Verdict dans l'affaire Bachir Gemayel : les réactions continuent d'affluer

Le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem. Photo Ani

LIBAN

Violente charge du numéro deux du Hezbollah.

OLJ
22/10/2017

Plusieurs responsables politiques libanais se sont prononcés dimanche, deux jours après la condamnation à mort par contumace de Habib Chartouni, militant du Parti syrien national social (PSNS, pro-Assad), et Nabil Alam, ancien haut responsable du PSNS, tous deux reconnus coupables par la Cour de justice de l'organisation et l'exécution de l'attentat dans lequel a péri l'ancien président Bachir Gemayel. Les jugements de cette cour sont sans appel.

"Les justifications d'intelligence avec l'ennemi, même à une période passée, ne peuvent innocenter son agent", a déclaré dans la journée le secrétaire général adjoint du Hezbollah, Naïm Kassem. "Israël a été, est et restera un ennemi et tous ceux qui banalisent l’intelligence avec l'ennemi ont forcément quelque chose à voir avec cela", a-t-il poursuivi.

Les opposants à Bachir Gemayel, alors leader de la milice des Forces libanaises qui luttait contre la présence palestinienne et l'armée syrienne, lui reprochent notamment son alliance avec l’État hébreu qui avait lancé en 1982 une vaste offensive militaire contre le Liban.

De son côté, le chef du Parti de la dignité, l'ancien ministre Fayçal Karamé a souligné que le verdict "crée une division entre les Libanais", dans un communiqué publié dans la journée. "Une moitié des Libanais considère Chartouni comme un criminel ayant assassiné un chef de l’État. L'autre moitié des Libanais le considère comme un héros ayant commis un acte devant être célébré", indique ce texte.

Samedi soir, les sièges régionaux des FL et des Kataëb dans le Akkar ont été la cible d'une attaque à Miniara. Les deux formations chrétiennes ont notamment lié ces actes au verdict prononcé vendredi.

Samedi, le chef des FL, Samir Geagea, s'en était pris à la coalition du 8 Mars, regroupant les formations politiques favorables au régime du président syrien Bachar el-Assad, au lendemain de ce verdict.

 

 

Lire aussi

La mémoire du crimel'éditorial d'Issa GORAIEB

L’acte fondateur derrière la condamnation de Chartouni

Affaire Bachir Gemayel : Face au verdict, des réactions très contrastées

Affaire Bachir Gemayel : Achrafieh célèbre enfin la victoire de la justice

Bachir Gemayel : retour sur sa vie, son parcours, son héritage

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

X
Déjà abonné ? Identifiez-vous
Vous lisez 1 de vos 10 articles gratuits par mois.

Pour la défense de toutes les libertés.