En mars 2015, l'Arabie saoudite est intervenue à la tête d'une coalition militaire d'une dizaine de pays arabo-musulmans pour appuyer le gouvernement yéménite, mais les forces loyalistes peinent à reconquérir le terrain perdu au profit des rebelles.

Depuis son intervention, Riyad a été régulièrement critiquée pour des raids aériens dont ont été victimes des milliers de civils et pour le blocus qu'elle a imposé autour du Yémen en accusant l'Iran, son grand rival régional, de transférer clandestinement des armes aux houthis.
Le colonel Turki Al-Maliki, porte-parole de la coalition, a affirmé lundi que celle-ci "place ses ressources militaires à la disposition" des opérations humanitaires annoncées plus tôt dans la journée.

"Destruction du Yémen"
Plus tard, au terme d'une conférence à Riyad réunissant les chefs de la diplomatie des pays de la coalition, le ministre saoudien des Affaires étrangères Adel al-Jubeir a rendu les rebelles responsables de la guerre et de ses conséquences. "Les miliciens houthis sont responsables de la destruction du Yémen", a-t-il dit lors d'une conférence de presse, ajoutant que les missiles tirés par les houthis étaient "fabriqués en Iran".

Le colonel Maliki a renchéri: "L'Iran n'est pas une partie du problème. L'Iran est le problème".
Alors que la coalition avait renforcé son blocus autour du Yémen après le tir d'un missile balistique rebelle sur Riyad en novembre (il avait par la suite été allégé), le colonel Maliki a déclaré que le grand port de Hodeida resterait ouvert pendant un mois supplémentaire. Ce port, situé sur la côte occidentale du Yémen, sur la mer Rouge, est aux mains des rebelles. Les navires de la coalition contrôlent les entrées vers Hodeida. D'autres ports sont aux mains du gouvernement et de la coalition.

A la même conférence de presse, un responsable saoudien, Abdallah Rabiah, a précisé que sur le montant de 1,5 milliard de dollars d'aide humanitaire annoncé lundi, un milliard serait fourni par Ryad et le reste par d'autres membres de la coalition.



Lire aussi

« Face à l’hégémonie flagrante de l’Iran, les Émirats arabes unis ne peuvent plus rester passifs »

Yémen : premier budget officiel après une aide saoudienne

L’Arabie saoudite affirme avoir détruit un missile tiré par les rebelles yéménites

L’Arabie saoudite vient à la rescousse d’un gouvernement yéménite en faillite

Au Yémen, le cap du million de cas de choléra atteint

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le sort des consultations parlementaires tributaire de Hariri... et de la rue

Les + de l'OLJ

1/1

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Le magazine économique du groupe

Éditorial

Pour une révolution économique

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'OLJ vous offre 5 articles

"La révolution en marche". Rejoignez maintenant la communauté des abonnés en vous abonnant dès 1$

Je poursuis la lecture

4

articles restants