X

Moyen Orient et Monde

À Téhéran, les habitants restent sceptiques

Contestation

Certains protestataires de la capitale s'énervent de la comparaison avec 2009.

Sara SAIDI | OLJ
04/01/2018

Hamed, musicien, a participé une fois aux manifestations qui ont commencé le 28 décembre dernier en Iran. Il fait la liste des raisons qui les poussent tous à sortir : « Chômage, pauvreté, manque de pouvoir d'achat et corruption d'abord... puis liberté d'expression, droits de l'homme et démocratie. » Pour lui, l'objectif n'est pas de faire durer les protestations. « L'idée c'est de réveiller nos élites pour qu'elles pensent aux gens », affirme-t-il.

Depuis cinq jours, un coup de projecteur vient éclairer les revendications d'une partie de la population iranienne qui subit une forte pression économique. Car, si le président modéré Hassan Rohani a réussi à baisser le taux d'inflation de 40 % au début de son premier mandat à environ 10 %, il doit encore faire face à un taux de chômage d'environ 12 %. Le salaire moyen est de 300 euros et la récente montée des prix a entraîné une baisse du pouvoir d'achat de la population. Enfin, la présentation du budget de l'année à venir (en mars) et ses mesures d'austérité représentent la goutte d'eau qui a fait déborder le vase.

« Cela fait 6 mois que tous les jours, partout dans le pays, les travailleurs, les professeurs, les retraités, etc. sortent dans les rues pour protester contre cette situation, et il y en a qui demandent encore pourquoi c'est arrivé d'un coup ? » s'interroge Arash sur Twitter. Parmi les manifestants, on trouve donc des déçus du président Hassan Rohani, réélu il y a sept mois, mais aussi des personnes qui ne votent pas et qui ne croient pas – ou plus – à une évolution progressive. Les slogans scandés visent directement le président ainsi que le guide suprême Ali Khamenei. Ces manifestants sont en quelque sorte les oubliés du système. Pour autant, pour Zahra, il est impossible que ces rassemblements prennent plus d'ampleur : « S'ils baissent les prix, les gens rentreront chez eux. » Selon Fatemeh S., cette fois, les revendications des manifestants seront entendues, « contrairement aux dernières fois ».

Mais, à Téhéran, nombreux sont ceux qui restent sceptiques. Pour Fatemeh A., c'est la droite radicale qui est à l'origine de ces soulèvements. Ils ont commencé dans la ville sainte chiite et conservatrice de Mashad, à l'est de l'Iran, avant de se déplacer vers l'Ouest, dans les provinces du Lorestan et du Kurdistan iranien ainsi que dans le nord de l'Iran. Ils auraient donc été organisés au départ pour nuire au gouvernement de Hassan Rohani avant de prendre une tournure incontrôlable.

 

(Lire aussi : L’Iran périphérique, à la source de la contestation du pouvoir)

 

De la manifestation aux émeutes
Sur Twitter, certains condamnent les violences commises par les manifestants : « Donc, pour obtenir des droits, vous brûlez les voitures, les magasins et les quartiers des gens normaux, vous qui ne pouvez vous battre contre "ceux d'en haut" », écrit un utilisateur en colère avant qu'un autre lui conseille de ne pas faire de généralités. « En 2009, Dieu en est témoin, j'étais dans les rues tous les jours. Nous étions des millions et jamais nous n'avons brûlé un seul bureau de police ! Pourtant, on nous tirait dessus. C'est ridicule ! » s'emporte la jeune femme qui constate que, malgré les dérives, la répression n'est finalement pas si sévère.
Depuis le début des soulèvements, cependant, une vingtaine de personnes ont perdu la vie et plus de 450 personnes ont été interpellées à Téhéran. Par ailleurs, les autorités ont bloqué de manière provisoire l'accès à Instagram et Télégram, deux applications très utilisées par les Iraniens. Dans les rues de la capitale, un canon à eau et une forte présence policière : l'atmosphère est tendue. Maria n'a pas participé aux manifestations, elle raconte qu'il y a deux jours les forces spéciales étaient sur toute l'avenue Enghelab : « Elles jouaient avec la manette de gaz de leurs motos. Peut-être pour nous faire peur. » Parsadokht était à l'Université de Téhéran : « C'était très agité et confus. Les gens lançaient des slogans et recevaient des coups de bâtons électriques », dit-il.

 

(Lire aussi : Quand les Syriens suivent de près les protestations en Iran)

 

« 2009 ne se répétera jamais »
Massoumeh, elle non plus ne comprend pas. Cette étudiante de 27 ans était aussi dans les rues lors des manifestations de 2009 contre la réélection d'Ahmadinejad : « C'est allé trop vite, cette fois. Il n'y a aucun leader. Qu'est-ce que veulent exactement ces gens ? Surtout après ce qui s'est passé en 2009 », dit-elle.
La comparaison avec le mouvement vert agace Ahmad qui a voté pour Hassan Rohani aux dernières élections : « 2009 ne se répétera jamais. Nous étions 4 millions dans les rues. Ce n'est pas comparable avec les quelques milliers de personnes qui manifestent aujourd'hui », lance-t-il, impatient. Il fait également remarquer que les réformateurs gardent leur distance, tout autant que les conservateurs : « Seuls les plus pauvres sont dehors. Dans un ou deux jours, ça va se calmer », assure-t-il. La situation reste cependant imprévisible et témoigne d'une division de la société. Pour Vali, il faut attendre de voir si dans la semaine à venir les Téhéranais décideront ou non de suivre le mouvement.

 

 

Lire aussi

Aux États-Unis, le soutien ardent des conservateurs aux manifestants iraniens

Canicule printanière, l'éditorial de Issa Goraieb

L’interventionnisme iranien dans la ligne de mire des manifestants

Rohani le « modéré » marche sur des œufs

Six journées de colère iranienne

A l'origine des manifestations en Iran, un ras-le-bol, aussi, des mesures d'austérité prises par Rohani

"La vie est vraiment dure", confient des Téhéranais

Netanyahu souhaite "bonne chance au peuple iranien dans sa noble quête de liberté"

En Iran, "le début d'un grand mouvement", selon Shirin Ebadi

À la une

Retour à la page "Moyen Orient et Monde"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DEVANT LA MACHINE REPRESSIVE QUI S,EST MISE EN OEUVRE DES LE PREMIER INSTANT LE PEUPLE IRANIEN SANS AIDE EXTERNE EST IMPUISSANT !

Antoine Sabbagha

Quand la liberté d'expression et les droits de l'homme et démocratie resteront inexistants en Iran pourtant pays riche ,difficile de voir un peuple libre gagner correctement sa vie .

Yves Prevost

« Chômage, pauvreté, manque de pouvoir d'achat et corruption d'abord... puis liberté d'expression, droits de l'homme et démocratie. »
Et pendant que la population souffre de la pauvreté, le gouvernement verse près d'un milliard de dollars au Hezbollah en dépense plusieurs autres milliards en Syrie et dans les pays arabes!
Exporter la révolution islamique compte plus que le bonheur des citoyens!

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Macron, champion (du monde)

Commentaire de Anthony SAMRANI

Macron vs Macron

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué