À La Une

Hariri démissionne et accuse le Hezbollah et l'Iran de "mainmise" sur le Liban

Liban

Le Premier ministre libanais, qui a fait son annonce à partir de l'Arabie saoudite, a affirmé "avoir peur d'être assassiné".

OLJ
04/11/2017

Le Premier ministre libanais, Saad Hariri, a annoncé samedi, à la surprise générale, sa démission de la présidence du gouvernement, en accusant le Hezbollah et son allié iranien de "mainmise" sur le Liban et en affirmant "avoir peur d'être assassiné".

"J'annonce ma démission du poste de Premier ministre", a déclaré M. Hariri, qui se trouve actuellement en Arabie saoudite, dans un discours retransmis par la chaîne satellitaire al-Arabiya. Selon des sources interrogées par L'Orient-Le Jour, M. Hariri a fait son annonce de l'hôtel Ritz de Riyad, en présence du prince héritier saoudien, Mohammed ben Salmane.

La démission, totalement inattendue, du chef du gouvernement intervient un an après sa nomination.

 

 

"Là où l'Iran est présent, il sème la division et la destruction. La preuve de cela est son ingérence dans les pays arabes, sans parler de sa rancune profonde contre la nation arabe", a dénoncé M. Hariri, dans une attaque verbale inattendue contre l'Iran. "L'Iran a une mainmise sur le destin des pays de la région (...) Le Hezbollah est le bras de l'Iran non seulement au Liban mais également dans les autres pays arabes", a ajouté M. Hariri.

"Malheureusement, j'ai réalisé que des compatriotes sont main dans la main avec l'Iran qui cherche à soustraire le Liban de son environnement arabe. Peuple glorieux du Liban, le Hezbollah a réussi, grâce à ses armes, à imposer une situation de fait".

Et M. Hariri d'ajouter, dans un discours préparé à l'avance : "Je veux dire à l'Iran et ses acolytes qu'ils sont perdants. Les mains qui s'en prennent aux Etats arabes seront coupées. Et le mal se retournera contre ceux qui l'exercent. Je vous ai promis d’œuvrer pour l'unité des Libanais, pour mettre un terme aux divisions politiques, et confirmer le principe de distanciation (par rapport aux conflits de la région, ndlr) (...). Actuellement, c'est la frustration, les divisions qui prévalent, de même que les intérêts personnels au détriment de l'intérêt général. Il y a des hostilités qui se constituent au Liban mais qui ne nous regardent pas."

Le Premier ministre démissionnaire a par la suite déploré la gravité de la situation. "Nous vivons des circonstances similaires à celles qui prévalaient avant l'assassinat de Rafic Hariri", a-t-il mis en garde, faisant référence à l'assassinat de son père, le 14 février 2005. Quatre membres du Hezbollah sont mis en cause dans ce meurtre qui a ébranlé le Liban. Samedi après-midi, la chaîne al-Arabiya, a rapporté qu'une tentative d'assassiner Saad Hariri, a été mise en échec il y a quelques jour . "Ceux qui planifiaient l'attentat ont désactivé les tours de contrôle au moment où le convoi de Saad Hariri se déplaçait à Beyrouth il y a quelques jours", est-il ajouté sans plus de précision.

Saad Hariri a conclu en disant : "J'annonce ma démission de la présidence du gouvernement en étant convaincu que la volonté des Libanais est la plus forte, et qu'ils réussiront à surmonter la tutelle, qu'elle vienne de l'intérieur ou de l'extérieur".

 

L'annonce de cette démission a suscité de nombreuses réactions sur la scène politique libanaise : lire les réactions ici

 

Le ministère iranien des Affaires étrangères a, par ailleurs affirmé samedi "regretter" la démission de Saad Hariri, tout en rejetant ses "accusations sans fondement" contre l'Iran. (Lire ici)

 

Vendredi, Ali Akbar Wilayati, conseiller diplomatique du guide suprême iranien, Ali Khamenei, était en déplacement à Beyrouth. A l'issue d'un entretien avec Saad Hariri, le responsable iranien avait rendu un vibrant hommage à ce dernier et avait loué le gouvernement libanais car regroupant les coalitions adverses du 8 et du 14 Mars.

Depuis plusieurs jours, le ministre d'État saoudien pour les Affaires du Golfe, Thamer el-Sabhane, tenait des propos virulents à l'encontre de l'Iran et du Hezbollah. Il avait ainsi appelé le gouvernement libanais à exercer sa pression sur le parti chiite. Thamer el-Sabhane avait également lancé : "Ceux qui croient que mes tweets représentent mon propre point de vue se font des illusions. Ils verront dans les prochains jours ce qui va se passer. Quelque chose d'extraordinaire va se produire."

Saad Hariri avait rencontré lundi à Riyad le prince héritier d'Arabie, Mohammad Ben Salmane, et avait affirmé être totalement en phase avec Riyad pour ce qui a trait à la stabilité du Liban. Saad Hariri avait également été reçu le lendemain par Thamer el-Sabhane. 

 

Lire aussi

Hariri : On essaie de pirater nos exploits en matière de sécurité

Les bruits de bottes presque inaudibles au Liban

L'un des objectifs prioritaires de Trump : la lutte contre l'influence iranienne au M-O, notamment au Liban

Mikati met en garde contre les tentatives de spolier le pays

Le PNL dénonce l'harmonie entre l'État et le Hezbollah

Comme à la maison... L'édito de Issa GORAIEB

Lire aussi à la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Chady

Le Liban est otage du conflit Irano-Saoudien.
Il est faux de dire qu’il y a une main mise iranienne sur le LIban. Au final c’est bien l’Arabie saoudite qui à torpiller le gouvernement et qui s’apprete A destabiliser le pays tout entier.
Saad hariri que j’apprecie est un homme patriotique, malgré nos divergences. Il est clair qu’il a agit sous la menace, il ne pouvait agir autrement, et face au dilemme il a choisît le moindre mal pour lui. Comment ne pourrait-on respecter cela?
Cela dit comment ne pas respecter ceux qui refusent de s’agenouiller et préfèrent mourrir la tête haute lorsque l’on respecte hariri?

D’un côté nous avons hariri qui démissionne et de l’autre rifi qui revient a beirut, alors que les legislatives arrivent. Il est clair que l’arabie a preferer ne pas attendre l’issue d’elections « incertaines » tout au mieux, et d’avancer son nouveau pion rifi, laissant place ainsi a une suite de surenchère qui va entrainer une hausse des tensions de part et d’autres.

L’objectif? Affaiblir le Hezbollah autant que possible en attendant le bon moment pour declencher la guerre. Coalition internationale ou israel? Le temps seul nous le dira, ce qui est clair c’est que de sombres jours nous attendent.

Mais ne vous détrompez pas, la partIe d’echecs ne fait que commencer, et le Hezbollah ne va pas se laisser faire si facilement que ca soit au niveau politique, ou lors de la guerre si elle a lieu, ne vous réjouissez donc pas trop vite

Antoine Sabbagha

En bref le Liban entre l'enclume et le marteau risque de perdre la paix interne et externe . Triste .

Eleni Caridopoulou

Le Hezbollah et l'Iran vont payer cher mais en même temps le Liban aussi, pauvre Liban

Gebran Eid

IL N'Y A PLUS QUE LES IGNORANTS AVEUGLES QUI N'ONT PAS VU ENCORE QUE LE LIBAN EST L'OTAGE NON SEULEMENT DE L'IRAN, MAIS DE L'ARABIE SAOUDITE AUSSI. CE SONT LEURS MERCENAIRES DES DEUX CÔTÉS QUI GOUVERNENT CE PAYS. LA PEUR REIGNE.

Saliba Nouhad

Mieux vaut une démission honorable qu’une reddition lâche et servile: au moins, ça va créer une onde de choc internationale qui va permettre de réaliser l’énormité du drame que vit le Liban...
Avenir incertain et lourd de conséquences, mais il fallait que quelque chose bouge!
Mais c’est toujours les mêmes, malheureusement, qui vont payer le prix!

Ramez Hayek

Pourquoi nous ne nous rendons pas à l'évidence qui fait mal..?
Le Liban n'est ni une nation ni même un pays
Nous vivons ensemble sur un territoire exigu qui rend la division impossible
Cependant depuis sa création l'état libanais n'a jamais eu l'adhésion ni l'allégeance de toutes les composantes communautaires qui le forment
La communauté maronite et à sa tête l'église maronite a demandé à la France la création de ce pays dans ses frontières actuelles
Et depuis cet événement les autres communautés ont fait le tour des pays et organisations alentours afin de le faire imploser
Jusqu'à arriver actuellement à l'Iran
C'est une réalité qui fait très mal...
Mais C'est le propre de toutes les réalités
Et il n'y aura pas d'issue politique définitive

Quand est-ce que ce peuple va lutter?

Je souhaite que M. Hariri et son camp dénoncent l'arabisme, et que Hezballa et son camp dénoncent leur allégeance à l'Iran, et qu'ils s'en tiennent tous deux à leur identité libanaise. Mais c'est, Halas, un vœu pieux. Ils ne se rendent pas compte qu'ils sont tous des traîtres à l'identité libanaise.

Le liban ,n'est pas ni arabe ni iranien...

NAUFAL SORAYA

Quelle honte...

Irene Said

Dans quelle nation qui se respecte peut-on trouver une milice puissament armée par un pays étranger, tout en faisant partie du gouvernement
et qui affirme clairement son allégeance inconditionnelle à ce pays étranger ?

Le Liban est-il une nation arabe ou iranienne ?
Irène Saïd






Marionet

Sa position devenait intenable, soumis à pression constante comme il l'était et obligé de faire le grand écart en permanence. Démission tactique ou stratégique alors que les élections se profilent à l'horizon?
Et pourquoi ce départ en catastrophe hier pour l'Arabie Saoudite? Je crois qu'il s'est fait taper sur les doigts pour avoir rencontré Wilayati. Décidément, le climat régional se durcit sérieusement.

Saliba Nouhad

Aveux d’impuissance, de dépit, de découragement concernant l’avenir de notre pays.
En effet, toute âme bien pensante déplorait cette évidence depuis plus de 10ans: le Liban est sous la botte Iranienne qui dicte sournoisement sa politique, s’impose par la terreur des armes, désigne le Président, tout simplement un collaborateur sous le masque du patriote (rappelant la France de Pétain sous l’occupation allemande), et gare à toute velléité d’opposition, un cycle d’assasinats politiques peut reprendre à tout moment, et le danger du retour de l’influence syrienne maintenant que le voisin de Damas reprend du poil de la bête.
Non, notre jeune Premier Ministre, qui n’a rien du charisme ou de la personnalité de feu son père, commence à paniquer...
Il avait essayé de jouer soit-disant le conciliateur, acceptant des compromis, mais lorsque ses parrains saoudiens lui ont demandé de hausser le ton, de dénoncer, de ruer dans les brancards, il a tout simplement craqué!

wayzani jamal

On parle d’ingérence de l'Iran au liban.
Du Hezbollah allié des perses au détriment du monde arabe.
Du Hezbollah comme milice au solde de l'Iran!
De la puissance du Hezbollah avec l'aide de l'Iran pour mater le peuple libanais!!
On verra maintenant avec cette démission ce que trament les pays du golf avec leurs alliés occidentaux pour le Liban et en particulier pour les chiites et leurs alliés au liban.
Mais détromptes toi hariri tu as choisi le mauvais camp pour ton pays.
L'histoire nous édifiera!

Irene Said

Pauvre Liban, avec de tels arguments d'une partie de tes citoyens...tu ne seras jamais une nation respectable !
Irène Saïd

Wlik Sanferlou

Avec la nombre d assassinats politiques, surtout depuis 2005, il a peut être raison de démissionner. Face à un ennemi externe puissant qui assassiné son propre peuple et un autre interne exclusivement à la solde d étrangers, les choix sont bien réduits.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST LE RESULTAT DES IRRESPONSABILITES DES GRANDS RESPONSABLES/IRRESPONSABLES QUI RESTENT ACCROCHES ET VENDENT LE PAYS POUR LEURS INTERETS PERSONNELS !

Zorkot Mohamed

Un premier ministre LIBANAIS, qui se considère LIBANAIS patriote, qui parle de l'ingérence de l'Iran dans nos affaires intérieures, fais 2 voyages en Arabie Saoudite, démissionne en Arabie Saoudite, sur une chaîne de télévision de l'Arabie Saoudite. J'appelle ça plutôt ingérence de l'Arabie Saoudite dans nos affaires internes, ils l'ont bourré la tête jusqu’à ce qu'il démissionne. Quel honte pour le Liban !!

Gebran Eid

AOUN ATTEND LE RETOUR DE HARIRI POUR DISCUTER AVEC LUI ! IL PEUT ATTENDRE.

Le Faucon Pèlerin

Dans un pays où la démocratie s'exerce avec des voitures piégées, où les suicidés s'appellent martyrs, où une pseudo-résistance se transforme en armée d'occupation pour le compte de l'étranger, gouverner serait inutile sinon dangereux.

Assad Fakhouri

" Dans le silence et la solitude, on n'entend plus que l'essentiel. "

Camille Belguise

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

C,EST HONTEUX POUR CEUX QUI FLECHISSENT ET N,OSENT PAS RELEVER LA TETE... LES COLLABOS !

carlos achkar

Il a très bien fait. Comment peut il gouverner un pays avec des ministres et des gens hostiles à l'édification d'un pays. Il a les mains liés car une milice puissante gouverne le pays.
Il n'a pas envie de finir comme son père et on le comprend.
Que Dieu vous garde Mr Hariri et que Dieu garde le pauvre Liban et son peuple qui a tant souffert et qui n'aspire qu'à vivre en paix.

Bery tus

Enfin enfin que cette mascarade cesse ... vous avez essayer vous et le Hakim maintenant les 8 marsiste ont cru en votre faiblesse et ont donc tout rafler dés nomination à l’électricité !!! IL EST TEMPS DE FAIRE FACE A L’HEGEMONIE IRANIENNE SUR LA PRÉSIDENCE ET SUR LE LIBAN !!!

NON MR ROHANI LE LIBAN NE SERS JAMAIS UN DE VOS SATTELITE

gaby sioufi

disons que ce n'est pas plus honteux que ce que aoun/bassil je ne sais plus avait dit a propos de hariri, alors 1er minsitre, se trouvant a l'etranger : one way ticket.... demission de leurs ministres etc.....

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour le Liban, Hariri n’était pas démissionnaire

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.