X

Liban

Libertés publiques : « Non au retour à l’ère de l’occupation syrienne », scandent des manifestants

Affaire Marcel Ghanem

Lors d'un sit-in devant le ministère de la Justice, des organisations de la société civile et des journalistes ont dénoncé le « musellement des voix ».

Nada MERHI | OLJ
22/12/2017

« Non au musellement des voix. » « Nous refusons le retour aux règnes de Anjar et du Beau Rivage. » « Le Liban est un symbole de liberté et de démocratie. Vous ne pouvez pas changer l'identité du Liban. »
Ils étaient plusieurs dizaines hier à répondre présent à l'appel lancé par des organisations de la société civile pour un sit-in de protestation devant le ministère de la Justice pour dénoncer « la politique de répression et de musellement des voix », défendre « les libertés publiques » et exprimer leur « attachement à la Constitution ». Brandissant des drapeaux libanais et des pancartes sur lesquelles on pouvait lire des slogans dénonçant l'atteinte aux libertés, ils étaient catégoriques : « La guerre menée contre les libertés est perdue d'avance. »

Ce sit-in s'inscrit dans le cadre notamment de l'affaire de Jean Féghali, directeur responsable de la LBCI, et de Marcel Ghanem, journaliste vedette de cette chaîne, poursuivi pour avoir laissé s'exprimer dans son émission Kalam el-Nass deux journalistes saoudiens qui s'étaient livrés à des attaques personnelles contre le chef de l'État, Michel Aoun, le président du Parlement, Nabih Berry, et le ministre des Affaires étrangères, Gebran Bassil, les accusant d'être « partenaires du Hezbollah dans le terrorisme ». M. Ghanem avait fait l'objet lundi d'un mandat d'amener lancé par le premier juge d'instruction du Mont-Liban.

« Nous sommes au bas de l'échelle des valeurs adoptées par les pays civilisés comme l'environnement, la corruption et les services vitaux que ce soit au niveau de la santé, de l'éducation ou du logement », s'insurge Hayat Arslane, connue pour son action en faveur des femmes. « Le Liban est caractérisé par ses libertés, poursuit-elle. Si nous les perdions, il ne restera plus rien des fondements du Liban. C'est la raison pour laquelle nous refusons toute atteinte aux libertés quels que soient l'excuse ou le prétexte. »

Maha Alameddine, épouse de l'ancien ambassadeur Adib Alameddine, affirme qu'elle a grandi « dans le respect de la Constitution, de la citoyenneté et des lois ». « Aujourd'hui, nous témoignons d'une régression en raison du non-respect des lois par toute la hiérarchie politique, déplore-t-elle. Nous ne devons pas nous taire si nous nous soucions du Liban. L'application des lois civiles et justes constitue notre salut et notre seule garantie. »

 

(Lire aussi : Les errements liberticides du mandat)

 

Retour à l'ère de l'occupation syrienne
Les manifestants hier ont dénoncé, à l'unanimité, un retour à l'ère de l'occupation syrienne. Anthony Labaki, partisan des Kataëb, martèle : « Nous refusons de retourner à l'ère de l'occupation syrienne. Ce dont nous témoignons aujourd'hui n'est que le résultat de la mainmise du Hezbollah sur l'État libanais. Malheureusement, la partie qui pratique cette oppression des libertés n'est autre que celle au côté de laquelle nous avons affronté l'État du temps de l'occupation syrienne. Cette partie politique a abandonné ses valeurs depuis qu'elle a accédé au pouvoir. » Même son de cloche chez Gilbert Rizk, directeur du site web des Kataëb, qui affirme que « les puissances au pouvoir essaient vainement de museler les voix ». Pour Béchara Khairallah, journaliste, « la lutte pour les libertés a toujours été difficile, mais n'a jamais été impossible ».

« Nous refusons la politique de répression et nous nous y opposerons par tous les moyens démocratiques », a affirmé de son côté Hanna Saleh, journaliste, qui s'est prononcé au nom des manifestants. « L'État qui s'en prend aux libertés n'hésitera pas à commettre des crimes », a-t-il ajouté.
Claude Kanaan, ancienne secrétaire générale du Bloc national, a affirmé que « les libertés ont toujours constitué la raison d'être du Liban ». « Dans un monde arabe qui a toujours été gouverné par les oppressions, le Liban s'est toujours démarqué par sa tolérance et ses libertés, constate-t-elle. Ce n'est pas aujourd'hui, après le départ de l'occupation syrienne, que nous allons lâcher prise à ce sujet. »

 

Lire aussi

Lettre ouverte aux juges libanais, par Samy GEMAYEL député et chef du parti Kataëb

Affaire Marcel Ghanem : l'opposition déterminée à faire face à « la dictature »

De Paris, Gemayel exprime ses craintes pour les libertés au Liban

Ghanem vs Jreissati : attention, danger...

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

L’affaire Marcel Ghanem, une « dérive vers la dictature »

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Eleni Caridopoulou

J'en connais quelque chose sous. L'occupation Syrienne. Quand je suis retournée au Liban en 1991 j'étais dans un taxi avec une amie diplomate un soldat syrien arrête le taxi mon amie montre son passeport diplomatique et il nous a laissé passer mais j'ai eu très peur j'avais une sueur froide car j'avais ma carte d'identité Libanaise et le passeport Français, vous vous rendez compte !!!!

Emile Antonios

Errata : lire au lieu de ...connaissait : que vous avez connu.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

MILLE FOIS MAUDITE !

yves kerlidou

– “Je ne suis pas d’accord avec ce que vous dites, mais je me battrai jusqu’à la mort pour que vous ayez le droit de le dire” VOLTAIRE

gaby sioufi

LECON a apprendre- compte non tenu du cas ghanem :

les entraves a la liberte sous l'occupation syrienne ?
pas tres precis ca !

VU QUE MEME SANS EUX,
certains LIBANAIS du cercle du pouvoir semblent verser dans la meme politique de restrictions ,
a BIEN comprendre les sous entendus / messages de leurs diverses declarations








Michel Akras

Par contre, ce qui ne les a pas revolte, c’est que des journalistes saoudiens critiquent leur chef d’etat.
Je pense le patriotisme (si il existe deja) c’est de vouloir defendre son etat et son chef et ses representants plutot que d’accepter des critiques venant d’un pays se voulant loin du terrorisme...

Emile Antonios

Il existe un ou plusieurs codes de déontologie relatifs à la presse. Il ne faudrait pas confondre : informer et sensationnalisme.
Les journalistes ont une responsabilité sociale inhérente à la liberté de presse.
Interviewer des personnages, durant la crise délicate que vous connaissait, en les laissant insulter les autorités légales, qu’on soit dans majorité ou l’opposition, du pays ne relève pas de la sacro-sainte liberté de la presse.
Il serait bon que tout le monde se calme on n’est pas sous un régime de terreur et bien loin de la période du Beaurivage etc.
Notre quotidien préféré en l’occurrence « OLJ » sait faire la part des choses et ne sera probablement jamais inquiété pour ses opinions et diffusions.
Le journaliste vedette à l’origine de tout ce tapage se prenait pour une super vedette intouchable, il semble qu’il ait même défié à l’écran la justice…
Gardons notre raison et passons à autre chose plus utiles au peuple et à la nation dans ces temps difficiles.

Sarkis Serge Tateossian

Au delà de toutes coloration politiques ou partisanes.

Nous devons soutenir la liberté d'expression en toutes circonstances, dans le respect des institutions républicaines! Un journaliste ne doit pas payer pour les injures de son invité.

Kalam elnass, houriyat al-chaab.


OPTION POTION

J'ose espérer que cela ne sous-entend pas qu'il faille souhaiter le retour à l'ère de l'occupation usurpatrice.

Celà serait criminel.

Dernières infos

Les signatures du jour

Commentaire de Anthony SAMRANI

Échec au roi...

Le Journal en PDF

Les articles les plus

Impact Journalism Day 2018
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué