X

Liban

Rapports CPL-FL : vers une révision de l’accord de Meerab ?

Partis

La réconciliation chrétienne persiste en dépit des divergences actuelles, assurent les proches de Samir Geagea et Gebran Bassil.

Yara ABI AKL | OLJ
26/10/2017

À la veille de la première commémoration de l'élection de Michel Aoun à la présidence de la République, le 31 octobre 2016, les divergences entre le Courant patriotique libre et les Forces libanaises – principaux contributeurs chrétiens au sexennat Aoun – ne font que s'amplifier.

Après avoir longtemps réduit la portée des désaccords entre les deux alliés, le parti dirigé par Samir Geagea a ouvertement envisagé de démissionner du gouvernement, « si le gouvernement normalisait ses relations avec le régime syrien ou si des appels d'offres frauduleux étaient conduits ». Une allusion à peine voilée à la rencontre qui s'est tenue à New York entre le chef de la diplomatie Gebran Bassil et son homologue syrien Walid Moallem, et au plan de production de l'électricité du ministre de l'Énergie et de l'Eau César Abi Khalil, contesté par les FL.

Si certains estiment que cette menace de Samir Geagea est un camouflet qui serait porté à la présidence Aoun, d'autres soutiennent qu'il n'est pas dans l'intérêt des FL de claquer la porte du gouvernement à quelques mois des législatives de mai 2018. « En se retirant de l'équipe ministérielle, Samir Geagea subira des pertes significatives, tant sur le plan politique qu'au niveau de sa base populaire et partisane », souligne ainsi un observateur politique, interrogé par L'Orient-Le Jour. « En dépit de tous les arguments présentés aux partisans, il reste qu'une grande partie de ces derniers n'est pas convaincue de la solidité de l'accord de Meerab », dit-il. Il en veut pour preuve le train de nominations judiciaires monochromes (en faveur du CPL) adopté depuis trois semaines. « Ainsi, tout retrait des ministres FL du cabinet Hariri serait à même de remettre en cause la cohérence de M. Geagea, qui est l'un des parrains de l'élection de Michel Aoun à la première magistrature de l'État », note l'observateur précité. Cet observateur assure néanmoins que le chef du CPL Gebran Bassil dérange Meerab, dans la mesure où rien ne se passe au sein du cabinet sans son approbation, « d'où l'opposition FL aux nominations judiciaires et au plan Abi Khalil ».

 

(Lire aussi : Les ministres FL démissionneront-ils du cabinet Hariri ?)

 

« Dialogue objectif »
Mais dans les milieux proches de Meerab, on semble soucieux de minimiser la polémique suscitée par les désaccords « ponctuels » entre les deux formations chrétiennes. « Notre démission est envisageable, mais n'est pas pour demain », assure un proche de M. Geagea à L'OLJ. Ne voulant pas réduire les déclarations du chef des FL à une manœuvre politique, le cadre souligne que « Meerab ne fait que tirer la sonnette d'alarme sur une réalité (gouvernementale) devenue intolérable ». « Nous avons décelé une atteinte au compromis politique avec l'entretien Bassil-Moallem, dans la mesure où il s'agit d'une tentative de reprendre contact avec Damas, à l'heure où nous voulons préserver la stabilité du pays », souligne le cadre FL, avant de poursuivre : « En dépit de notre attachement à l'accord de Meerab et à la réconciliation chrétienne, notre approche de la chose publique est différente de celle des aounistes. D'autant que nous voulons abolir la logique des nominations à caractère partisan, et la remplacer par le mérite et le respect de l'État. »

 

(Pour mémoire : L’entente stratégique entre le CPL et les FL qualifiée d’« irréversible »)

 

Concernant le règlement de ces différends, le cadre FL insiste sur « la nécessité d'une rencontre entre MM. Aoun et Geagea, puisque l'accord de Meerab a été conclu entre ces deux leaders ». Chez les aounistes, on se veut optimiste. « La situation n'est pas aussi compliquée qu'on le prétend », explique un député du CPL à L'OLJ. « Les attentes des FL sont exagérées, sachant que le CPL n'est pas malintentionné à leur égard. » Selon lui, il faut sortir de cette atmosphère négative et garder un esprit positif. « Ce qui suppose un dialogue franc et objectif, pour pouvoir revoir les attentes de chacun », indique-t-il.

 

Lire aussi

Les chrétiens du Liban...et les projets régionaux

Ce qui a sauvé le compromis présidentiel...

 

 

Pour mémoire

Relations troublées entre les FL et le CPL : l'accord de Meerab menacé ?

À la une

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

SI VERS LE POSITIF POUR LES CHRETIENS ALORS BONNE CHANCE MAIS SI VERS LE NEGATIF CE SERAIT TRES REGRETTABLE, HONTEUX ET DANGEREUX !

Bery tus

je suis pour la reconciliation CPL/FL ... mais l'accords c'est une autre paire de manche .. il peut y avoir reconciliation sans accords .. il faut différencier Aoun de Bassil l'un a une histoire de resistant (a la syrie) et l'autre un arriviste de premiere et en plus sans la moindre gene de changer de discours comme bon lui semble

Sarkis Serge Tateossian

l'Union fait la force,
Trouvez les bonnes solutions!
Il y a toujours une porte pour chaque problème

gaby sioufi

"il faut sortir de cette atmosphère négative et garder un esprit positif" disent ils. C tres beau , ca ressemble beaucoup au style denasrallah et autres moumanaa, dans but principal d'endormir les apprehensions des anti.

ceci dit, nous le peuple ne savons pas encore les points STRATEGIQUES "solides" qui avaient rapproche FL & CPL ?
nous le peuple connaissons par contre les points de discorde et surtout les points de divergence inalienables


L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

TRES REGRETTABLE DE VOIR LE CHEF DE L,ETAT ET SON CPL NE POINT HONORER L,ACCORD DE MEERAB ET SURTOUT LE DISCOURS D,INVESTITURE !

Pierre Hadjigeorgiou

Votre observateur doit être du CPL pour lancer de tels propos car au contraire si les FL veulent se montrer cohérentes elles se doivent de démissionner du gouvernement et tout de suite. Aoun n'a rien respecté et ne mérite plus la confiance de ceux qui l'ont fait roi. Les FL ont au contraire tout a gagner avant les élections et ne perdront pas un seul vote de leur base. Je n'en suit pas si sur concernant le CPL.

Bery tus

Mais le dialogue franc et honnêtes n’a t il pas été déjà fait il y a un an et que vous avez déjà signé?

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué