X

À La Une

Les Kurdes, un peuple sans Etat en quête de reconnaissance

Repère

Cette population, comptant entre 25 à 35 millions de personnes, est principalement présente en Irak, en Iran, en Turquie et en Syrie.

OLJ/AFP
18/09/2017

Les Kurdes, un peuple sans Etat de 25 à 35 millions de personnes, sont principalement présents en Irak, en Iran, en Turquie et en Syrie.

 

Divisés entre quatre pays

Peuple d'origine indo-européenne, les Kurdes descendent des Mèdes de l'ancienne Perse, qui fondèrent un empire au VIIe siècle avant J.C.

En majorité musulmans sunnites, avec des minorités non musulmanes et des formations politiques souvent laïques, les Kurdes sont établis sur près d'un demi-million de kilomètres carrés.

Leur nombre total varie, selon les sources, de 25 à 35 millions de personnes. Le plus grand nombre vit en Turquie (12 à 15 millions, environ 20% de la population totale) suivie de l'Iran (environ 6 millions, moins de 10%), l'Irak (4,69 millions, soit 15 à 20%) et la Syrie (plus de 2 millions, 15%).

Situés dans des zones à l'intérieur des terres, les Kurdes ont su préserver leurs dialectes, leurs traditions et un mode d'organisation largement clanique.

D'importantes communautés kurdes vivent aussi en Azerbaïdjan, en Arménie et au Liban ainsi qu'en Europe, notamment en Allemagne.

 

Un rêve brisé

L'effondrement de l'Empire ottoman à l'issue de la Première Guerre mondiale ouvrit la voie à la création d'un Etat kurde, prévue par le traité de Sèvres en 1920, situé dans l'est de l'Anatolie et dans la province de Mossoul.

Mais après la victoire de Mustafa Kemal en Turquie, les Alliés revinrent sur leur décision et, en 1923, le traité de Lausanne consacra la domination de la Turquie, de l'Iran, de la Grande-Bretagne (pour l'Irak) et de la France (pour la Syrie) sur les populations kurdes.

 

(Lire aussi : Pourquoi Israël est le seul État à soutenir une indépendance kurde)

 

Conflits avec les pouvoirs centraux

Revendiquant la création d'un Kurdistan unifié, les Kurdes sont perçus comme une menace envers l'intégrité territoriale des pays où ils sont installés.

En Turquie, le conflit entre le gouvernement et le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) a repris à l'été 2015, faisant voler en éclats les espoirs d'une résolution de cette crise qui a fait plus de 40.000 morts depuis 1984.

En Iran, des heurts épisodiques opposent les forces de sécurité à des rebelles kurdes d'Iran dont les bases arrière sont en Irak. Un soulèvement kurde durement réprimé avait suivi la révolution islamique de 1979.

En Irak, les Kurdes persécutés sous Saddam Hussein se soulèvent en 1991 après la défaite de Bagdad au Koweït et instaurent une autonomie de fait, légalisée par la Constitution irakienne de 2005 qui a instauré une République fédérale.

En Syrie, les Kurdes ont souffert de décennies de marginalisation et d'oppression de la part du régime, réclamant la reconnaissance de leurs droits. Ils ont adopté une position de "neutralité" envers le pouvoir et la rébellion au début du conflit en 2011, avant de bénéficier du chaos généré par la guerre et d'installer une administration autonome dans des régions du Nord.

 

(Lire aussi : Le Nord irakien en proie à une nouvelle guerre d’influence)

 

Divisions internes

Les Kurdes, qui n'ont jamais vécu sous un pouvoir centralisé, sont divisés en une myriade de partis et factions répartis entre les quatre pays. Parfois transfrontaliers, ces mouvements sont souvent antagonistes, en fonction notamment des jeux d'alliances conclues avec les régimes voisins.

En Irak, les deux principaux partis kurdes se sont ainsi livré une guerre faisant quelque 3.000 morts entre 1994 à 1998. Ils se sont finalement réconciliés en 2003.

 

Lutte antijihadiste

En Syrie, les forces kurdes dominent l'alliance des Forces démocratiques syriennes (FDS), qui combattent le groupe Etat islamique (EI) avec l'appui d'une coalition dirigée par les Etats-Unis. Cette alliance a lancé en novembre 2016 la bataille pour chasser le groupe jihadiste de Raqqa, sa "capitale" de facto dans le Nord.

En Irak, les combattants kurdes peshmergas ont également pris part à la lutte contre les jihadistes.

 

 

Lire aussi

Le Parlement kurde vote en faveur du référendum d’indépendance

Référendum kurde : Kirkouk au cœur des débats

Pourquoi l'indépendance kurde est loin de faire l'unanimité

Les Kurdes de Syrie préparent les premières élections dans la "région fédérale"

 

Pour mémoire

De leurs bases d'Irak, les rebelles kurdes de marbre face aux menaces turco-iraniennes

« La Turquie se trompe de stratégie » sur la question kurde

Les enjeux du référendum d'indépendance au Kurdistan irakien

Pour les Kurdes d'Irak, la route vers l'indépendance s'annonce ardue

Barzani plaide pour le dialogue au Kurdistan irakien

À la une

Retour à la Une

Vos Commentaires

Chère/cher internaute,
Afin que vos réactions soient validées sans problème par les modérateurs de L'Orient-Le Jour, nous vous prions de jeter un coup d'oeil à notre charte de modération en cliquant ici.

Nous vous rappelons que les commentaires doivent être des réactions à l'article concerné et que l'espace "réactions" de L'Orient-Le Jour, afin d'éviter tout dérapage, n'est pas un forum de discussion entre internautes.

Merci.

 

Bery tus

OU SONT LES DÉFENSEURS DES OPPRIMÉS ?!

Le Faucon Pèlerin

Loin de toutes polémiques, trente millions de Kurdes, peuple indo-européen à majorité musulmane, éparpillés entre la Turquie, l'Iran, l'Irak et la Syrie, réclament l'indépendance selon deux principes proclamés par la SDN et l'ONU :
1 - Le droit des peuples à disposer d'eux-mêmes.
2 - Le droit des peuples à l'autodétermination.
Cela ne regarde personne, ni Israël ni la Corée-du-Nord ni le Zoulouland. Point final.

Saliba Nouhad

Comble de l'ironie, c'est maintenant Israël l'hypocrite qui joue au moralisateur et défendeur de la veuve et de l'orphelin, dans un but bien précis, mais la réalité de la duperie, de la trahison et de l'abandon du peuple kurde par les Occidentaux à la fin de la 1ère guerre mondiale est bien connue et ils ont bien prouvé récemment leur maturité, combativité et qu'ils méritaient bien le droit de créer leur propre État, sinon une autonomie propre dans le chaos et les divisions du monde Arabe actuel.

ACQUIS À QUI

LA PROCHAINE DUPERIE OCCIDENTALE MENÉE PAR LE BOUT DU NEZ PAR LE SIONISME MALFAISANT .

JE PLAINS CE PEUPLE À L'AVANCE .

L'EXPRESSION DE LA LIBRE ANALYSE

ILS ONT DROIT A LEUR ETAT QUE LES TURCS ET LES IRANIENS FONT TOUT POUR EVITER...

Dernières infos

Les signatures du jour

Ziyad MAKHOUL

L’édito de Ziyad MAKHOUL

Le califat est mort, vive le califat

Décryptage de Scarlett HADDAD

Pompeo et les nuances entre le fond et la forme

Les + de l'OLJ

1/1

Les articles les plus

x

Pour enregistrer cet article dans votre dossier personnel Mon Compte, vous devez au préalable vous identifier.

6

articles restants

Pour déchiffrer un Orient compliqué