X

À La Une

Au Yémen, le cap du million de cas de choléra atteint

conflit

Le chef de la propagande d'el-Qaëda dans la péninsule arabique (Aqpa), le Saoudien Abou Hajer al-Mekki, et cinq autres membres du réseau jihadiste, ont péri mercredi soir dans des attaques de drone américaines.

OLJ/AFP
21/12/2017

Les cas de choléra suspectés au Yémen se chiffrent désormais à un million, a annoncé jeudi le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) tandis que la coalition menée par l'Arabie saoudite continuait à frapper les rebelles houthis dans ce pays en guerre.
"Les cas de choléra suspectés ont atteint la barre du million, ce qui amplifie les souffrances du pays pris dans une guerre brutale", a indiqué le CICR dans un tweet.

Ce chiffre avait déjà été avancé par des ONG travaillant au Yémen qui ont regretté mardi, dans des entretiens avec l'AFP à Paris, le fait que le conflit reste largement oublié.
Entre le 27 avril et le 8 novembre 2017, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a enregistré 913.741 cas suspects de choléra et 2.196 décès liés à cette maladie.

L'Arabie saoudite dirige depuis mars 2015 une coalition militaire qui intervient, notamment par les airs, contre les rebelles houthis. Ceux-ci occupent de larges pans du pays --dont la capitale Sanaa-- depuis qu'ils en ont chassé les forces progouvernementales. Elle impose un blocus au pays et n'autorise que les cargaisons humanitaires et commerciales après inspection, ce suscitant des critiques d'ONG et d'organisations internationales.

L'OMS a averti le 10 novembre à Genève que la lutte contre le choléra au Yémen risque de subir "un revers sérieux" si le blocus du pays se poursuit.
"Nous avons fait des progrès (dans le traitement de l'épidémie) mais nous allons subir un sérieux revers si nous n'avons pas un accès total à toutes les zones touchées", avait alors expliqué une porte-parole de l'OMS, Fadela Chaïb.

Le coordinateur des urgences de Médecins sans frontières (MSF) pour le Yémen, Marc Poncin, a déclaré à l'AFP que les taux de mortalité due au choléra étaient en baisse ces derniers mois mais que l'épidémie était loin d'être vaincue, notamment à l'approche de la saison des pluies.

 

 

Un chef d'el-Qaëda tué
La coalition sous commandement saoudien a annoncé mercredi que le port de Hodeida, sur la mer Rouge, resterait ouvert "pour une période de 30 jours" pour l'aide humanitaire et les bateaux commerciaux transportant notamment nourriture et carburant. Elle a en même temps accentué la pression sur les rebelles au sud de Hodeida, multipliant les raids aériens contre leurs positions.

Au moins 43 houthis ont été tués dans ces raids en 24 heures, ont affirmé jeudi des sources médicales et militaires. Des civils ont également péri mercredi dans des frappes aériennes de la coalition sur plusieurs secteurs du pays, dont 11 à Saada (nord), non loin de la frontière saoudienne, selon un chef tribal local et la télévision Al-Massira, contrôlée par les houthis.

 

(Lire aussi : Des raids meurtriers visent des secteurs contrôlés par les houthis après un tir de missile sur Riyad)

 

De manière générale, la coalition a intensifié ses raids au Yémen depuis l'interception mardi, au dessus de Riyad, d'un missile balistique tiré par les rebelles houthis. L'Arabie saoudite accuse son grand rival régional, l'Iran chiite, de soutenir militairement les houthis, ce que Téhéran a de nouveau "fermement" démenti.

Le conflit au Yémen a fait plus de 8.750 morts, dont de nombreux civils, depuis l'intervention de la coalition, selon l'ONU. Cette coalition affirme quant à elle avoir depuis tué quelque 11.000 houthis.

Parallèlement, le chef de la propagande d'el-Qaëda dans la péninsule arabique (Aqpa), le Saoudien Abou Hajer al-Mekki, et cinq autres membres du réseau jihadiste, ont péri mercredi soir dans des attaques de drone américaines contre leurs véhicules à Wadi Obeida, dans la province de Marib, ont affirmé jeudi des sources tribales.
Aqpa, née de la fusion en 2009 des branches saoudienne et yéménite d'el-Qaëda, est considérée par les Etats-Unis comme la branche la plus dangereuse du réseau extrémiste.

 

Pour mémoire

L'OMS inquiète de ne plus pouvoir endiguer le choléra si le blocus continue

Arrivée à l'aéroport de Sanaa des premières aides depuis trois semaines

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

AU YEMEN LA SOLUTION NE PEUT ETRE QUE POLITIQUE ! AUSSI IL FAUDRAIT QUE LES SAOUDIENS ET LES PERSES LE COMPRENNENT !

Sarkis Serge Tateossian

Quelle désolation pour l'humanité....
Un enfant nait innocent. Il n'est ni sunnite, ni chiite, ni chrétien ...

On lui donne et lui attribue toutes les facultés qu'on souhaite....nous!

Quel est le rôle de l'enfant dans tous ces conflits ? Est-il responsable des jugements et des actes des adultes ?

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants