Liban

Rifi à « L’OLJ » : Il fallait au moins respecter le principe de distanciation, ce que le Hezbollah n’a pas fait

Dans une première réaction à la déclaration des ministres arabes, l'ancien ministre Achraf Rifi s'est dit « déçu de la position libanaise qui, seule avec l'Irak, a émis des réserves sur ce texte, sortant ainsi de l'unanimité arabe ». Mais qu'aurait pu faire le Liban à part émettre des réserves, sous peine de provoquer une crise intérieure ? « J'aurais pensé qu'il fallait au moins respecter le principe de distanciation, ce que le Hezbollah n'a pas fait », a répondu M. Rifi.
Quel est son pronostic pour les jours et les semaines à venir ? « Je pense que (le Premier ministre) Saad Hariri devra confirmer sa démission, que je considère dès le premier jour comme effective, puisqu'il n'y a pas de restriction dans la Constitution sur le lieu ou sur le moment de la présenter. D'autre part, il faudra former un gouvernement plus équilibré. Le Hezbollah doit savoir qu'il ne peut pas y participer sous peine de mettre le Liban en position difficile. » M. Rifi ne croit pas par ailleurs qu'il y ait un réel risque sécuritaire, mais souligne que l'étape suivante sera celle de nouvelles politiques et stratégies.
Il convient de signaler que L'OLJ a en vain tenté de joindre des responsables du Courant patriotique libre (CPL) ou du Hezbollah, afin de recueillir leurs réactions à ce texte.


Dans une première réaction à la déclaration des ministres arabes, l'ancien ministre Achraf Rifi s'est dit « déçu de la position libanaise qui, seule avec l'Irak, a émis des réserves sur ce texte, sortant ainsi de l'unanimité arabe ». Mais qu'aurait pu faire le Liban à part émettre des réserves, sous peine de provoquer une crise intérieure ? « J'aurais pensé qu'il fallait...

commentaires (0)

Commentaires (0)