X

Liban

Lettre ouverte aux juges libanais

Tribune
22/12/2017

Mesdames et Messieurs les juges,

Je vous écris cette lettre en espérant que vous pourrez la lire, malgré la surcharge de travail qui vous est imposée par des recours intempestifs prenant la liberté d'expression pour cible.
Je vous écris en amoureux de la justice et des libertés qui font que le Liban doit demeurer malgré tout une exception dans la région.
Tous les Libanais ont compris que le temps est venu pour le pouvoir politique de vous mettre à contribution. La déferlante de recours déposés contre des journalistes et des hommes politiques qui ne sont pas du même avis que le gouvernement n'est pas passée inaperçue.
Je ne souhaite pas aborder ici le contenu de tous ces recours, bien que d'après ce que j'en pense, la plupart d'entre eux ne méritent pas que leur soit consacré le temps précieux d'un procureur de la République.

 

Chers juges,
Quelles que soient vos opinions politiques ou vos convictions religieuses, vos fonctions vous confèrent des pouvoirs très importants. En user est une responsabilité de la plus grande gravité. Votre préoccupation doit être d'abord et avant tout de préserver les libertés publiques et notre Constitution de toute atteinte.
Cette responsabilité dépasse les limites individuelles lorsque vous êtes sollicités par le pouvoir politique, que ce soit directement par le ministère de la Justice ou indirectement par des personnes s'inscrivant dans la ligne politique du pouvoir.

 

Mesdames et Messieurs les juges,
Vous ne pouvez pas ignorer par exemple ce que représente, pour la liberté d'expression au Liban, l'atteinte portée à une émission politique de l'envergure de Kalam el-Nass. Engager un recours contre Marcel Ghanem consiste à placer une épée de Damoclès au-dessus de chaque journaliste et de chaque citoyen libre et qui ne souhaite pas se taire.
Je ne pense pas que ceux qui sont visés par les recours regrettent quoi que ce soit ni que ces recours affecteront leurs convictions. Au contraire, ces recours confirment la justesse du combat qu'ils mènent.
Ce n'est donc pas pour eux mais pour vous que j'écris.
Il n'est pas sûr que le juge qui avait accepté de poursuivre par exemple Ghassan Tuéni n'a pas espéré par la suite pouvoir revenir dans le temps et effacer de son parcours cette étape regrettable. Ce qui ne fait pas de doute, c'est que Ghassan Tuéni en est ressorti grandi.
Dans une démocratie, le pouvoir est en place par la volonté d'une majorité populaire et l'opposition dispose d'un droit consacré à la critique, aussi sévère soit elle. De leurs côtés, les médias, mais aussi les citoyens, doivent être protégés contre les atteintes à leur liberté et les abus du pouvoir en place. C'est là le rôle de la justice.
Au Liban, en revanche, la situation est encore plus critique. En effet, le gouvernement actuel dispose du soutien d'un parti militaire qui a fortement contribué à sa mise en place.
La parole des opposants et des médias devient donc plus qu'un droit sacré ; elle devient une exigence incontournable pour que le Liban demeure.
Il n'est pas surprenant que le pouvoir au Liban choisisse de faire taire les critiques. Il n'est pas surprenant qu'il entende, à cette fin, mettre à contribution les tribunaux. Ce réflexe tyrannique est facilité par la diversité des partis composant le gouvernement.

 

Mesdames et Messieurs les juges,
Les limites qui doivent séparer le pouvoir exécutif de l'autorité judiciaire sont fragilisés au Liban. Vous ne pouvez pas ignorer que même le Conseil supérieur de la magistrature a exprimé une certaine réserve, pour ne pas dire une inquiétude, à cet égard. Lorsque l'on connaît la prudence de cette respectable instance, il est facile d'imaginer que des limites ont déjà été franchies.

 

Mesdames et Messieurs les juges,
Vous avez une collègue qui ne peut être révoquée et qui ne craint rien. Cette collègue est impitoyable parce qu'elle est inébranlable. Beaucoup de ceux qui ont été en fonction ont espéré, en vain, son indulgence une fois leur pouvoir perdu. Cette collègue, c'est l'histoire.
Vous savez aussi bien que moi que certaines pages de notre histoire récente ne sont pas glorieuses en matière de respect des libertés. J'ai la faiblesse de penser que vous ne souhaitez pas en écrire d'autres.
L'histoire du Liban, celle de la justice et la vôtre ne seraient-elles pas beaucoup plus belles si aujourd'hui vous dites « non » ?
Je vous prie de croire, chers juges, à l'expression de mon espoir distingué.

 

Lire aussi

Les errements liberticides du mandat

« Non au retour à l’ère de l’occupation syrienne », scandent des manifestants

Affaire Marcel Ghanem : l'opposition déterminée à faire face à « la dictature »

De Paris, Gemayel exprime ses craintes pour les libertés au Liban

Ghanem vs Jreissati : attention, danger...

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

L’affaire Marcel Ghanem, une « dérive vers la dictature »

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

michel raphael

MON CHER ET TRES HONORABLE CHEIKH SAMI GEMAYEL:::

LE LIBELE DE VOTRE LETTRE RESTE UN DOCUMENT D'UNE VALEUR ACADEMIQUE SANS PRECEDENT,,DIGNE DES GRANDS MAITRES DE L'ORATOIRE JUDICIARE....
SEULEMENT CE DOCUMENT ARRIVE AVEC PLUS D'UN DEMI SIECLE DE RETARD,,,
CETTE MASCARADE DE JUSTICE A COMMENCE UN JOUR DE 1958
QUAND UN DE VOS CAMARADES DE L'EPOQUE SURNOME DE SURCROIT ABOUL HOSN (EDITO..AU AMAL),,,A ETE ASSASSINE,,CE QUI A MEME DECLENCHE LES FAMEUX EVENEMENTS DE 1958,,,,VOTRE CAMARADE A ETE ASSASSINE POUR AVOIR DIT LES 4 VERITES,

AVANT LUI GEORGES NACACHE A ETE CONDAMNE POUR AVOIR DIT 2 VERITES

DEPUIS A LA FAVEUR DU "PARADIS"CHAHABISTE les assasssinats se suivent et se resemblent pour etre tous :::des assassinats,,,sans assassins,,,seul votre oncle bechir a du attendre 37 ans pour que JUSTICE LUI SOIT FAITE,,,

votre propre frere est sur la liste d'attente pour connaitre son assassin.....

DE CE SILENCE ACCABLANT QUI DURE DEPUIS PLUS D'UN DEMI SIECLE ,,VOUS EN ETES LA VICTIME MON CHER SAMY,,,

LE SILENCE DE TOUT CEUX QUI VOUS ONT PRECEDES AU POUVOIR A ENCOURAGE CE LAXISME JUDICIARE,,,,

CE SILENCE D'UN DEMI SIECLE A FAIT DE L'ASSASSIN,,

LE HERO DE CETTE FARCE APPELEE:::J U S T I C E ...





Honneur et Patrie

Le journaliste du journal "Al-Amal" des Kataéb qui signait son billet "Abou-el-Henn" était Fouad Haddad. L'emplacement dudit billet était à la page une en bas à gauche.

Eleni Caridopoulou

Bravo Samy et bon courage

Honneur et Patrie

Le chroniqueur qui avait son billet quotidien dans "el-Amal" porte-parole des Kataéb avait pris pour pseudonyme "Abou-el-Henn".
Abou-el-henn" est l'un des plus petits passereaux du Liban avec le "ord el-ghozzar" (le singe des roseaux).

michel raphael

MON CHER ET TRES HONORABLE CHEIKH SAMI GEMAYEL:::

LE LIBELE DE VOTRE LETTRE RESTE UN DOCUMENT D'UNE VALEUR ACADEMIQUE SANS PRECEDENT,,DIGNE DES GRANDS MAITRES DE L'ORATOIRE JUDICIARE....
SEULEMENT CE DOCUMENT ARRIVE AVEC PLUS D'UN DEMI SIECLE DE RETARD,,,
CETTE MASCARADE DE JUSTICE A COMMENCE UN JOUR DE 1958
QUAND UN DE VOS CAMARADES DE L'EPOQUE SURNOME DE SURCROIT ABOUL HOSN (EDITO..AU AMAL),,,A ETE ASSASSINE,,CE QUI A MEME DECLENCHE LES FAMEUX EVENEMENTS DE 1958,,,,VOTRE CAMARADE A ETE ASSASSINE POUR AVOIR DIT LES 4 VERITES,

AVANT LUI GEORGES NACACHE A ETE CONDAMNE POUR AVOIR DIT 2 VERITES

DEPUIS A LA FAVEUR DU "PARADIS"CHAHABISTE les assasssinats se suivent et se resemblent pour etre tous :::des assassinats,,,sans assassins,,,seul votre oncle bechir a du attendre 37 ans pour que JUSTICE LUI SOIT FAITE,,,

votre propre frere est sur la liste d'attente pour connaitre son assassin.....

DE CE SILENCE ACCABLANT QUI DURE DEPUIS PLUS D'UN DEMI SIECLE ,,VOUS EN ETES LA VICTIME MON CHER SAMY,,,

LE SILENCE DE TOUT CEUX QUI VOUS ONT PRECEDES AU POUVOIR A ENCOURAGE CE LAXISME JUDICIARE,,,,

CE SILENCE D'UN DEMI SIECLE A FAIT DE L'ASSASSIN,,

LE HERO DE CETTE FARCE APPELEE:::J U S T I C E ...





Honneur et Patrie

Il n'y a ni justice ni liberté lorsqu'une milice armée porte allégeance à un Etat étranger qui entreprend une politique d'hégémonie colonialiste au XXième siècle sur des pays libres et indépendants depuis la nuit des temps comme le Liban.
Merci les Gemayel, grand-père, pères et fils.

Bery tus

Samy vous avez tout a fait raison .. il est temps pour les Kataeb de revenir au bercail et de s'allier avec les FL

Remy Martin

Ah, si tous les politiciens Libanais pouvaient au moins essayer de s'inspirer de lui ...

TYAN Georges

Le texte m'ainterpellé, mais pourquoi s'en tenir à un seul fait, j'aurais preferé que cet appel soit plus general, c'est tout le systèms judiciaire qui vacille.
Qoiqu'il en soit Bravo Samy.

Soeur Yvette

Merci pour cet artible qui crie la verite ....merci il n'est pas permis de se taire....

Emmanuel Pezé

Le courrier de la Liberté!

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN DEUX MOTS : L,IMPARTIALITÉ EST LA MERE DE LA JUSTICE ! MESSIEURS LES JUGES... SOYEZ IMPARTIAUX !

Marionet

Je redis ma conviction que Samy Gelayel symbolise à lui tout seul la relève tant attendue de la classe politique : son approche anti-confessionnelle, sa démarche visant à s'adresser aux citoyens en refusant la pratique quasi-générale de "l'entre-soi", ses thèmes de prédilection (liberté d'expression, défense de l'environnement, etc.) et bien d'autres de ses qualités en font un modèle à suivre d'urgence pour sauver le Liban du règne des baronnies et du mépris des citoyens.

Danielle Sara

bravo

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants