Rechercher
Rechercher

À La Une - Crise

Les pasdarans annoncent la fin des troubles en Iran

Les Gardiens de la révolution mettent en cause les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, Israël, l'Arabie saoudite et les monarchistes.

Des manifestants pro-régime à Téhéran, en Iran, le 5 janvier 2018. AFP / ATTA KENARE

Les gardiens de la Révolution islamique (GRI, pasdaran) ont annoncé dimanche avoir mis en échec les manifestations qui agitent le pays depuis une dizaine de jours et accusé plusieurs pays étrangers, dont les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, d'en être responsables.

Le Parlement s'est également réuni à huis clos dimanche pour discuter des manifestations en présence des ministres de l'Intérieur et du Renseignement, du chef de la police et du commandant adjoint des pasdaran, a annoncé la télévision publique.

Le mouvement de contestation parti le 28 décembre de Mashhad (nord-est) est le plus important depuis celui de 2009, contre la réélection du président conservateur Mahmoud Ahmadinejad. Il avait fait des dizaines de morts dans le camp des partisans des réformes et avait été réprimé par le GRI et sa milice affiliée, les Bassidj.

"Le Peuple révolutionnaire d'Iran, avec des milliers de forces Bassidj, de policiers et le ministère du Renseignement, ont brisé la chaîne (des troubles) créée (...) par les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le régime sioniste (Israël, NDLR), l'Arabie saoudite, les hypocrites (l'opposition des moudjahidines, NDLR) et les monarchistes", peut-on lire dans le communiqué des pasdaran publié sur le site internet Sepahnews.

 

(Lire aussi : Iran : Les racines et ferments de la colère)

 

Forte présence policière
Pendant ce temps, plusieurs milliers de partisans du gouvernement ont continué à manifester dimanche. La télévision publique a diffusé en direct des images de défilés dans plusieurs villes, et notamment à Shar-e Kord, dans le centre du pays où plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées, malgré la neige."Mort à l'Amérique", "Mort à Israël", "Mort à la Grande-Bretagne", "Morts aux séditieux", criaient les manifestants.

Depuis le début des manifestations contre le gouvernement, 22 personnes sont mortes et un millier ont été arrêtées, selon les autorités iraniennes.

Selon les habitants contactés par Reuters dans différentes villes ces derniers jours, la mobilisation était en baisse en raison du durcissement de la répression et du déploiement des gardiens de la Révolution dans plusieurs province.

Samedi soir, des vidéos diffusées sur les réseaux sociaux montraient une forte présence policière dans de nombreuses villes, notamment à Khorramabad, dans le sud-ouest de l'Iran, où, mercredi soir, des manifestants avaient lancé des pierres sur les policiers anti-émeute, selon les informations diffusées sur les réseaux sociaux.

Selon un porte-parole de la police, la plupart des personnes arrêtées ont été induites en erreur et "amenées" à rejoindre les manifestations et ont été libérés sous caution, rapporte l'agence de presse publique Irna. En revanche, a-t-il ajouté, les meneurs sont sous les verrous.

Le vice-président de l'université de Téhéran, Majid Sarsangi, a annoncé la mise en place d'un comité universitaire chargé du suivi des étudiants arrêtés pendant les manifestations. Selon le parlementaire réformateur Mahmoud Sadeghi, interrogé par l'agence de presse Ilna, à peu près 90 étudiants sont détenus, dont dix dont on est sans nouvelles.

Plusieurs organismes sont chargés d'assurer la sécurité en Iran et les arrestations ne sont pas toujours annoncées en temps réel.

 

 

Lire aussi

La leçon iranienne, le commentaire d'Anthony Samrani

Il y a quarante ans, le début de la Révolution iranienne

Les dates clés de l'Iran depuis la Révolution islamique

De Dahyé à Téhéran, l'infaillibilité contestée

À Téhéran, les habitants restent sceptiques

L’Iran périphérique, à la source de la contestation du pouvoir

Nasrallah : La contestation en Iran est terminée

Quand les Syriens suivent de près les protestations en Iran

Aux États-Unis, le soutien ardent des conservateurs aux manifestants iraniens

Canicule printanière, l'éditorial de Issa Goraieb

Rohani le « modéré » marche sur des œufs

 


Les gardiens de la Révolution islamique (GRI, pasdaran) ont annoncé dimanche avoir mis en échec les manifestations qui agitent le pays depuis une dizaine de jours et accusé plusieurs pays étrangers, dont les Etats-Unis et l'Arabie saoudite, d'en être responsables.
Le Parlement s'est également réuni à huis clos dimanche pour discuter des manifestations en présence des ministres de...

commentaires (3)

Aux gros complots les gros moyens . Trouvez autre chose les minus .

FRIK-A-FRAK

22 h 34, le 07 janvier 2018

Tous les commentaires

Commentaires (3)

  • Aux gros complots les gros moyens . Trouvez autre chose les minus .

    FRIK-A-FRAK

    22 h 34, le 07 janvier 2018

  • Je ne vois pas beaucoup de femmes dans ce groupe ... citoyennes de seconde zone ?

    Remy Martin

    17 h 18, le 07 janvier 2018

  • ILS ONT LACHE LES PASDARANS SUR LES MANIFESTANTS DU PEUPLE MECONTENT...

    LA LIBRE EXPRESSION.

    15 h 16, le 07 janvier 2018

Retour en haut