X

Liban

Les errements liberticides du mandat

22/12/2017

Le sobriquet de « père de tous », qui sonne étrangement comme celui de l'autre « petit père des peuples », aurait pu suffire à révéler la vocation dictatoriale du nouveau mandat. Une vocation vite confirmée par la frénésie des poursuites engagées contre des acteurs critiques du pouvoir.

Le culte de la personne du président a entre-temps été relayé par la propension du cabinet à célébrer ses propres « accomplissements » : le moindre questionnement à cet égard est considéré comme une entorse à l'intérêt général. Même dans un pays habitué à sacraliser ses dirigeants, cette tendance nouvelle à l'uniformisation des points de vue est particulièrement dangereuse.

En effet, si le pouvoir actuel a la particularité de concentrer la majorité des factions politiques, l'abus d'autorité dont il fait preuve n'est pas tant fondé sur cette majorité que sur une partie spécifique : le Hezbollah, seul à détenir un arsenal. Seul à répondre d'un axe régional qui assume de plus en plus ouvertement sa violence au nom de sa cause.

Suivant que le Hezbollah choisira ou non de couvrir les dérapages de ceux avec qui il partage le pouvoir, la gravité de ces dérapages variera, ainsi que l'agressivité de ceux qui les commettent. Et le parti chiite a tout intérêt aujourd'hui à de tels errements : la corruption des institutions contribue à légitimer la milice, de la même manière que les pratiques liberticides officielles normalisent l'autocratie intrinsèque au Hezbollah.

 

(Lire aussi : « Non au retour à l’ère de l’occupation syrienne », scandent des manifestants)

 

Le tableau général est, en somme, celui d'un mandat venu projeter le modèle de la milice à l'endroit de l'État. Évoquer aujourd'hui la problématique des armes du Hezbollah, ne serait-ce que par principe, est considéré comme hors propos. Mettre en doute le gouvernement qui sert la milice équivaudrait à une trahison. Opter enfin pour l'équidistance en donnant la parole à des parties externes ou internes diamétralement opposées à l'Iran serait un camouflet à l'État.

Les poursuites menées contre des journalistes et les convocations de députés de l'opposition sont la conséquence naturelle du règne des aboyeurs du pouvoir.
Avec cela de dangereux qu'elles ont vocation à instaurer durablement des pratiques liberticides, en les justifiant par la loi. De la même manière que l'ancrage de la milice est justifié par la stabilité nationale, pour reprendre l'argument du chef de l'État.

Les textes régulant l'exercice médiatique au Liban souffrent d'un dualisme : consacrant la liberté d'expression comme principe, ils en fixent des limites souvent définies vaguement, comme « la dignité » de l'État et des dirigeants, « le sentiment religieux », « l'ordre public »... À défaut d'une définition claire de ces notions par la loi, c'est au juge que revient le rôle de les interpréter dans un sens libéral ou liberticide. La jurisprudence libanaise en la matière a jusque-là fait preuve d'inconstance : c'est selon l'influence du responsable critiqué par un journaliste que le juge fera montre de sévérité ou de tolérance à l'égard de celui-ci.

Un juge répressif fera de « la dignité de l'État » une notion « sacro-sainte » qui transcende l'espace du débat. Un juge libéral optera au contraire pour l'approche défendue dans les plus grandes cours des droits de l'homme, qui consiste à ne placer aucune notion au-dessus du débat d'idées. Ce juge aura compris que toute notion hissée au rang de « sacré » a pour visée réelle de neutraliser le débat d'intérêt général. C'est-à-dire l'espace du dire, de l'échange d'idées, même opposées, même choquantes, sans lesquelles la société ne saurait évoluer, ni le contrat social se renouveler. La liberté d'expression est le moteur de ce débat et le juge, plus proche de la base sociale que ne l'est le pouvoir, en est le seul régulateur. La liberté est illimitée tant qu'elle reste dans l'espace du débat, c'est-à-dire tant que le dire ne se transforme pas en acte, en l'occurrence en violence, auquel cas l'intervention du pouvoir étatique dans ce débat serait exceptionnellement de mise.

Aussi bien le pouvoir exécutif que judiciaire opèrent aujourd'hui dans un sens inverse : ils consacrent le principe de l'intervention directe de l'État (sous le couvert d'une intervention judiciaire) au sein du débat d'idées. Et parmi ces idées, ils préconisent de censurer à l'envi tout ce qui porte atteinte au très pompeux « prestige de l'État », selon le ministre de la Justice, et aux « symboles de la nation », selon le communiqué du Conseil supérieur de la magistrature.
« Tous doivent désormais s'habituer à rendre des comptes » (comprendre à être poursuivis pour leurs idées), a décrété hier le ministre de la Justice en visite hier au Palais de justice de Zahlé.

La veille, le chef de l'État défendait devant une délégation de magistrats l'idée que « le plafond de la liberté médiatique est la vérité ». C'est omettre que les vérités – il n'y en a pas qu'une – sont le carburant de la liberté et non sa limite. Si toutefois il faisait référence à la notion juridique particulière de l'exception de vérité, qui permet à un journaliste accusé de diffamation d'obtenir gain de cause en démontrant la véracité de ses dires, le chef de l'État a omis que cette quête de vérité est impossible sans une coopération entre justice et médias. Deux corps que son mandat a choisi aujourd'hui de mettre en confrontation.

 

Lire aussi

Lettre ouverte aux juges libanaispar Samy GEMAYEL député et chef du parti Kataëb

Affaire Marcel Ghanem : l'opposition déterminée à faire face à « la dictature »

De Paris, Gemayel exprime ses craintes pour les libertés au Liban

Ghanem vs Jreissati : attention, danger...

Le climat des libertés s'étiole-t-il au Liban?

Harb à « L'OLJ » : Porter plainte contre un média, c'est adopter une politique de musellement

L’affaire Marcel Ghanem, une « dérive vers la dictature »

 

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

DES ERREMENTS POUR TOUT, DANS TOUT ET PARTOUT !

Fredy Hakim

Les anti-Aoun vont de déception en déception
depuis plusieurs années.
Chercher à monter en épingle un scandale fictif
pour essayer de gagner quelques voix ne marchera pas!
Les gens ne sont pas dupes, et personne ne tente de
transformer l’hôtel Phoenicia en vaste prison!

Marionet

Un papier excellent et étayé par d'excellentes références juridiques et philosophiques. Bravo à SN, ça c'est du journalisme!

Marionet

Bravo pour cet article courageux. Il est concis, avec un propos clair qui frappe les esprits. Ca fait du bien là où ça fait mal.

Saliba Nouhad

Très éloquent et pertinent, votre plaidoyer pour les libertés publiques et les dérives totalitaires de l'état.
Vous réchauffez le cœur des personnes idéalistes et perfectionnistes...
Je vois d’ici les inconditionnels du Président vous traiter de naïve et de ne rien comprendre à la réalité Libanaise: nous vivons au Moyen-Orient dans des pays ingouvernables et ils pensent qu’aux grands maux, on met les grands moyens et que c’ est toujours la loi du plus fort qui est toujours la meilleure...
Au point où se trouve notre pays, entre les mains d’une dictature milicienne, on pactise avec eux, on muselle ceux qui protestent, on essaye de passer notre programme en douce sans déranger la paix publique et ils croient ferme que ce serait la meilleure solution de survie pour le Liban...
Bien que je suis contre ce raisonnement d’opportunistes aux visions limitées et assez primaires, il faut comprendre ce qui ce passe actuellement sous cet angle...
Ce qui ne veut pas dire qu’il faut baisser les bras pour autant: il y va de la survie du Liban-message et ce qu’on lèguera pour nos enfants!

Bambino

Bravo pour cet article clair et courageux. Il est opportun de rappeler ici la phrase de Beaumarchais:"sans la liberté de blamer, il n'est point d'éloge flatteur". Or nos gouvernants n'acceptent que les éloges et le cirage de pompes.

Dernières infos

Les signatures du jour

L’édito de Élie FAYAD

La soixante-treizième heure

Décryptage de Scarlett HADDAD

Le gouvernement se réunit aujourd’hui, mais la crise de confiance est trop profonde

Commentaire de Anthony SAMRANI

Le réveil d’une nation

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

A WEEKLY EDITION CURATED AND
PERSONALIZED BY OUR EDITORIAL TEAM

SIGN UP TO OUR NEWSLETTER IN ENGLISH

More Info See Sample
x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

L'Orient-Le Jour vous offre 5 articles

Nous sommes un journal indépendant, nous chérissons notre liberté qui découle de notre autonomie financière comme de nos principes éthiques. Votre soutien, cher lecteur, est plus que nécessaire pour pérenniser nos initiatives.

Je poursuis la lecture

4

articles restants