Rechercher
Rechercher

Sur le net

Assange : L'Arabie et Israël tentent d'impliquer les États-Unis dans une prise de contrôle du Liban

"Déstabiliser le Liban ne fera que renforcer le Hezbollah", a écrit sur Twitter le fondateur de Wikileaks.

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange. Photo d'archives JACK TAYLOR/AFP/Getty Images

Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a accusé mardi l'Arabie saoudite et Israël de vouloir impliquer les États-Unis dans une prise de contrôle du Liban.

"Il semble que l'Arabie saoudite et Israël tentent d'impliquer les États-Unis dans une prise de contrôle du Liban", a écrit M. Assange sur son compte Twitter.

 

 

"Déstabiliser le Liban ne fera que renforcer le Hezbollah", a également écrit M. Assange, en reprenant une analyse du European Council on Foreign relations.

 

Le fondateur de Wikileaks reprend également un article du quotidien libanais al-Akhbar, selon lequel Saad Hariri a été "forcé par l'Arabie saoudite à démissionner".

"Le Liban est depuis longtemps dans le viseur de la machine de guerre américaine", a enfin conclu Julian Assange.

 

Les déclarations de Julian Assange interviennent trois jours après la démission du Premier ministre libanais, Saad Hariri. Lors de son allocution, samedi depuis Riyad, le Premier ministre avait accusé le Hezbollah et l'Iran de "mainmise" sur le Liban, soulignant que sa vie est en danger. Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a alors réagi samedi en affirmant que les déclarations de M. Hariri "sont un signal d'alarme pour la communauté internationale".

La démission de M. Hariri intervient dans un contexte de fortes tensions sur plusieurs dossiers entre les deux poids lourds de la région, l'Arabie saoudite sunnite, qui soutient M. Hariri, et l'Iran chiite, grand allié du Hezbollah. Les deux puissances régionales sont farouchement opposées sur des questions comme la Syrie, le Yémen et le Liban, où elles soutiennent des camps adverses. Dimanche, le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, a lui aussi accusé l'Arabie saoudite d'avoir contraint M. Hariri à la démission.

 

Lire aussi

Hariri revient à Riyad après un saut à Abou Dhabi

Le point d’inflexion de Hariri, l'édito de Michel TOUMA

Une démission qui n’a pas fini de dévoiler ses secrets..., le décryptage de Scarlett Haddad

Une nouvelle politique saoudienne au Liban

La démission orale de Hariri est-elle effective ?

Gouvernement : le Liban a bien capté les signaux envoyés par Riyad

Saad Hariri, à la fois otage et symbole

Démission de Saad Hariri : pas de panique sur les marchés

L'Arabie saoudite utilisera tous les moyens pour faire face au Hezbollah, affirme Sabhane


Le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange, a accusé mardi l'Arabie saoudite et Israël de vouloir impliquer les États-Unis dans une prise de contrôle du Liban.


"Il semble que l'Arabie saoudite et Israël tentent d'impliquer les États-Unis dans une prise de contrôle du Liban", a écrit M. Assange sur son compte Twitter.


 


commentaires (2)

DEPUIS QUAND CE VENDU EST DEVENU ANALYSTE POLITIQUE ?

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

08 h 21, le 08 novembre 2017

Tous les commentaires

Commentaires (2)

  • DEPUIS QUAND CE VENDU EST DEVENU ANALYSTE POLITIQUE ?

    L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

    08 h 21, le 08 novembre 2017

  • Allez dégage en Europe et en Amérique du Nord vous n’etes Rien et plus personne ne vous écoute car il a été démontrer que vous êtes fonctionnaire de la russie donc VOUS N’ETES PLUS PARTIALLE NI CRÉDIBLE

    Bery tus

    20 h 16, le 07 novembre 2017