X

Liban

Transport public déficient et bouchons quotidiens : deux milliards de pertes par an pour le Liban

Développement

Le parti Kataëb a organisé mardi une conférence pour parler des solutions au fléau du trafic sur les routes libanaises.

S. B. | OLJ
02/11/2017

Dans un lieu symbolique qu'est le bâtiment de l'Office des chemins de fer et du transport en commun, à Mar Mikhaël, de nombreux intervenants ont, à l'invitation du parti Kataëb et de la Fondation Konrad Adenauer, mis les points sur les « i », mardi, concernant cette véritable crise quotidienne qu'est le trafic sur les routes libanaises, aggravé par deux facteurs : la suprématie des véhicules individuels et l'inefficacité du transport en commun.

La rencontre avait prévu un bilan complet allant des répercussions économiques à la description de la situation actuelle, puis aux solutions en vue. Le plus frappant a été le contraste entre les chiffres effarants présentés par les experts – comme le fait que les pertes directes et indirectes des embouteillages incessants sont estimées à deux milliards de dollars par an – et les révélations rapportées dans des interventions comme celle du député (Kataëb) Samer Saadé, membre de la commission parlementaire des Travaux et des Transports. Celui-ci, avec son franc-parler habituel, a déploré le fait qu'un plan global sur la question du trafic n'a été que très rarement débattu au sein de cette commission (et jamais adopté). Il a ajouté qu'il n'y a pas de vision officielle claire sur le sujet et que le gouvernement devrait en faire sa priorité, ce qui n'est évidemment pas le cas.

Autre indication : l'intervention d'un représentant des Forces de sécurité intérieure (FSI), le colonel Jihad el-Asmar. Celui-ci a énuméré les raisons pour lesquelles son organisme, responsable de l'application du code de la route, peine à gérer ce problème quotidien, en raison de manque d'effectifs, d'empiétements sur le domaine public, de manque de planification urbaine...

 

(Lire aussi : Chaos routier : vers un réseau de transport public structuré ?)

 

Enfin, il a plusieurs fois été mention de raisons financières – si ce n'est le manque de volonté politique – qui empêchent la mise en place de plans existants pour le développement du transport public. Cet argument a notamment été relevé par un autre officiel, Ziad Nasr, directeur général de l'Office des chemins de fer et du transport en commun.

Or, le problème s'aggrave quotidiennement, en raison d'un échec évident de l'État à gérer ce secteur, comme l'a relevé Albert Kostanian, cadre du parti Kataëb. Avec des conséquences désastreuses pour le citoyen : une moyenne de 720 heures perdues par an sur les routes, sans compter le millier de tués et les quelque 6 000 blessés annuels, selon des chiffres récents. Le bilan sombre s'est poursuivi avec Rock-Antoine Mehanna, doyen de la faculté de gestion et de finance de l'université La Sagesse. Celui-ci a mis l'accent sur les répercussions de l'utilisation presque exclusive de la voiture – 85 % actuellement – avec une quasi-absence d'un transport public efficace, le manque de coordination des dates de travaux publics sur les routes, les bouchons dus aux horaires concordants (écoles, bureaux, administrations officielles...). Il déplore le coût énorme de cette crise de trafic, près de 5,4 millions de dollars par jour ou deux milliards par an, supérieur aux pertes causées par le secteur de l'électricité.

 

(Pour mémoire : Vers la création de 21 lignes de bus dans le Grand Beyrouth ?)

 

L'élargissement des routes ne suffit plus
Les solutions présentées au cours de cette rencontre étaient nombreuses, tournant principalement autour d'un point : le simple élargissement des routes n'est plus viable, il faut recourir aux solutions durables telles que le développement des transports en commun en tout genre (bus, trains...).

Parmi les solutions apportées au débat, Albert Kostanian a suggéré des mesures institutionnelles, comme la création d'un ministère indépendant des Transports, la décentralisation administrative par l'octroi de prérogatives et de budgets aux municipalités, le partenariat public/privé, notamment pour l'exécution, le gel du nombre de voitures sur les routes... Rock-Antoine Mehanna a évoqué des solutions à court et long terme, surtout pour décongestionner l'axe Beyrouth-Nord, coordonner les travaux, assurer des parkings à étages, répartir les horaires des écoles et des bureaux pour éviter les bouchons, construire les tunnels pour profiter des montagnes et des vallées...

Michel Moutran, s'exprimant au nom des FSI, a proposé d'investir massivement dans les alternatives à la voiture individuelle, afin que le Liban perde le statut peu envié de 17e nation mondiale en termes de propriétés de voitures. Il a plaidé pour des solutions innovantes et pour une politique globale de transports.
Seul à évoquer un projet en vue, le directeur général du ministère des Transports, Abdel Hafiz Kaïssi, a dévoilé un projet pilote de bus rapides pour le Grand-Beyrouth, avec des lignes desservant les différents quartiers de Saïda à Tripoli. Ce projet nécessite un budget de 70 millions de dollars pour desservir près de deux millions et demi de personnes, et pourrait bénéficier d'un prêt de la Banque mondiale, mais aucun délai d'exécution n'a été avancé par le responsable.

Le député Samy Gemayel, président du parti Kataëb, a précisé que son parti comptait s'appuyer sur les interventions de cette table ronde afin de concevoir un programme sur ce sujet de grande gravité. Soulignant le manque d'intérêt manifesté par des responsables à l'encontre de propositions à ce sujet, le député a insisté sur l'importance de la volonté politique pour la résolution d'un problème qui ne s'est que trop aggravé.

 

Pour mémoire

La ligne de bus Beyrouth-Tabarja approuvée par la commission des Travaux publics

Les bus de l’État de retour à Beyrouth en 2016 ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Gros Gnon

1. Mettre en place un ensemble d’arrêts de bus, et FORCER les bus à ne s’arrêter que là pour prendre et descendre les passagers. Facile, pas cher, et solutionnera déjà 50% des causes des embouteillages.

2. Combattre comme la peste les goulots d’étranglement, c.à.d. surtout les voitures mal parquées ou arrêtées. Facile, et ça peut rapporter gros, à condition que les gendarmes acceptent d’éteindre leur cell de temps en temps... il me semble qu’actuellement les contraventions ne sont distribuées qu’aux voitures qui sont bien parquées mais qui ont dépassé le temps de quelques minutes, alors que les 2ème et 3ème files sont exemptés...

3. Civisme et respect du code de la route. Mais peut-on demander celà à un peuple qui nous a systématiquement pondu des "élus" comme les nôtres?

Saliba Nouhad

Enfin, quelqu’un en parle...
Les embouteillages monstres par heure de pointe dans toutes les grandes villes est un fléau mondial...
Mais, honnêtement, rien à comparer avec ceux du Liban, où, à part le nombre élevé d’autos sur les routes, c’est surtout le manque total de respect du code de la route, l’absence totale de sens civique ou de respect des autres, l’absence Flagrante d’agents de circulation là où il faut, les parkings interdits, en 2ème ou 3ème file, les sens interdits, les slaloms et vitesses insensées...
C’est vraiment la foire du Midi digne des pays du tiers-monde!
Des mesures Simples de renforcer le code de la route, déployer des agents aux points névralgiques, pénaliser avec vigueur, avec campagnes nationales de sensibilisation pourraient résoudre près de 40% du problème.
Mais ne rêvons pas en couleurs.

C.K

Tout ce marasme n'est que bénéfices pour quelques corrompus qui prélèvent à tous les étages, comme pour d'autres services publics qui se sont transformés en prébendes privées, et nous le savons tous....

gaby sioufi

encore, et toujours on evite de regarder les choses en face, d'appeler les choses par leur noms: en citant " Celui-ci a énuméré les raisons pour lesquelles son organisme peine à gérer ce problème quotidien, en raison de manque d'effectifs"" MAIS C pas vrai ca : 1- qu'on mette a l'oeuvre les centaines de policiers /agents -chauffeurs des dames,epouses de ...... il y aura alors moins d'excuses .
2-appliquer les reglements - severement- est chose facile. des exemples a la pelle montrent que le citoyen CRAINT la loi beaucoup plus qu'on ne le pense a condition de savoir qu'elle est appliquee . 3-appliquer la loi aux agents&officiers eux-memes.
4-cesser de consulter des'experts" a coups de $
5-cesser d'elargir des routes car seuls de nouveaux contrevenants de tout ordre vont envahir pr en profiter a leur maniere
6-PRIER DIEU

yves kerlidou

il ne faut plus raisonner en terme d'amélioration de la circulation des voitures mais en terme de transport collectif. Effectivement pour plusieurs raison: route saturées, pollution et point important problème de stationnement en centre ville.
Mais ne nous faisons pas d'illusion car derrière le manque de volonté publique se cache aussi l'individualisme Libanais et sa culture de la voiture individuelle que l'on ne retrouve pas en Europe

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

EN Y AJOUTANT LE DEFICIT ANNUEL DE L,EDL ET LA PERTE DES DUS AUX PORTS ET AEROPORTS ET CEUX NON ENCAISSES DU LITTORAL ET AUTRES LIEUX ACCAPARES ON ARRIVE A UN CHIFFRE ENORME QUI S,IL EST ECONOMISÉ AMORTIRAIT EN QUELQUES ANNÉES LA DETTE GIGANTESQUE DU PAYS ET SOUFFLERAIT DE L,OXYGENE DANS SES POUMONS ECONOMIQUES ...

Marionet

Très bonne initiative que de se pencher sur ce problème qui empoisonne la vie des citoyens au quotidien. Samy Gemayel s'affirme comme un homme politique constant dans ses engagements - on ne peut pas le dire de tous - et efficace dans son rôle d'opposant.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

A MOINS QUE VOUS VOULEZ DIRE TRANSPORT PUBLIC DEFICIENT...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

LE TITRE DEVRAIT LIRE : TRANSPORT PUBLIC DÉFICIT(S) ET BOUCHONS QUOTIDIENS.

Dernières infos

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Tempête dans la région, crise gouvernementale au Liban

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué