X

Liban

Relations troublées entre les FL et le CPL : l’accord de Meerab menacé ?

Partis

En dépit de leurs divergences sur des dossiers importants, les deux formations sont attachées à la réconciliation interchrétienne.

12/10/2017

S'il est vrai que l'écrasante majorité des chrétiens s'est félicitée de l'accord de Meerab – conclu le 18 janvier 2016 – entre le Courant patriotique libre et les Forces libanaises, il semble que les secousses dont souffre cette entente seraient à même de la menacer, en dépit des tentatives de ses signataires de réduire l'impact des désaccords observés récemment entre les deux alliés chrétiens.

Depuis l'élection du général Michel Aoun à la tête de l'État, le 31 octobre 2016, à la suite d'un forcing significatif exercé par les FL dans ce sens, nombreux sont les dossiers épineux autour desquels les deux partis ont divergé. Il s'agit notamment du plan de production de l'électricité élaboré par le ministre de l'Énergie et de l'Eau, César Abi Khalil (CPL), ainsi que de la carte biométrique pour les législatives, pour ne citer que ces deux exemples.

Si le CPL et les FL ont tenté à plusieurs reprises de garder leur entente « stratégique » loin de ces désaccords « ponctuels », ce sont surtout les dernières permutations et nominations judiciaires qui ont fortement secoué l'entente de Meerab. À l'heure où les proches du chef de l'État, dont le courant aouniste, se félicitaient de cet « accomplissement », dans la mesure où il s'agit du tout premier train de nominations depuis des années, la formation dirigée par Samir Geagea n'a pas caché son mécontentement à l'égard de cet agissement, estimant que les nominations étaient « monochromes ». Les FL auraient ainsi laissé entendre que les personnes concernées par les nominations sont majoritairement proches du chef du CPL, Gebran Bassil. À cela viennent s'ajouter des propos tenus récemment par le chef du CPL, dans lesquels il a ouvertement tiré à boulets rouges sur les FL, stigmatisant leurs remarques portant sur le dossier de l'électricité.

Interrogé à ce sujet par L'Orient-Le Jour, un proche de M. Geagea tient à assurer que l'accord de Meerab « tient toujours, en dépit des divergences actuelles ». Il en veut pour preuve le fait que « l'opinion publique a immunisé la réconciliation interchrétienne » et que « les partis n'ont aucun intérêt à voir cet accord s'effondrer aussi rapidement ».
Mais, en dépit de ce constat, dans les milieux proches de Meerab on ne cache pas un certain mécontentement quant aux accusations de Gebran Bassil. « Le chef de la diplomatie a peut-être estimé que notre position au sujet du dossier des navires-centrales est dirigée contre lui, alors qu'elle s'inscrit dans le cadre de notre volonté de réformer la gestion des affaires publiques, qui n'est pas compatible avec l'approche adoptée par les aounistes », note-t-on dans les milieux FL, avant de faire valoir que la réaction violente de M. Bassil visait principalement à contourner l'action des ministres FL. Cette réaction serait peut-être la cause de la stagnation au niveau du dossier du conseil d'administration de Télé-Liban, ajoute-t-on de mêmes sources.

Mais à la faveur d'un pragmatisme politique qui a longtemps caractérisé le parti de Samir Geagea, on réduit la polémique en expliquant que certains ont outrepassé l'accord de Meerab. Celui-ci a besoin « d'entretien » de temps à autre, indique-t-on.

 

(Lire aussi : Les chrétiens du Liban...et les projets régionaux)

 

 

« La précarité » de l'entente
Du côté de Rabieh, on est plus tranchants, voire même plus agressifs. Joint par L'OLJ, Ziad Assouad, député aouniste de Jezzine, déclare ainsi sans détour que « le partage du gâteau que certains dénoncent aujourd'hui est devenu très habituel dans notre vie politique ». Une allusion à peine voilée à la réaction des FL aux nominations et permutations judiciaires. « Nous tentons de défaire les nœuds de plusieurs décennies, dont notamment les permutations et nominations administratives et judiciaires, souligne M. Assouad. Mais certains estiment qu'il y a un partenariat. À notre sens, nous nous sommes réconciliés avec une formation politique. » Il va même jusqu'à faire valoir que « les désaccords avec le parti de M. Geagea ont débuté avec le premier train de nominations et n'ont rien à voir avec la voie réformiste que les FL prétendent adopter ».

Tout en critiquant les FL, le député aouniste ne manque pas de formuler des remarques importantes concernant l'accord de Meerab, « dans la mesure où il faut le renforcer et continuer à le bâtir, par le biais du dialogue, d'autant que la situation chrétienne est mauvaise et qu'il est crucial de la corriger pour éviter des pertes regrettables », note Ziad Assouad.

L'analyste politique Kamal Richa estime, lui aussi, que les relations perturbées actuellement entre le CPL et les FL ne sont que la conséquence naturelle de la précarité de l'entente de Meerab. « Pour expliquer ce phénomène, il faut chercher Gebran Bassil », lance-t-il, dans un entretien accordé à L'OLJ. Expliquant son constat, M. Richa souligne que « l'accord du 18 janvier 2016 a été conclu entre Samir Geagea et Michel Aoun ». « Ce dernier ne s'intéressait qu'au point portant sur sa candidature à la première magistrature de l'État », dit-il. Et de poursuivre : « Avec l'accession de M. Aoun à la présidence de la République, il a confié tous les dossiers importants à M. Bassil qui estime qu'il n'est concerné par aucune entente. »

 

(Lire aussi : Ce qui a sauvé le compromis présidentiel...)

 

« Le complexe Samy Gemayel »
En dépit de cette attitude – jugée « vexatoire » – du chef du CPL, les FL restent attachées à la réconciliation interchrétienne. Mais cela n'éclipse aucunement les pertes qu'elles subissent tant sur le plan politique qu'au niveau de leur base populaire.

Selon Kamal Richa, « les FL vivent aujourd'hui le "complexe Samy Gemayel'', dans la mesure où le chef des Kataëb réussit à prendre des positions fermes au niveau des erreurs commises par le pouvoir politique, d'autant qu'il ne peut pas garder les bras croisés face à l'effondrement progressif du pays, alors que les FL ne peuvent pas faire de même ». « Il y a aussi l'incompatibilité des deux bases populaires et les visions politiques contradictoires des deux partis », ajoute-t-il.

Convaincu que « l'accord entre les FL et le CPL n'a pas vu le jour pour vivre longtemps », l'analyste politique estime que les législatives prévues en 2018 menacent sérieusement cette entente, « surtout si M. Gemayel et le reste des opposants continuent sur la même voie ».

 

 

 

Lire aussi

Les FL à Gemayel : « Nous avons fait d'une pierre deux coups en soutenant Aoun »

Les législatives, une nouvelle carte de pression aux mains du Hezbollah ?

Lire aussi

Retour à la page "Liban"

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

en tout cas le hakim a fait ce qu'il a cru bon de faire pour les chrétiens du liban et c'etait ca conviction et sa ligne directrice avant maintenant et tjrs pour les chrétiens du liban et les libanais en general

nous ne pouvons plus LUI REMETTRE LA FAUTE, IL A SAUVER L'HONNEUR DES CHRETIENS EN LES REUNIFIANT, CAR L'ENTENTE DE MEERAB EST D'ABORDS UNE RECONCILIATION DES CHRETIENS LIBANAIS ET PAR APRES UNE ENTENTE ET C'EST CE QUE VOULEZ LE HAKIM

L'ENTENTE POUR DEVENIR CADUQUE MAIS LA RECONCILIATION DOIT PERDURER JUSQU'A L'INFINI

MAINTENANT LES LIBANAIS POURRONT VOIR ET EVALUER QUI SONT VRAIMENT LES TRAITRES A LA CAUSES DES CHRETIENS LIBANAIS

MERCI YA HAKIM D'AVOIR ESSAYER AU NOM DE TOUS LES LIBANAIS QUI SE RESPECTE

ARMEE PEUPLE ETAT

Soeur Yvette

Triste ...Triste ...Honteux...

Le Faucon Pèlerin

Je n'ai jamais cru que l'entente de Meerab vivrait plus que ce que vivrait une rose, l'espace d'un matin. D'un côté, Samir Geagea qui avait fait de la prison durant une décennie à cause de son patriotisme intégral, de l'autre Gébran Bassil, l'Eminence grise du régime, placé à la tête du CPL par son fondateur en dépit de sa double-débâcle électorale à Batroun et ce, dans le seul et unique but, celui d'éliminer les Forces libanaises de la scène politique chrétienne. Je dis là les choses comme elles sont.

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ESSA MA HADAMOU EL GATEAU...

gaby sioufi

a quoi s'attendre qd 2 formations veulent faire croire a un accord - quel qu'il soit - qd leurs strategies sont diametralement opposees a propos d'un sujet aussi grave que celui des armes du hezb !
s'ensuivent necessairement des divergences a des sujets moins essentiels pt't mais tres importants aussi-relation avec la syrie pr ex -
ils veulent vraiment croire -eux memes- que leur accord est salutaire pr les chretiens?
mais de quels accords s'agit il ?
mais de quels chretiens s'agit il ?
mais de quel liban s'agit il ?

Sarkis Serge Tateossian

Essayons de positiver un peu la situation. Il est évident que gouverner comporte des risques. Il est beaucoup plus facile d'être dans l'opposition et rester en dehors du gouvernement. Mais le devoir et la responsabilité des partis est aussi et avant tout de mouiller sa chemise en œuvrant pour les intérêts du peuple libanais.

L'objectif doit être l'Union de tous les chrétiens et dans un plus large contexte, de tous les libanais.
Tout en respectant les forces de l'alternance.....(opposition)

l'Union des chrétiens est d'une grande importance, c'est vitale.

Gros Gnon

Très parlante cette image où les deux se partagent un gâteau symbolisant le Liban...

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

IL EST MALHEUREUX D,EN ETRE LA ! LES CHRETIENS SONT LES FOSSOYEURS DE LA CHRETIENTÉ AU LIBAN... ET C,EST BIEN DOMMAGE !

Dernières infos

Les + de l'OLJ

1/1

Les signatures du jour

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pour Beyrouth, Macron a donné un nouvel élan aux relations franco-libanaises

Le Journal en PDF

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.